Facebook change de nom pour devenir Meta
Actus

Facebook change de nom pour devenir Meta

Le géant du réseautage social Facebook Inc. poursuit son projet d’étendre son champ d’action au-delà des plateformes sociales, dans le métavers, et a décidé de rebaptiser la société Meta pour accompagner ces projets. Facebook n’est plus qu’un des produits de l’entreprise, créé à une autre époque, dans un autre contexte technologique, et il est temps de se tourner vers l’avenir.

Le changement de nom a été annoncé jeudi par Mark Zuckerberg, PDG de Meta, lors de la conférence annuelle Facebook Connect. Dans un communiqué de presse, la société a déclaré que ce changement s’inscrit dans le cadre d’une vision visant à construire un « métavers » qui relie les expériences sociales en ligne et le monde physique.

« Je pense que nous sommes en train de passer d’une société centrée sur Facebook à une société centrée sur les métavers », a commenté Mark Zuckerberg dans une interview accordée à The Verge. Le fondateur a ajouté :

Nous voulions une nouvelle identité de marque qui soit en phase avec la vision de l’avenir sur laquelle nous travaillons […] Les gens nous considèrent comme une société de réseaux sociaux, mais nous nous considérons comme une société technologique qui crée des technologies pour aider les gens à se connecter les uns aux autres.

Le changement de nom verra l’ensemble de l’entreprise Facebook s’étendre à la nouvelle marque Meta, qui regroupera les plateformes de réseaux sociaux et les autres services de l’entreprise. Les applications de Facebook, Facebook et WhatsApp, conserveront leur image de marque actuelle, selon les rapports.

Les actions de Facebook seront négociées sous le symbole MVRS à partir du 1er décembre.

Facebook est désormais une entreprise métaverse d’abord

La nouvelle du changement de marque de la plateforme intervient à un moment où Facebook étend sa marque. La société a d’abord annoncé la formation d’une nouvelle équipe dédiée au développement de son métavers en juin et a depuis continué à faire avancer cet objectif. Le mois dernier, Facebook a lancé un fonds d’investissement de 50 millions de dollars pour construire son environnement virtuel.

Le terme « metaverse » est devenu populaire, car les entreprises cherchent à jeter des ponts entre les mondes numérique et physique. En tant que tel, ce terme, issu de la littérature de science-fiction et inventé dans les années 1990, désigne la convergence de la réalité physique, augmentée et virtuelle dans un espace en ligne partagé.

De nombreux acteurs de l’espace technologique utilisent ce mot pour décrire l’évolution future de l’internet, où les applications et les sites web que nous utilisons aujourd’hui seront remplacés par des environnements 3D. Les crypto-monnaies et les jetons non fongibles (NFT) sont envisagés comme des pièces cruciales dans ces environnements.

Par exemple, les NFT pourraient devenir des avatars 3D que les propriétaires pourraient emmener dans toutes sortes d’espaces web, que ce soit pour le travail, le jeu, l’exercice ou les interactions sociales. De même, les monnaies numériques pourraient devenir la forme de monétisation privilégiée pour ces environnements, avec laquelle les gens peuvent acheter et vendre différents articles numériques.

Lors d’une précédente interview, M. Zuckerberg avait déjà mentionné que la vision métaverse de Facebook est bien plus vaste que la simple idée de réalité virtuelle. L’idée de la société avec le métavers « est d’aider les gens à offrir et à ressentir un sentiment de présence beaucoup plus fort avec les personnes qui leur sont chères » lorsqu’ils partagent en ligne.

L’interopérabilité, un atout pour les NFT et les crypto-monnaies

M. Zuckerberg a souligné l’importance de ce qui a été appris par le passé. Il a expliqué qu’aujourd’hui, les systèmes sont axés sur les applications et non sur les personnes, que les articles que vous achetez ne vous appartiennent pas, que les commissions des boutiques Apple et Google sont si élevées que de nombreux créateurs ne peuvent y participer, et que ce que vous achetez sur une plateforme n’est pas accessible sur une autre, ce qui équivaut à acheter un maillot lors d’un match de football et à ne pas pouvoir le sortir du stade.

Il a insisté sur l’interopérabilité et sur la possibilité de savoir que vous êtes propriétaire des objets numériques que vous achetez et que vous pouvez les utiliser dans de nombreux contextes.

« Vous voulez savoir que VOUS êtes propriétaire de vos articles, pas d’une plateforme.

Que vos articles seront utiles dans de nombreux contextes, que vous ne serez pas enchaîné à un monde ou à une plateforme.
Cela ne nécessitera pas seulement un travail technique, comme certains des projets importants qui se déroulent autour des crypto-monnaies et des NFT dans la communauté, mais aussi la création d’écosystèmes, l’élaboration de normes et de nouvelles formes de gouvernance ».

Dans son annonce de jeudi, Meta a confirmé que son métavers sera doté d’un support pour les NFT, éventuellement basé sur Ethereum, rapporte CoinDesk. Le responsable des produits du métavers de Facebook, Vishal Shah, a déclaré que l’objectif de l’entreprise est de « fournir un moyen au plus grand nombre de créateurs possible de créer une entreprise dans le métavers. »

Il sera ainsi plus facile pour les gens de vendre des objets numériques en édition limitée comme le NFT, de les exposer dans leurs espaces numériques et même de les revendre à la personne suivante de manière sécurisée.

M. Shah a ajouté que les entreprises du métavers pourront vendre des biens physiques et numériques, ainsi que des expériences et des services. « Il y aura de nombreux types de créateurs différents dans le métavers. Les créateurs qui créent des objets numériques, les créateurs qui proposent des services et des expériences, et ceux qui construisent des mondes entiers comme le font aujourd’hui les créateurs de jeux », a-t-il déclaré.

Les plans de monétisation pourraient également s’inscrire dans le cadre du projet de crypto-monnaie de Facebook. Bien qu’elle se soit heurtée à l’opposition des régulateurs du monde entier, la société n’a pas renoncé à son projet de monnaie numérique. Il y a quelques semaines, la société a lancé un programme pilote pour tester son portefeuille numérique Novi, qui ne comprendra pas encore Diem, la monnaie stable native de Facebook.

Dans le cadre de l’annonce du changement de marque, David Marcus, responsable des paiements et des services financiers de Facebook, a indiqué sur Twitter que la société regroupait toutes ses unités et produits de paiements et de services financiers, y compris Facebook Pay, sous la marque Novi.

Comments are off this post!