Le monde numérique : tout ce qui brille est-il doré ?

Intermédiaire
Temps de lecture : 2 minutes

Il semblerait que oui, et quiconque ose dire le contraire risque d’être excommunié et mis à l’écart de la course à la “transformation numérique”, un terme devenu si éculé ces derniers temps, comme tant d’autres utilisés en ces mois de pandémie : nouvelle normalité, désescalade, télétravail, co-gouvernance.

En tant que partisan de la transformation susmentionnée, à laquelle j’ai fait référence dans le paragraphe précédent, je vais mettre en évidence certains points où ce monde numérique, dans lequel nous avons dû entrer par à-coups et, dans certains cas, de manière exagérée, ne brille pas de tous ses feux. Comme nous allons le voir ci-dessous, une chose est ce que l’on veut montrer et/ou communiquer et une autre est la réalité qui se cache derrière, qui doit être gardée quelque peu “secrète” pour ne pas aboutir au discours de la rupture, qui est ce que l’on essaie maintenant de vendre et que nous sommes souvent obligés d’acheter, même si nous ne le comprenons pas complètement.

Les chiffres

Ils montrent qu’ils ont un grand impact communicatif, mais ne sont pas encore si grands dans la réalité de notre vie quotidienne. Quelques données se référant au marché américain valident cette affirmation : deux tiers des Américains qui consomment de la télévision le font sur des chaînes classiques (Netflix n’est consommé que par 6%) ; les achats en ligne représentent 14% des ventes au détail (pense-t-on vraiment qu’Amazon a eu un impact sur le niveau des ventes d’un grand nombre d’établissements dans des villes petites ou moyennes ? ) ; seulement une personne sur six travaille à distance (est-il temps de fermer les magasins de proximité sur les routes entre le domicile et le bureau ?); moins de 8 % de la population consomme régulièrement des services de livraison (sommes-nous obsédés par la satisfaction de cette demande et négligeons-nous la qualité du service dans les magasins ?)

Bien que tous ces chiffres soient très représentatifs et avec une croissance annuelle très importante, voire spectaculaire, dire que le consommateur a radicalement changé sa façon de penser, de se comporter et d’agir est exagéré et ne correspond pas à la réalité. Il n’est pas totalement internalisé ni largement accepté. Elle le sera de plus en plus, mais nous avons encore des années devant nous où le “traditionnel” prend le pas, en termes numériques, sur le numérique.

Conclusion :

Il existe un décalage évident dans les attentes entre ce que le monde numérique et le monde analogique devraient apporter pour améliorer les activités des entreprises. Dans de nombreux cas, les façons de faire se répètent et ce qui varie, c’est la manière dont ce qui est fait par l’un ou l’autre “acteur” est valorisé.

Sommaire

Sois au courant des dernières actus !

Inscris-toi à notre newsletter pour recevoir toute l’actu crypto directement dans ta boîte mail

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Envie d’écrire un article ?

Rédigez votre article et soumettez-le à l’équipe coinaute. On prendra le temps de le lire et peut-être même de le publier !

Articles similaires