L’inventeur du Dogecoin : les cryptomonnaies contienne...
Actus

L’inventeur du Dogecoin : les cryptomonnaies contiennent le pire du capitalisme

Son invention, le Dogecoin, est l’un des grands succès de l’année en matière de monnaie. Pourtant, le développeur Jackson Palmer ne trouve plus rien de bon dans l’industrie des cryptomonnaies.

Jackson Palmer, co-inventeur de Dogecoin, critique souvent la pièce qu’il crée. Cette semaine, il prend la parole sur Twitter pour faire le point sur le monde actuel des cryptomonnaies. Après des années d’observation, il conclut que les cryptomonnaies sont une technologie de droite, hypercapitaliste. De plus, elle combine évasion fiscale, faible surveillance réglementaire et rareté artificielle pour enrichir ses partisans. Il déclare qu’un retour dans l’industrie est hors de question.

Quels sont les facteurs entraînant cette situation ?

Bien qu’elle prétende créer de la décentralisation, l’industrie des cryptomonnaies, contrôlée par un puissant cartel de riches individus, n’a fait au fil du temps que reproduire le monde financier existant. Dans le même temps, il bénéficie également d’un réseau d’influenceurs et de médias vénaux.

Ces derniers propagent des moyens sectaires de s’enrichir rapidement et de soutirer ainsi de l’argent des poches des désespérés et des naïfs. Les cryptomonnaies reprennent les pires éléments du capitalisme actuel. Tels que la corruption, la fraude et l’inégalité… De plus, elles utilisent en même temps des logiciels pour faire en sorte que les mesures prises par l’État à son encontre. Elles offrent une protection aux citoyens ordinaires, soient fortement limitées.

Même une critique modérée des cryptomonnaies provoque aujourd’hui une vilification de la part de ses représentants. Un débat normal n’est plus possible. Palmer ne prend donc plus part aux discussions publiques sur les cryptomonnaies. Cependant, il applaudit tous ceux qui considèrent le monde des cryptomonnaies avec le scepticisme. Ce dernier s’applique à toute technologie.

Son partenaire Dogecoin, Billy Markus, qui, contrairement à Palmer, est toujours actif dans le monde de la cryptomonnaie. Il ne pense pas comme ça, mais comprend son point de vue.

La réfutation est venue du PDG de Coinbase, Brian Armstrong, entre autres. Il s’agit avant tout d’une alternative pour les personnes qui recherchent plus de liberté. De même que pour ceux qui ne voient pas l’État comme la solution à tout. Face à l’inefficacité du gouvernement, la combinaison d’un marché libre et de la responsabilité personnelle peut conduire à de meilleurs résultats pour tous.

Les cryptomonnaies ne résolvent pas les inégalités de richesse. Mais elles donnent à de nombreuses personnes la possibilité de devenir riches. Alors qu’elles ne peuvent jamais le faire dans le monde financier normal et réglementé. Cela ne fait qu’enrichir ceux qui le sont déjà. Ceux qui veulent plus de contrôle dans leur vie financière se servent dans le monde de la monnaie fiduciaire.

De la blague au Hypecoin

Le Dogecoin était à l’origine une blague entre deux programmeurs Billy Markus et Jackson Palmer et est arrivé sur le marché en 2013 dans le sillage d’un précédent boom des cryptomonnaies. Techniquement, il est basé sur le Litecoin. Sa popularité réside probablement dans le choix d’un mème de chien mignon comme logo, avec des images de la race de chien japonais Shiba Inu. Palmer et Markus n’ont pas été impliqués dans Dogecoin depuis des années.

Au cours du récent boom des cryptomonnaies, qui s’est depuis stabilisé, la pièce a parfois grimpé à des prix supérieurs à 50 cents américains. Le PDG de Tesla, Elon Musk, a notamment alimenté l’engouement par des tweets. Le Dogecoin se négocie actuellement à environ 18 cents US et est la 8e plus grande cryptomonnaie en termes de capitalisation boursière.

Comments are off this post!