5 sénateurs demandent à Facebook de suspendre des projets de cryptomonnaie

Temps de lecture : 3 minutes

C’était attendu. Facebook a annoncé hier le lancement d’un pilote de son portefeuille numérique Novi, qui utilisera la monnaie stable Paxos et sera soutenu par Coinbase. Le projet pilote, qui débute aux États-Unis et au Guatemala, portera d’abord sur le Pax Dollar de Paxos, mais devrait se poursuivre avec la monnaie stable de l’entreprise, le Diem. Comme c’est le cas depuis que la société de médias sociaux a annoncé pour la première fois ses intentions pour sa propre crypto-monnaie en 2019 (à l’époque appelée Libra), l’opposition des membres du pouvoir législatif américain a une fois de plus fait sentir sa présence. Et de manière énergique.

Cinq sénateurs américains démocrates ont signé une lettre demandant à Facebook de suspendre ses projets de porte-monnaie Novi et de stablecoin Diem. Les sénateurs ont envoyé une lettre au PDG Mark Zuckerberg hier, quelques heures seulement après le lancement de son portefeuille numérique Novi en partenariat avec Coinbase.

Les sénateurs ont exprimé une forte opposition au projet car “on ne peut pas faire confiance à Facebook pour gérer un système de paiement ou une monnaie numérique”. La lettre provient du bureau du sénateur Brian Schatz et a été signée par lui et quatre autres législateurs : Elizabeth Warren, Tina Smith, Richard Blumenthal et Sherrod Brown.

Les raisons des sénateurs

Dans leur lettre, les sénateurs ont mis en avant plusieurs raisons pour lesquelles ils insistent sur le fait que l’entreprise doit arrêter les projets de crypto-monnaie. Tout d’abord, le fait que Facebook ne se soucie pas du préjudice que ses produits causent aux utilisateurs. Il est dit textuellement :

“Les législateurs sont une fois de plus confrontés à un scandale impliquant des rapports sur la recherche acharnée de profits par Facebook au détriment de ses utilisateurs. Les allégations les plus récentes détaillent l’utilisation d’algorithmes qui nuisent aux adolescents, en particulier aux filles. Facebook s’est montré à plusieurs reprises indifférent aux préjudices causés par ses produits”.

Ils ont également fait référence à 2019, lorsque le projet Libra de l’entreprise a été contesté et finalement arrêté. “En octobre 2019, les sénateurs Schatz et Brown ont écrit aux membres du prédécesseur de l’Association Diem, l’Association Libra, et ont exprimé leur profonde inquiétude quant aux risques que le projet posait pour les consommateurs et le système financier. Facebook a ensuite mis Libra en veilleuse en raison de l’examen réglementaire, mais n’a pas répondu à nos préoccupations avant de reprendre cet effort”.

En outre, ils ont souligné un commentaire que le responsable des paiements et des services financiers de Facebook, David Marcus, a fait dans le fil Twitter où il a rendu la nouvelle publique. Il y a indiqué que la société prévoit de lancer Novi avec Diem dès qu’elle aura reçu l’approbation réglementaire. Et Diem est le nouveau nom que, fin 2020, Facebook a donné à Libra, la stablecoin rejetée, pour changer de marque.

Ils disent dans la lettre :

“Malgré ces assurances, Facebook poursuit une fois de plus ses projets de monnaie numérique selon un calendrier agressif et a déjà lancé un pilote pour un réseau d’infrastructure de paiement, en dépit du fait que ces projets sont incompatibles avec le paysage réglementaire financier actuel, non seulement pour le Diem spécifiquement mais aussi pour les stablecoins en général.”

La lettre mentionne que “outre les risques que des produits tels que Diem font peser sur la stabilité financière, vous n’avez pas fourni d’explication satisfaisante sur la manière dont Diem empêchera les flux financiers illicites et autres activités criminelles”.

Méfiance totale

Il ajoute également quelques mots très durs et méfiants à l’égard de l’entreprise : “Malheureusement, la décision de Facebook de se lancer dans la création d’une monnaie numérique et d’un réseau de paiement n’est qu’un exemple de plus de l’entreprise qui “va vite et casse tout” (et qui, dans de trop nombreux cas, trompe le Congrès pour le faire). À maintes reprises, Facebook a pris des décisions commerciales conscientes de poursuivre des actions qui ont nui à ses utilisateurs et à la société en général. On ne peut lui faire confiance pour gérer un système de paiement ou une monnaie numérique alors que sa capacité actuelle à gérer les risques et à assurer la sécurité des consommateurs s’est révélée totalement inadéquate”.

Ils ont conclu en exhortant Facebook à “suspendre immédiatement son projet pilote Novi et à s’engager à ne pas mettre Diem sur le marché”.

En réponse aux lettres des sénateurs, un porte-parole de Novi a déclaré : “Nous sommes impatients de répondre à la lettre de la commission”.

Il convient de noter que les sénateurs, dans la lettre, ont cité un commentaire que Zuckerberg lui-même a fait en 2019 devant la commission des services financiers de la Chambre des représentants. À l’époque, il avait garanti que Facebook ne lancerait pas de système de paiement dans le monde sans l’approbation des régulateurs américains. Il faisait référence à Libra, et non à Diem qui était un projet ultérieur (plutôt un changement de nom du même projet).

Il semble maintenant que Zuckerberg n’ait pas l’intention de tenir sa parole.

Sommaire

Sois au courant des dernières actus !

Inscris-toi à notre newsletter pour recevoir toute l’actu crypto directement dans ta boîte mail

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Envie d’écrire un article ?

Rédigez votre article et soumettez-le à l’équipe coinaute. On prendra le temps de le lire et peut-être même de le publier !

Articles similaires