Fantom : Une blockchain surpassant Ethereum
Guides

Fantom : Une blockchain surpassant Ethereum

Il ne fait aucun doute que la blockchain est l’une des innovations le plus prometteuse après la création d’internet. Au début ignorées, puis considérées comme nuisible, voire même absurde, cette technologie, sous-jacente aux crypto monnaies, est l’une des plus attrayantes depuis ces dernières années. Bon nombre d’entreprises se sont laissé séduire par la blockchain et ont pour ambition de bouleverser leur secteur respectif (sport, logistique, cloud, jeux vidéo, streaming musical, etc). Mais aussi formidable que soit cette technologie, elle présente tout de même certains inconvénients. C’est la raison pour laquelle blockchain Fantom a été créée.

Le problème des premières blockchains

Pour comprendre les problèmes qu’avaient les premières blockchains, nous allons dans un premier temps revenir dans le passé. Puis, nous découvrirons comment fonctionne Ethereum. La deuxième plus grosse cryptomonnaie du marché en termes de capitalisation.

Là où tout a commencé

Avant qu’Ethereum fasse son apparition en 2014, l’usage de la blockchain se limitait uniquement à des transactions financières. Historiquement, cette technologie est née d’une volonté de s’affranchir des banques, suite aux désastres causés par ces dernières pendant la crise des subprimes.

Engendrant ainsi la création de Bitcoin, en 2009, afin que l’on puisse gérer sois même son argent. Donc notez bien que c’est grâce à l’apparition de la blockchain Ethereum, que de nombreuses plateformes décentralisées ont pu voir le jour. Comment cela est-ce possible ? C’est justement ce que nous allons voir ci-dessous.

Qu’est-ce qu’Ethereum (ETH) ?

Par analogie avec votre ordinateur personnel, imaginez Ethereum comme un ordinateur accessible à tous, sur lequel des développeurs peuvent créer et exécuter un programme, basé sur la blockchain. Ainsi, la fonction principale d’Ethereum est la possibilité de créer d’applications décentralisées (Dapps).

Qu’est-ce qu’un Dapps ?

Les Dapps ou application décentralisée, sont des applications qui fonctionnent sur un réseau décentralisé (une blockchain), par opposition aux applications classiques qui reposent sur des serveurs centralisés, gérés par une seule entité.

L’un des problèmes majeur de cette centralisation, est que nos données personnelles ne nous appartiennent pas réellement. Comme l’a prouvé le scandale de Cambridge Analytica, confier autant de ses données personnelles à un intermédiaire tel que Facebook, est généralement une mauvaise idée.

Un des autres problèmes avec les applications centralisées vient de leur fonctionnement. En effet, une application centralisée, utilisable sur Internet, doit être hébergée sur un ou plusieurs serveurs. Ces serveurs ont des adresses IP identifiables, que des personnes avec de mauvaises attentions peuvent récupérer pour connaître notre position géographique.

Un dernier problème qu’il faut encore soulever, et pas des moindres, c’est que le propriétaire d’une application centralisée peut faire ce qu’il veut. Par exemple, il peut refuser à quelqu’un l’accès à ses services simplement parce que cette personne fait quelque chose qu’il n’aime pas.

C’est déjà le cas de YouTube par exemple, qui peut décider de ne pas vous autoriser l’accès a son réseau de diffusion de vos vidéos, car vous véhiculer dans celles-ci des idées politiques différentes des siennes.

C’est donc pour résoudre les différents problèmes énoncés plus haut, que les applications décentralisées ont été créées. Basées sur une blockchain, le fonctionnement de ces dernières reposent sur ce qu’on appelle des contrats intelligents.

Qu’est-ce qu’un contrat intelligent ?

Un contrat intelligent ou “smart contract”, est un programme dont l’exécution ne nécessite pas l’intervention d’un tiers de confiance. Il s’agit d’un programme qui s’active automatiquement sur un réseau décentralisé, une fois que certaines conditions sont remplies. Ces conditions sont définies préalablement par le créateur du contrat intelligent et sont écrites de manière immuable sur la blockchain.

Ainsi, dès que certaines conditions sont remplies sur la blockchain par un utilisateur, au travers d’un Dapps par exemple, le contrat se déclenchera de manière automatique. Contrairement à un contrat traditionnel, aucune tierce partie ne va procéder à la réalisation du contrat, tout est automatisé.

La raison d’être d’Ethereum

L’objectif principal d’Ethereum est de fournir à chacun, une plateforme, ou du moins une blockchain, sur laquelle on peut créer des applications décentralisées, via la programmation de contrats intelligents. Ces applications font bien plus que de simples paiements en ligne. Elles couvrent de nombreux autres domaines tels que le stockage de contenu, le divertissement, l’assurance, la logistique ou encore l’immobilier.

fantom

Un cas pratique avec l’immobilier

Prenons pour exemple le domaine de l‘immobilier. Supposons que vous deviez vendre votre maison. Il s’agit d’un processus assez long et compliqué, qui nécessite généralement beaucoup de paperasse et de flexibilité, car vous devez communiquer avec différentes parties prenantes (banque, notaire, potentiel acheteur, etc).

C’est pourquoi la plupart des vendeurs font appel à un agent immobilier. Ce dernier se chargera de toutes les formalités administratives et de commercialisation du bien. Ces agents immobiliers agissent en tant qu’intermédiaires, depuis le début de la négociation et jusqu’à la signature du contrat.

Par conséquent, une fois la transaction confirmée, l’agent immobilier de l’acheteur et du vendeur, se partageront environ 7% du prix de vente à titre de commission. Cela représente une perte financière considérable pour le vendeur.

C’est dans ce type de contexte que les Dapps prouvent leur utilité, notamment en rendant le processus beaucoup plus léger grâce aux contrats intelligents. Plus important encore, ils règlent un problème de confiance et nous font gagner du temps, mais aussi de l’argent.

Car avec un smart contrat, une transaction immobilière de ce type peut être effectuée sans intermédiaire (grâce à la décentralisation) et de manière quasi-automatique, si les conditions demandées sont remplies.

À titre d’exemple, en avril 2019, la startup américaine Propy a divisé, puis vendu deux propriétés résidentielles à Niseko, situés sur les îles japonaises d’Hokkaido au Japon, à des investisseurs d’Hong Kong. Cela au travers d’une plateforme dédiée aux transactions immobilières via la blockchain.

Mis à part les Dapps & les contrats intelligents, à quoi sert la crypto Ethereum ?

Pour commencer, il faut savoir qu’il existe des frais pour réaliser des opérations sur le réseau Ethereum. Ces frais, reversé aux mineurs de la blockchain, c’est-à-dire à ceux qui permettent la réalisation des opérations voulu par les utilisateurs, peuvent être uniquement payés en Ethereum.

Toutefois, la complexité de la plateforme fait qu’il a été nécessaire de mettre en place un système de calcul intermédiaire, pour le paiement des frais. Créant ainsi ce qu’on appelle le système de frais de “gaz”.

Voyez le gaz comme de l’essence pour votre voiture. Si une transaction réalisé sur le réseau Ethereum va d’un point A à un point B, elle aura consommé une certaine quantité de “gaz”. Tout comme la voiture, si vous souhaitez aller d’un point A à un point B, vous allez forcément consommer de l’essence.

En fonction de votre vitesse et de la longueur du chemin parcouru, le coût de l’essence consommé varie. Ce principe s’applique également aux transactions réalisé sur Ethereum. Si un utilisateur souhaite envoyer un montant d’argent important, et la faire parvenir le plus rapidement possible à la personne concerné, ses frais de transactions (ou frais de gaz) seront conséquents.

Inversement, si le montant de la transaction est faible et que le temps d’attente pour que cette dernière arrive à destination ne dérange pas l’utilisateur, les frais de gaz seront bas. Mais les frais de gaz ne se limitent pas uniquement à des transactions. Elles sont applicables à tous types d’opérations réalisées sur la blockchain Ethereum. Dont l’exécution de contrat intelligents.

L’Ethereum est donc une cryptomonnaie dite “d’usage”. Dans un premier temps, elle nous permet de programmer différents smart contracts et Dapps sur la blockchain Ethereum. Dans un second temps, sa cryptomonnaie, qui porte son nom, nous permet de payer les frais des diverses opérations effectuées sur sa plateforme.

Ethereum est la toute première blockchain à avoir été créée avec un aussi gros potentiel d’évolution. Car comme nous l’avons expliqué précédemment, avant 2014, la blockchain permettait seulement un simple échange monétaire. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’Ethereum est appelé Blockchain 2.0.

Mais bien qu’elle soit révolutionnaire par sa conception, elle dispose néanmoins de certains inconvénients. Inconvénients que la blockchain Fantom est parvenue à résoudre.

Présentation de fantom : une blockchain de nouvelle génération

La Fantom Fondation, est le nom de l’équipe qui a développé la blockchain Fantom (ftm). Né en 2018 et originaire de Corré du Sud, le projet est parvenu à lever 40 millions de dollars lors de son ICO.

À ce jour, Fantom a conclu des partenariats avec plusieurs entreprises traditionnelles (Korea FoodTech Association, Oracle Corporation, Quantum Equity Partners, Blockwater Capital, TCM, etc), mais aussi avec des sociétés crypto (Chainlink, Band Protocol, TheGraph, UniLend, Waves, OKX , NEM, etc).

Mais qu’est-ce que fantom ?

Fantom est une blockchain qui souhaite mettre un terme au manque de scalabilité des blockchains. La scalabilité représente la capacité de maintenir ses fonctionnalités et ses performances en cas de forte demande. Chose que la blockchain Ethereum est incapable de faire par exemple.

En effet, lorsqu’il y a une trop forte demande sur son réseau, le nombre de bugs et de cas latences est considérable. Ces limitations empêchant les développeurs de créer des applications décentralisés innovantes, remettent en question l’évolutivité même de la blockchain Ethereum. Car cet aspect était autrefois son plus grand atout.

fantom

fantom blockchain : une technologie de pointe

Pour résoudre ce problème, Fantom a mis au point un nouveau système appelé le Graphe Acyclique Dirigé (DAG). Suite à cela, Fantom se définit comme une nouvelle plateforme de contrats intelligents basée sur le DAG, qui vise à résoudre les problèmes de scalabilité et d’évolutivité des blockchains actuelles.

La plateforme entend se distinguer de l’infrastructure traditionnelle (preuve de travail & preuve d’enjeu) en essayant d’utiliser une version améliorée des protocoles existants basés sur les DAG.

La blockchain à l’intention d’être open-source, c’est-à-dire utilisée et modifiée par la communauté, et de fournir divers outils de support qui peuvent être utilisés pour créer des applications décentralisées (DApps).

En janvier 2021, lorsque l’on a additionné le nombre de Dapps présent sur Fantom, cela représentait plus de 12,5 milliards de dollars. Dépassant la Binance Smart Chain (BSC), Fantom était devenu la troisième blockchain la plus utilisé au monde. Mais avec la baisse des marchés, elle est sûrment retombée à la 4e ou 5e place.

Toujours dans l’optique d’accroître ses performances, la plateforme Fantom adopte également un autre système connu sous le nom de « Protocole Lachesis » pour maintenir son réseau.

L’objectif de ce dernier est de permettre aux applications basées sur la blockchain Fantom, de bénéficier d’un haut débit de transactions. Les transactions seront quasi instantanées et auront des frais pratiquement nuls. Chose qu’une fois encore Ethereum ne peut pas faire.

Les faiblesses d’Ethereum

En raison de son cruel manque de scalabilité, la blokchain Ethereum est réputée pour avoir des frais de transactions exorbitants. Faisant constamment face à une véritable congestion, suite au trop grand nombre de transactions réalisées sur réseau, Ethereum peine à traiter cet afflux de demande. Pour reprendre l’exemple de la voiture présenté plus haut dans l’article, cela créé sur le réseau un véritable bouchon qui n’en fini plus.

Par conséquent, le temps que votre voiture (donc votre transaction) aille d’un point A à un point B, est beaucoup plus long qu’auparavant. Plus le temps passe, plus la file d’attente de transaction voulant atteindre un point B s’allonge. De ce fait, les frais de gaz pour voir sa transaction arrivé à destination dans un laps de temps acceptable, explosent.

De ce problème est née la volonté de plus dépendre de la blockchain Ethereum pour réaliser des Dapps. De cette volonté est née bien évidement la blockchain Fantom, mais aussi la blockchain Avax, Solana, Elrond, BSC et bien d’autres. Se disant surpasser de très loin Ethereum, on appelle ces blockchains les “Ethereum Killer”.

La vision de la blockchain fantom

Pour en revenir à Famtom, la principale mission de ce projet est d’assurer la compatibilité entre tous les organismes dans le monde, et de créer un écosystème qui permet des transactions en temps réel et le partage de données à faible coût.

Ce faisant, théoriquement, Fantom est censé supporter jusqu’à 4500 transactions par seconde, avec des frais de transactions serait de l’ordre du centime. Fantom a l’intention d’être utilisé à grande échelle dans divers secteurs industriels verticaux, tels que les télécommunications, la finance, la logistique, la fourniture de véhicules électriques et autres.

La Fantom Fondation a l’intention de créer un écosystème basé sur les contrats intelligents, qui pourra être utilisé par toutes les entreprises partenaires actuelles et futures dans le monde entier. Pour faciliter les transactions mondiales avec une précision et une fiabilité élevées, la Fantom Fondation sera à la tête de la prochaine génération de blockchains.

fantom crypto ($ftm)

La crypto fantom à une offre total de 3 175 000 000 d’unités et est classé 57ème en termes de capitalisation boursière. À l’heure ou cet article est écrit, le ftm crypto à un volume d’échange journalier dépassant les 426 millions de dollars et vaut 0,35€. Le plus haut niveau atteint par le ftm token est de 3€. Celui-ci est disponible sur la plateforme Binance.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.