La banque de France améliore les paiements transfrontaliers

Temps de lecture : 2 minutes

Les monnaies numériques de banque centrale (CBDC) suscitent un intérêt croissant au sein des institutions financières internationales. Récemment, la Banque de France a testé avec succès les transferts transfrontaliers de CBDC en coopération avec d’autres banques du monde entier. Cette avancée souligne les perspectives encourageantes. Les technologies financières décentralisées telles que les CBDC sont en train d’ouvrir pour optimiser les opérations de paiement à l’échelle mondiale.

Une collaboration internationale pour développer l’interopérabilité des CBDC

Sous la supervision de la Bank for International Settlements (BIS), la Banque de France a œuvré conjointement avec ses homologues de Singapour et de Suisse. Elle cherche des alternatives pour trouver des solutions compatibles avec la technologie CBDC. Ce travail a permis d’évaluer différentes possibilités d’échanges et de transactions entre ces nouvelles monnaies numériques.

  • Amélioration des paiements transfrontaliers grâce aux CBDC : des transactions plus rapides et efficaces
  • L’intérêt grandissant des banques centrales et des régulateurs pour l’utilisation des CBDC dans les échanges internationaux
  • Le rôle de la BIS dans le développement de l’interopérabilité entre les CBDC du monde entier

Le projet Mariana : une expérimentation prometteuse pour le futur des paiements transfrontaliers

Baptisée « Projet Mariana », cette série d’essais menés par la Banque de France vise à explorer le potentiel offert par les CBDC. En effet, il s’agit d’une alternative pour optimiser les opérations de transferts transfrontaliers. Toutefois, il est important de souligner que les résultats et conclusions tirées de ces expérimentations ne présagent en rien des choix technologiques. « Projet Mariana est purement expérimental. Il ne préjuge pas des intentions des banques centrales partenaires quant à l’émission de wCBDCs ou l’approbation de DeFi ou d’une solution technologique spécifique », précise un rapport de la Banque de France.

Quel avenir pour les paiements transfrontaliers basés sur les CBDC ?

D’après Emmanuelle Assouan, les tests réalisés dans le cadre du projet Mariana sont très encourageants. Cependant, il reste encore des pistes à explorer afin d’améliorer davantage les paiements transfrontaliers. L’expérience réussie de la Banque de France avec les CBDC ouvre une nouvelle fenêtre d’opportunités pour les institutions financières internationales. En effet, l’utilisation de ces monnaies numériques s’appuie sur la technologie blockchain. Il permettrait d’accélérer et de faciliter grandement les transferts de fonds à l’échelle mondiale.

Les défis à relever pour établir un système CBDC universel

Si le potentiel des CBDC semble prometteur, plusieurs questions restent toutefois en suspens :

  • Comment garantir l’interopérabilité entre les différents CBDC qui seront déployés par les banques centrales ?
  • Quels types de régulation doivent être mis en place pour assurer la sécurité et la stabilité du système financier international ?
  • Comment éviter les risques liés à la cybercriminalité, tels que le vol ou la contrefaçon de devises numériques ?

Conclusion

La réussite des tests de transfert transfrontaliers de CBDC mené par la Banque de France témoigne du potentiel offert par cette nouvelle technologie financière. Mais encore faut-il œuvrer activement à l’élaboration du cadre réglementaire et technique adapté aux enjeux de ces nouvelles monnaies numériques.

Sommaire

Sois au courant des dernières actus !

Inscris-toi à notre newsletter pour recevoir toute l’actu crypto directement dans ta boîte mail

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Envie d’écrire un article ?

Rédigez votre article et soumettez-le à l’équipe coinaute. On prendra le temps de le lire et peut-être même de le publier !

Articles similaires