Quels sont les 3 facteurs qui pourraient pousser l’Eth...
Guides

Quels sont les 3 facteurs qui pourraient pousser l’Ethereum au-dessus de 3 000 $ ?

S’il est vrai que les cryptomonnaies ont été malmenées au cours des trois derniers mois par la répression réglementaire de la Chine, le revirement d’Elon Musk sur les paiements en bitcoins pour les voitures vendues par Tesla et, plus généralement, par le climat d’incertitude (voir variante Delta) qui continue de freiner les paris des investisseurs sur les actifs plus risqués, il est également vrai qu’au cours des deux dernières semaines, certaines monnaies numériques, comme l’Ethereum, ont recommencé à courir vers les niveaux “d’avant la crise”.

La deuxième cryptomonnaie (et premier altcoin) par capitalisation boursière se négocie désormais à 2 765 dollars, soit une hausse de 54,8 % par rapport à son plus bas niveau de 1 786 dollars le 20 juillet. Il s’agit d’un rythme soutenu, bien que les sommets de mai de 4 080 $ soient encore hors de portée. Mais quels sont les facteurs qui inversent ce qui était désormais une tendance à la baisse consolidée, et qui pourraient finalement pousser l’Ethereum au-dessus du seuil psychologique de 3 000 $ ? En voici trois.

1. Londres, la nouvelle mise à niveau de la blockchain Ethereum

Commençons par la mise à niveau d’hier de la blockchain native d’Ethereum, London. Cette mise à niveau comprend l’EIP-1559, un protocole qui révolutionne le calcul des frais de transaction. Désormais, ces frais seront, entre autres, partiellement brûlés ou retirés de la circulation, ce qui aura pour effet de diminuer l’offre d’Ethereum et de gonfler potentiellement son prix. À long terme, en outre, le hard fork de Londres pourrait conférer à la crypto des propriétés déflationnistes, un processus long mais qui s’avérera “très bénéfique” pour les investisseurs, comme l’a révélé le coauteur de l’EIP-1559, Eric Conner.

2. Les règles de Google concernant les annonces de cryptomonnaies

Un coup de pouce vient aussi de l’extérieur. Google, qui, en mars dernier seulement, avait décidé d’arrêter tous les produits liés (directement ou indirectement) aux cryptomonnaies, est revenu sur ses pas : depuis le 3 août, les entreprises qui exploitent des bourses d’échange et proposent des portefeuilles pour stocker des bitcoins&Co. (aux États-Unis) peuvent à nouveau faire de la publicité pour leurs services, mais avec des règles plus strictes. Ce revirement “est le signe qu’il existe un intérêt général pour les cryptomonnaies, et que Google veut en faire partie”, a déclaré Justin d’Anethan d’Eqonex. Il convient toutefois de souligner que Google a changé à plusieurs reprises de stratégie sur le front des cryptomonnaies : par conséquent, même la nouvelle ligne “ouverte” pourrait n’être que temporaire.

3. Règlements invoqués par la SEC

Enfin, le Bitcoin, l’Ethereum et les autres altcoins pourraient, de manière inattendue, être éclairés par la réglementation, c’est-à-dire la barrière réglementaire qui, jusqu’à présent – notamment en Chine – a été lue davantage comme un élément dissuasif que comme un acte de légitimation du crypto-space. Mais les choses pourraient changer. Aussi parce que les réglementations – le dernier à les invoquer est Gary Gensler, numéro un de la SEC, qui fait écho à la Fed et au Trésor américain – ont vraiment le potentiel de donner aux cryptomonnaies cette crédibilité qui prépare l’implication des investisseurs institutionnels dans le secteur. La SEC pourrait jouer un rôle décisif à cet égard. Lors du Forum d’Aspen sur la sécurité, la SEC a expressément demandé au Congrès des pouvoirs accrus en matière de réglementation des cryptomonnaies aux États-Unis.

Comments are off this post!

Please Add Widget from here