L’analyse de la crypto-monnaie faite par Primavera De ...
Actus

L’analyse de la crypto-monnaie faite par Primavera De Filippi

Primavera De Filippi est diplômée est une chercheuse au Centre d’études et de recherches de sciences administratives et politiques (CERSA, unité mixte du CNRS et de l’université Paris II). C’est une chercheuse qui est associée au Berkman Center for Internet & Society. Elle écrit un livre qui s’intitule Blockchain et cryptomonnaies et nous explique comment cette nouvelle technologie est-elle révolutionnaire, quelles sont ses répercussions dans la société. La monnaie virtuelle est prometteuse puisqu’elle «désintermédie en passant d’un système fondé sur la confiance à un système fondé sur la preuve.»

La cryptomonnaie une base de données décentralisée

Cette femme auteur annonce que:

«La blockchain de Bitcoin se distingue des bases de données traditionnelles (gérées par des opérateurs centralisés), car elle est administrée de manière collective par l’ensemble des membres qui interagissent sur le système. Bitcoin s’appuie sur un protocole informatique qui va dicter les règles et les procédures à suivre afin de permettre l’enregistrement des transactions de manière sécurisée et décentralisée.
Tant que la plupart des participants respectent ces règles, aucune autorité de confiance n’est requise pour garantir la bonne exécution des transactions. Plus besoin d’un opérateur centralisé chargé d’autoriser les transactions étant détenu – en sa totalité – par tous les membres du réseau, qui participent tous à la validation et la vérification des transactions. Et c’est le fait qu’elles soient partagées en réseau qui les rend infalsifiables, car toute tentative de modifier ne serait-ce que l’une de ses transactions sera immédiatement détectée par les autres membres de réseau.»

En effet, la décentralisation tend à une liberté monétaire puisque le membre de la communauté de la blockchain de Bitcoin se soumet aux procédures de transactions afin de sécuriser ses actions. Celui-ci devient le maître de son investissement par exemple car les membres du réseau autorisent et vérifient toutes les opérations émises sur la base de données décentralisée.

La Blockchain et la cryptomonnaie pouvant être critiquées

Primavera De Filippi dit également que:

«L’immaturité et la complexité de cette nouvelle technologie sont telles qu’il n’existe aujourd’hui qu’un petit nombre d’experts capables de comprendre le fonctionnement et d’analyser les potentielles failles de sécurité de ces systèmes. Ce problème est exacerbé par le fait que – une fois déployé – le protocole d’une blockchain ou le code des applications déployées sur cette blockchain ne peut pas facilement être mis à jour. L’exécution des applications sur la blockchain se faisant de façon automatique (et autonome), aucun opérateur ne peut – à lui seul – intervenir pour en arrêter le fonctionnement. Il est donc fondamental de s’assurer que ces applications soient développées de façon simple et sécurisée, afin d’éviter le risque de se retrouver avec une application dysfonctionnelle, dont le code ne pourra plus être modifié ni altéré. L’occasion s’est déjà présentée d’observer les implications de certaines failles de sécurité au sein d’une application blockchain. Un premier incident de grande envergure est survenu en juin 2016, lorsqu’un individu a identifié une vulnérabilité dans le code d’un smart contract déployé sur la blockchain d’Ethereum, qui détenait alors plus de 150 millions de dollars (en Ethers).»

Certaines personnes peuvent penser que cette nouvelle technologie est encore fragilisée par le fait que son système de sécurité a encore des défauts puisque le code des applications par exemple ne peut pas être mis à jour, c’est-à-dire, si un membre perd son code d’accès, celui-ci perd l’intégralité de sa monnaie virtuelle. Cette faille est dangereuse car aucune personne ou opérateur ne peut remédier à cela.

blockchain
Voici la première page de couverture de ce livre. Je te conseille vivement de le lire.

Comments are off this post!