Le bitcoin pose-t-il problème comme moyen de paiement ?

Intermédiaire
Temps de lecture : 4 minutes

Au Venezuela, une nouvelle reconversion monétaire est entrée en vigueur. Le bolivar a perdu son pouvoir d’achat si rapidement qu’aujourd’hui, 6 zéros ont été supprimés pour faciliter les transactions quotidiennes et la comptabilité. Au total, 14 zéros ont été soustraits du bolivar au cours des 13 dernières années.

Avant cela, le dollar s’était déjà imposé dans le pays comme unité de compte et le bolivar avait cessé d’avoir un impact sur les prix des produits et des services. Au Venezuela, tout se paie « au tarif du jour ».

C’est-à-dire que partout dans le pays, vous payez en bolivars l’équivalent de la valeur de tout ce qui est en dollars au taux de change actuel. Dans certains cas, il s’agit du taux officiel fixé par la Banque centrale du Venezuela ; dans d’autres, du taux parallèle, qui tient compte de divers indicateurs tels que les maisons de change et même les échanges de bitcoins. LocalBitcoins et Binance, plus précisément.

Naturellement, chaque jour, les prix changent en bolivars. C’est ainsi qu’un nouveau nom pour la tarification a été créé de facto : « ref », abréviation du mot « référence ». Il s’agit d’une façon de faire référence au dollar, une monnaie dont l’utilisation a longtemps été illégale ou taboue dans le pays. Nombreux sont ceux qui craignent la simple évocation de la monnaie américaine, alors qu’elle est déjà l’unité de compte commune.

Mais je m’égare : le fait est que le dollar fixe les prix, mais que les bolivars paient. Les gens y sont déjà habitués et il ne semble pas que cela change dans un avenir proche. Même si les prix sont exprimés en bolivars (ce n’est pas le plus courant mais cela arrive quand même), nous, Vénézuéliens, passons nos journées à faire mentalement des calculs, à faire des conversions, à calculer quelle est la référence selon laquelle il faut payer même pour un chocolat. Et chaque jour, ce compte change, inéluctablement.

Volatilité = Venezuela

Même avec ce scénario vénézuélien, certains s’interrogent encore sur la possibilité d’utiliser le bitcoin (ou toute autre crypto-monnaie, soyons justes) comme moyen de paiement. L’un des principaux arguments ? Volatilité. Ha. Comme si, au Venezuela, la volatilité du bolivar (bien qu’il baisse presque toujours, remarquez) n’était pas la norme.

La reconversion est entrée en vigueur le vendredi 1er octobre dernier. Quelques jours auparavant, le dollar parallèle est rapidement passé d’environ 4 millions de bolivars (ou 4 bolivars après la reconversion) à 5 millions.

Au cours du week-end, alors que les magasins s’adaptaient encore aux nouveaux chiffres pour encaisser, le prix de la devise étrangère s’est effondré. À l’heure où cet article est rédigé, le taux de change est de 3,98 bolivars pour un dollar.

Le problème s’aggrave lorsque l’on voit la réalité dans la rue : tous les magasins n’acceptent pas les mêmes modes de paiement, les gens se rabattent sur le change de dollars pour régler leurs achats sans avoir le problème du manque de monnaie ou des petites coupures lorsqu’ils paient en espèces avec des dollars. Mais le taux auquel les magasins et autres établissements facturent varie à leur guise, alors qu’en théorie, ils devraient tous utiliser le taux quotidien de la Banque centrale du Venezuela.

Dans certains cas, une personne peut échanger des dollars à 4 bolivars et finir par payer un produit ou un service à 5 bolivars pour un dollar. C’est 25 % de plus que le prix qu’ils devaient payer initialement.

Ne serait-il pas plus facile de payer avec des bitcoins au taux actuel en dollars ? Si c’est à cause de la volatilité ou des différences de prix, au Venezuela, nous sommes déjà préparés à cela, après tout. Actuellement, un achat de 10 dollars équivaut à environ 39,9 bolivars. Et en bitcoin, cela représente environ 20 000 satoshis ou 0,0002 BTC, selon la calculatrice de CryptoNews.

Au fond, le processus est le même : l’esprit vénézuélien, qui complote sans cesse pour comprendre combien et comment payer dans un pays où la valeur des choses varie d’un coin à l’autre, d’un jour à l’autre, d’une monnaie à l’autre. Avec le bitcoin, le calcul est fait directement par le portefeuille au moment où vous allez payer, donc il y aurait un souci de moins, alors est-ce un problème de payer avec des bitcoins, des bolivars, des dollars ou de l’or, qui est aussi utilisé comme moyen de paiement dans certaines régions ?

Considérons également une autre question : la volatilité, en soi, ne vous nuit pas toujours. Oui, un jour, la valeur de votre BTC peut baisser et vous pouvez perdre en effectuant un achat. Mais un autre jour, ce sera peut-être l’inverse.

« Le bitcoin est très compliqué »

Est-ce que le fait d’avoir son propre portefeuille et de payer instantanément depuis son téléphone est plus compliqué que d’utiliser Zelle, avec une tierce partie aux États-Unis à qui vous devez dire à chaque fois que vous devez payer pour effectuer le transfert ? Car c’est ce que font de nombreuses personnes au Venezuela, où Zelle est devenu une sorte de PayPal externe qui, bien qu’il présente des avantages du fait de l’absence de commissions, n’est pas accessible à tous.

En réalité, Zelle ne dispose pas d’un service au Venezuela, mais seulement auprès des banques américaines. En d’autres termes, vous ne pouvez pas l’utiliser sans un médiateur qui peut ne pas être disponible au moment où vous devez payer. Sans parler du fait que, même s’il s’agit d’une personne très digne de confiance, c’est un tiers qui est chargé de votre argent.

Cette dépendance ne se produit pas avec l’utilisation du bitcoin. En ayant votre portefeuille, vous êtes déjà connecté au réseau Bitcoin et il vous suffit de disposer des fonds nécessaires, d’appuyer sur le bouton d’envoi et votre paiement est prêt. Sans qu’une banque ou une personne ne soit impliquée.

Avec le bitcoin, vous êtes davantage responsable de la protection de votre argent, ce qui présente des inconvénients pour un utilisateur peu familier ou un utilisateur qui préfère la commodité, sans aucun doute. Il est préférable d’utiliser un portefeuille auto-dépositaire, de sauvegarder vos graines de récupération et de comprendre le fonctionnement des frais du réseau bitcoin.

Mais ce même réseau ne s’arrête pas de fonctionner, il est toujours actif, il ne dépend pas d’une autre personne qui pourrait être occupée au moment où vous en avez besoin ou d’une banque dont la plateforme peut s’arrêter de fonctionner même pendant quelques jours, comme cela s’est produit récemment avec la Banco de Venezuela.

En résumé, nous pourrions dire : si l’argument contre l’utilisation du bitcoin comme moyen de paiement est sa volatilité, celle-ci n’est pas aussi problématique pour les Vénézuéliens que pour les autres. Tant que les prix restent fixés dans une monnaie modérément stable, comme le dollar, il est possible de vivre avec un moyen de paiement volatil. Le bolivar l’a plus que prouvé au fil des ans.

Sommaire

Sois au courant des dernières actus !

Inscris-toi à notre newsletter pour recevoir toute l’actu crypto directement dans ta boîte mail

Envie d’écrire un article ?

Rédigez votre article et soumettez-le à l’équipe coinaute. On prendra le temps de le lire et peut-être même de le publier !

Articles similaires