Argo, le géant du minage s’offre deux data centers iss...
Actus

Argo, le géant du minage s’offre deux data centers issus d’énergie hydraulique

Argo, la grande société experte dans l’univers du minage vient tout juste de se procurer deux data centers très particulières. En effet, ces data centers proviennent du Québec et sont puisées par de l’énergie hydraulique. Cet achat est une avancée de plus dans les nombreux objectifs que l’entreprise de mining. Son but est ainsi de rendre ce secteur technologique un peu plus vert.

Le Bitcoin se doit d’être extrait de manière écologique, comme un bon nombre de sociétés tentent de le faire ces derniers temps. C’est donc dans cette continuité qu’est née cette initiative de l’entreprise Argo. C’est ce qu’elle a ainsi annoncé dans un communiqué de la bourse de Londres, en ce début de semaine.

Le minage et l’écologie, les difficultés

Miner

centre pour minage

Miner est une activité très complexe. Le mining ou minage en français est la réalisation d’une suite d’opération algébrique compliquée. Elle nécessité ainsi d’avoir une parfaite maîtrise et connaissances de la part du mineur. Les mineurs sont en général rémunérés grâce aux opérations qu’ils réalisent. En validant les transactions et en les ajoutant aux blocs de la blockchain, le mineur peut être très généreusement payé. Parfois il ne l’est pas tant que ça ; en réalité tout dépend de la rapidité de ses opérations. Les mineurs peuvent être très nombreux à vouloir miner une opération qui pourrait leur rapporter gros. L’objectif est donc d’être le plus rapide à réaliser ce traitement de mining. Les traitements des opérations doivent être donc très rapides et s’enchaînent les unes après les autres.

Le minage, une activité très énergivore

Le gros point noir de cette activité actuellement est quelle consomme énormément d’énergie électrique. En effet, pour miner les mineurs utilisent de puissants ordinateurs ou des technologies de derniers cris très énergivores. De plus il faut bénéficier d’une très importante connexion internet et de cartes cryptographiques. D’un point de vue environnemental miner n’est pas un travail anodin. D’ailleurs grâce au minage, il est possible de chauffer toute une pièce, en plein hiver, grâce à la chaleur qui se dégage des outils informatiques.

Cependant aujourd’hui il s’agit d’un secteur essentiel pour les centaines de blockchains qu’il existe sur le marché. Très rares sont les cryptomonnaies qui sont vendues, achetées ou traitées grâce à un réseau décentralisé qui ne mine pas. Ce qui est difficile est donc d’allier à la fois une activité de minage performante et de respecter des engagements écologiques. La preuve, grâce à l’achat des deux data centers, c’est que ces deux univers ne sont pas incompatibles.

Les data centers dans le processus de minage

Les deux data centers achetées par Argo sont actuellement le foyer d’une très grande partie des outils de minage de la société. Elles ont une capacité de stockage de 20 mégawatts. Une data center est tout simplement un centre de données. Ils peuvent être internes ou externes à l’entreprise, détenus par elle-même ou par des prestataires. Les data centers d’Argo se situent en Chine et leur appartiennent. Il s’agit donc d’une très grande base de données, essentielles pour les activités de mining de l’entreprise. Les énergies hydrauliques utilisées pour le bon fonctionnement des centres de données doivent donc se montrer à la hauteur. Comme précisé, le minage est une activité clé, tout dépend de cette étape pour le bon fonctionnement d’une blockchain et de ses services. Argo mise donc très gros, mais s’assure confiant dans cette initiative très prometteuse et garanti un bon support à l’avenir des cryptomonnaies.

Argo et ses activités

L’entreprise de minage a vu le jour en 2017. C’est d’ailleurs la première entreprise de cryptomonnaie à être introduite sur la bourse de Londres. La société Argo propose un concept tout à fait unique sur le marché de la crypto. Elle permet, grâce à notre propre ordinateur ou notre mobile de miner de très nombreuses cryptomonnaies. Le cofondateur de l’entreprise a même déclaré qu’ils souhaiteraient devenir le « le Amazon des services de crypto-monnaies ».

Le PDG actuel est PDG Peter Wall. Il a d’ailleurs déclaré, face à l’achat de l’entreprise, que : « l’achat par Argo des data centers au Canada représente une autre étape importante pour la société, car nous cherchons à mieux contrôler notre production de mining et nos coûts d’exploitation, tout en ayant des bases solides pour une croissance à long terme. »

Les cryptomonnaies et les énergies vertes

Le problème ici se résume aux rendements des entreprises. Le charbon est une énergie très utilisée par les entreprises, car les rendements sont faibles, à l’instar de son lourd impact écologique. Ça n’est que récemment que les empreintes écologiques que laissent les activités des cryptomonnaies et des blockchains inquiètent. En effet, il n’en n’était pas encore question ces dernières années. On ne peut donc qu’encourager les grandes entreprises à modifier leurs activités afin de garantir un avenir des crypto compatible avec l’environnement. Tout récemment, ce sont les grands noms d’entreprises et des nouvelles technologies comme, Elon Musk, qui se sont exprimés sur le sujet.

Elon Musk, entre crypto et conscience écologique

Persuadé du grand intérêt qu’apportent les cryptomonnaies, le fondateur et PDG de Tesla a récemment fait plusieurs annonces sur Twitter. C’est donc sur le grand réseau social de l’oiseau bleu que l’homme d’affaire a déclaré le grand changement d’activité de son entreprise. En février dernier Tesla a investi près de 1,5 milliard de dollars dans le Bitcoin. De plus, il a évoqué la possibilité de prochainement acheter une voiture grâce au Bitcoin. Ceci était d’ailleurs possible aux États-Unis dès le mois de mars.

Cependant, le 13 mai dernier, il fait marche arrière et décide de ne plus miser sur les cryptomonnaies actuellement. Il dit s’être informé sur les préoccupations environnementales qui entourent la crypto sphère. Voici donc le message publié sur Twitter ce jeudi-là :

 » Tesla a suspendu les achats de véhicules utilisant Bitcoin.  Nous sommes préoccupés par l’utilisation croissante de combustibles fossiles pour l’extraction et les transactions de Bitcoin, en particulier le charbon, qui a les pires émissions de tous les combustibles.  La crypto-monnaie est une bonne idée à plusieurs niveaux et nous pensons qu’elle a un avenir prometteur, mais cela ne peut pas coûter cher à l’environnement.  Tesla ne vendra aucun Bitcoin et nous avons l’intention de l’utiliser pour des transactions dès que l’exploitation minière passera à une énergie plus durable.  Nous examinons également d’autres crypto-monnaies qui utilisent <1% de l’énergie / des transactions de Bitcoin. »

Peut-être devrait-il se renseigner sur Solarcoin ?

Comments are off this post!