KLAPCOIN : La crypto débarque dans le cinéma !
Reportages, Vidéos

KLAPCOIN : La crypto débarque dans le cinéma !

Depuis la pandémie de Coronavirus, le cinéma souffre énormément du manque de financement, notamment dû à une économie en chute libre. De plus, les dernières nouvelles géopolitiques n’avancent en rien la situation. 

Toutefois, une solution pourrait très bien remédier à ce problème : Klapcoin. Paul Deswattines vous explique en détail ce projet Made in France, visant à aider les créateurs de divertissements. 

Klapcoin, c’est quoi, pour qui ? 

Une cryptomonnaie qui désire changer le monde financier lié au divertissement cinématographique ! Le projet provient de la DCF (La Diversité du Cinéma Français) qui produit de l’audiovisuel français. Créer par Sarah LeLouch, Fabien Berger, Joël Girod et Sabine Tellier, que Paul rencontrera durant ses interviews afin de les interroger sur Klapcoin

Il faut imaginer que 90 % des projets, ne sont jamais portés au bout du développement. Il n’y a que 10 % des idées initiales qui sont développées en France. Donc, le problème du financement est fondamentale. Alors, il y a des choses qui se produisent et qui se financent très bien. Il y en a d’autres pour lesquelles, c’est difficile. 

« Il faut imaginer que, les nombres de film de moins d’1 million d’euros de coût de production, ont augmenté de plus de 77 % pourcents. Ce qui indique une tendance extrêmement baissière aujourd’hui, du niveau des œuvres du gel dans ce pays. Donc, plus que jamais, la question du financement est problématique.”– Joël Girod

La DCF jouit d’un financement 100 % privé, offrant des perspectives de profits financiers, en assurant tout autant la promotion de la riche culture de la liberté d’expression Française. Investir dans Klapcoin, c’est posé une pierre sur l’édifice de la conservation du cinéma, tels les producteurs de séries à gros budgets. 

Grâce à leur prise de parole sur de nombreux sujets, la DCF parvient à trouver les meilleurs producteurs pour valoriser nos investissements, et à venir en aide aux projets souvent oubliés du cinéma. Réduisant ainsi le taux de développements abandonnés des projets audiovisuels. La DFC ne part pas sur une idée de méritocratie : tout le monde détient une chance. 

Les actions de la DCF

Mais quel impact possède la DCF, très exactement ?

  • L’aide au développement qui agît pour les auteurs, réalisateurs et producteurs confirmés, ou émergents. 
  • Un soutien financier et accompagnement personnalisé durant les étapes de développements. Que cela relève d’écriture, distribution artistique, recherche, direction artistique ou budgétisation. 
  • Suivant l’issue du processus de validation, l’engagement contractuel signé par le porteur du projet se verra définir l’enveloppe attribuée. Sans oublier objectifs et calendrier de développement. 
  • Une attention spécifique aux besoins des auteurs. Planification, rémunération, collaboration, coproduction et travaux de recherche.

Les invités de la DCF

Grâce à son projet dédié à cœur ouvert aux œuvres Francophone, la DCF ajoute dans son équipe des artistes dont la réputation n’est plus à faire. 

  • Kev Adams (Acteur) 
  • Julie Gayet (Actrice et Productrice) 
  • Jean-David Blanc (CEO de Molotov et ex-fondateur de AlloCiné) 
  • Patrick Braoudé (Réalisateur) 
  • Marie-Pierre Huster (Script Doctor) 
  • Fred Musa (Produceur) 
  • Valérie Perrin (Auteure) 
  • Alexandra Schamis (Agente Artistique) 
  • Elsa Zylberstain (actrice) 
  • Sofiane Zermani, alias Fianso (Rappeur et Acteur)

Leur partenariat avec Exaion 

Nous les avions déjà rencontrés dans une interview spéciale, l a DCF possède plus d’une carte dans son jeu : Exaion. Qu’est-ce qu’Exaion ? La filière blockchain Web3 de la firme EDF. 

Que vous connaissez très sûrement comme LE fournisseur d’électricité sur le territoire Français. Spécialisée dans la fourniture cloud de solutions blockchain et calculs à haute-performance, Exaion pose sa pierre à l’édifice en proposant des infrastructures afin d’optimiser la consommation d’énergie. Réduisant, ainsi, une empreinte de carbone augmentée.

Conclusion 

Depuis une vingtaine d’année maintenant, le cinéma Français souffre de différentes manières, mais pas seulement : ses auteurs également. Piratage, téléchargements illégaux, plateformes de streaming à paiement mensuels… Tout est fait pour une reconversion uniquement électronique, qui cause tout autant des dommages collatéraux aux cinémas. 

Via une amélioration du budget consacré au cinéma, on améliorerait considérablement les conditions de l’audiovisuel, mais notamment la situation des professionnels du corps métier cinématographique. 

Grâce à Klapcoin, un souffle de renouveau viendrait en aide à nos productions Françaises, ressuscitant ainsi les braises d’une sous-culture cultissime qui aura contribué à notre réputation. Sans oublier le tourisme et les prix. 

Un grand bravo à la DCF pour son investissement, ainsi que son continuel effort de préservé un patrimoine qui se transmettra aux plus jeunes générations. 

Pour découvrir la vidéo en entier, cliquez ici ! Paul nous réserve bien des surprises, accompagnés des invités interviewés de l’équipe DCF, pour expliquer en quoi et comment Klapcoin sauve l’audiovisuel Made in France.

 

 

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.