Etherisc (DIP) : Une assurance décentralisée !

Intermédiaire
Temps de lecture : 8 minutes

Assurances & blockchain : une collaboration profitable ?

Pourquoi l’assurance est-elle un candidat à la décentralisation ?

Bien que le secteur actuel de l’assurance ait évolué au fil des siècles et qu’il soit optimisé à bien des égards, on constate qu’il présente de graves lacunes au détriment des clients. Le secteur de l’assurance, pesant plus de 6 000 milliards de dollars, s’est transformé en un marché inefficace, coûteux et finalement frustrant.

Lorsque les clients ont le plus besoin d’aide, ils peuvent finir par se battre en vain pour être remboursés par des compagnies, dont les profits dépendent trop souvent de l’absence de paiement. C’est donc pour remédier à cela que Etherisc a été créé.

Etherisc : le point de rencontre des assureurs décentralisées

Etherisc souhaite devenir une plateforme de premier plan, sur laquelle il serait possible de créer des applications d’assurance décentralisées. Ouvert aux entreprises, grandes ou petites, aux associations à but non lucratif ou encore aux startups Insurtech, tous pourraient se réunir sur Etherisc, pour fournir de meilleurs produits et services en matière d’assurance.

De nombreux participants pouront alors collaborer entre eux pour créer de nouvelles choses. Dans cet univers, la coopération sera la bienvenue, tout comme la concurrence. À la seule différence qu’il n’y aura pas de fossés et de barrières artificielles pour protéger certains grands acteurs. Ces fameuses barrières à l’entrée du marché des assurances, telles que les exigences élevées en matière de capital et les obligations réglementaires, seront supprimées.

Etherisc : les avantages apportés par la blockchain

Etherisc souhaite utiliser la technologie blockchain pour diverses raisons. À commencer pour rendre l’achat et la vente d’assurances plus efficaces, réduire les coûts opérationnels, accroître la transparence du secteur et démocratiser l’accès à la réassurance. Ici, la blockchain vise à fournir les moyens de désintermédier le marché, avec une plateforme décentralisé qui aide l’assurance à revenir à ses racines, en tant que filet de sécurité de la société.

En résumé, Etherisc veut offrir au secteur de l’assurance, la modernisation que les clients réclament depuis maintenant plusieurs années. Pour la plateforme, le principe le plus important dans l’assurance n’est pas la réalisation de profit. Il s’agit plutôt de la redistribution du capital, correspondant au partage des risques entre les participants. La technologie blockchain offre ainsi une opportunité de remplacer les compagnies d’assurance, par des structures décentralisées plus juste et plus efficace. 

dip crypto

3 problèmes majeurs, résolus grâce à la blockchain

Pour Etherisc, la blockchain peut aider à résoudre trois grands problèmes dans les compagnies d’assurance traditionnelles :

  • Le conflit d’intérêts entre les clients et la compagnie.
  • L’asymétrie d’information entre les clients et l’entreprise.
  • L’accès aux pools de risques.

1 ) Le conflit d’intérêts entre les clients et la compagnie.

Dans une compagnie d’assurance traditionnelle, la compagnie “possède” l’ensemble du processus, y compris les tâches qui ont tendance à soulever des conflits d’intérêts entre le client et la compagnie. Un exemple évident est la gestion des sinistres : Le gestionnaire de sinistres a pour objectif explicite, de minimiser les paiements de dommages et intérêts, car il est employé par le fournisseur d’assurance.

La blockchain peut résoudre ce conflit d’intérêt, en sélectionnant uniquement des experts dont leur travail est complétement indépendant du fournisseur d’assurance. Comment savoir s’ils sont qualifiés ? Ils pourraient, par exemple, être publiquement classés en fonction de leur réputation d’efficacité ou d’équité. La blockchain pourrait alors s’assurer qu’ils sont transparents et auditable par l’ensemble de la communauté.

Il existe aussi un autre domaine où le conflit d’intérêts n’est pas évident. C’est dans la conception de produits et services. Une compagnie d’assurance a un grand avantage sur les clients, car elle peut concevoir des produits d’une manière qui maximise peut-être injustement les revenus (ventes) et minimise les paiements (dépenses).

Par exemple, un client s’attend à être remboursé par une police d’assurance qu’il a souscrite, pour un “événement” particulier. Mais que la compagnie d’assurance ne le fait pas parce qu’elle maintient que la police souscrite ne couvre pas réellement cet “événement”. L’expérience du client en sera fortement dégradée et la confiance entre les consommateurs et les fournisseurs d’assurance deviendra érodée.

1 ) L’asymétrie d’information entre les clients et l’entreprise.

L’asymétrie de l’information est en soi une source d’inefficacité et de coûts élevés. Les compagnies d’assurance rassemblent tout un tas de données et les stockent dans d’énormes serveurs privés. En plus d’être couteux, ces données ne sont souvent pas partagées.

En effet, l’expérience des compagnies dans l’analyse de ces données, sont considérées comme l’un des principaux facteurs de différenciation sur le marché. Le raisonnement derrière les décisions prises sur la base de ces données est opaque et difficile à contester. Dans un environnement blockchain, toutes les données fondamentales et les décisions basées sur ces dernières peuvent être transparentes et validées objectivement.

Certaines blockchains, comme Ethereum, permettent la mise en œuvre de programmes (appelés contrats intelligents) qui sont incensurables, immuables et permanents. Ces contrats intelligents peuvent interagir les uns avec les autres, pour effectuer une grande variété d’actions, y compris des transactions financières et de séquestre.

Cela rend donc possible des interactions directes et transparentes entre deux parties, qui peuvent être anonymes. Alors qu’auparavant, pour réaliser ce type de tâche, il fallait l’intervantion quasi-obligatoire d’un intermédiaire. Qui était malheuresement assez couteux et peu éfficace.

4) L’accès aux pools de risques.

Les pools de risques des assurances traditionnelles sont des véhicules d’investissement attrayants, mais actuellement, ils ne sont pas ouverts au public et les bénéfices générés ne profitent qu’à un petit cercle d’investisseurs. La blockchain peut démocratiser l’accès à des instruments similaires, en tokenisant les risques avec des ” Risk Pool Tokens “

Une source de revenu pour tout investisseurs

En effet, Etherisc souhaite faire de l’assurance une source de revenu fixe pour tout investisseurs. Quand un capital est bloqué pendant une certaine période, il existe forcément un risque de perdre le capital fourni. Par exemple, dans le cas d’un événement rare mais catastrophique, également appelé “événement cygne noir”. Les fournisseurs de capitaux sont alors récompensés pour le risque qu’ils prennent. Cette récompense sera calculée en fonction de la durée de blocage des capitaux et du risque encourue.

Le token de Etherisc (DIP)

Étant au cœur de l’écosystème de Etherisc, le DIP, jeton natif de la plateforme, est un token dit, utilitaire. Le token à une offre total d’un milliard d’unités et est classé 1121ème en termes de capitalisation boursière. Il a un volume d’échange journalier dépassant les 4,4 millions de dollars et vaut 0,017€ à l’heure ou cet article est écrit. Avec celui-ci, il est possible de :

  • Mettre en jeu des jetons comme garantie.
  • Acheter des produits d’assurance.
  • Interagir avec d’autres participants pour construire des produits d’assurance décentralisés.
  • Payer les frais et la capitalisation nécessaires pour obtenir des licences d’assurance.
  • Inciter à la qualité et au bon comportement.
  • Distribuer les revenus et les bénéfices entre les participants.
  • Récompenser la fourniture de données par les clients et les participants.
  • Payer les oracles et les marchés de prédiction pour résoudre les réclamations.

Une équipe d’experts prête à bouleverser le marché

dip crypto

Les fondateurs de Etherisc

Christoph Mussenbrock : Christoph a une longue expérience dans le secteur bancaire coopératif en Allemagne. Après plusieurs années au conseil d’administration d’une banque coopérative, il s’est tourné vers le segment informatique et est devenu chef de programme des solutions de crédit. Il est aussi devenu chef du développement de la stratégie chez Fiducia & GAD IT AG. L’un des plus grands fournisseurs de services informatiques d’Allemagne.

Depuis 2015, il est le CEO de Parc IT GmbH, l’une des entreprises les plus connues d’Allemagne spécialisée dans les solutions de gestion des risques. En raison de ses nombreuses années de travail dans le domaine de la banque et de l’assurance, Christoph est très expérimenté pour tout ce qui concerne les cadres réglementaires.

Il a également cofondé Progeno Wohnungsgenossenschaft eG, une coopérative de logement à Munich, qui a réussi à financer, par crowdfunding, un grand projet résidentiel. Christoph est titulaire d’une maîtrise en mathématiques et a rédigé sa thèse sur la vérification formelle des logiciels et du matériel.

 

Stephan Karpischek : Stephan a plus de 20 ans d’expérience dans les entreprises informatiques. Il conseille des entreprises de finance, mais aussi de télécommunications, en matière de stratégie numérique. En 2015, il a fait partie du laboratoire d’innovation UBS crypto 2.0 au Level 39 à Londres.

Afin d’appliquer la blockchain à des cas d’utilisation bancaire, Stephan s’intéresse aux monnaies numériques depuis 2008. Il est titulaire d’un doctorat en gestion de l’information de l’Université Technique Fédérale Suisse, ETH Zürich et a rédigé sa thèse sur les applications mobiles pour l’Internet des objets.

 

Renat Khasanshyn : Après avoir étudié l’ingénierie à l’Université Technique Nationale de Biélorussie, Renat a commencé sa carrière en 2001, en tant qu’ingénieur logiciel chez un intermédiaire d’assurance réglementé à Tampa, en Floride. Par la suite, en 2007, Renat a coécrit Apatar, un outil d’intégration de données, sous licence GPL et 100 % open source.

Avant de rejoindre Etherisc, Renat travaillait en tant que Venture Partner (personne qui supervise l’investissement d’une société de capital-risque dans une entreprise) chez Runa Capital et était le CEO d’Altoros. Un laboratoire de logiciels et de recherche, composé de plus de 250 employés, spécialisé dans le domaine des bases de données distribuées.

Outre les différents logiciels proposé par l’entreprise, il est déjà arrivé que son laboratoire développe des logiciels en lien avec le domaine de l’assurance. Ceci étant, celui-ci avait comme principaux clients les plus grosses compagnies d’assurances américaine, que sont : Allianz, Allstate et Liberty Mutual.

Les conseillers de Etherisc

Ron Bernstein : Ron est le CEO de AugmentPartners Limited, une société privée de développement de logiciels, axée sur les applications décentralisés. Ron est également un des premiers conseillers du projet Augur, un marché de prédiction décentralisé construit sur la blockchain Ethereum.

Auparavant, Ron a fondé Intrade.com et Tradesports.com. Intrade était le marché prédictif (centralisé) le plus populaire au monde de 2007 à 2012. Avant de s’intéresser aux crypto-actifs, Ron a négocié des options sur les matières premières et les produits dérivés pendant plus de 25 ans, dans les salles de marché de New York et de Londres.

 

Ralf Glabischnig : Ralf est cofondateur de Lakeside Partners, une société d’investissement de premier plan en phase de démarrage dans la Crypto Valley. Il a 20 ans d’expérience en tant que consultant en affaires et en informatique. Au cours de sa carrière, il a travaillé en tant qu’associé directeur chez Inacta AG, un important fournisseur suisse de solutions de gestion de l’information.

Ralf possède une vaste expertise dans la transformation du secteur de l’assurance, ainsi qu’un parcours entrepreneurial diversifié découlant de plusieurs entreprises et de postes au sein de conseils consultatifs.

 

William Mougayar : William est un investisseur, chercheur et blogueur basé à Toronto, mais aussi auteur de The Business Blockchain. Il est actuellement au conseil d’administration d’OB1, le protocole open source OpenBazaar.

Avant cela, il a été membre du conseil d’administration de Stratumn, du conseil consultatif d’OMERS Ventures,  du conseil consultatif du Coin Center, de Bloq et de d’autres organisations blockchain de premier plan. Il tient régulièrement un blog sur le présent et l’avenir des blockchains, sur Startup Management.

 

Jake Brukhman : Jake est co- fondateur et associé directeur de CoinFund LLC, une société de conseil en blockchain et un crypto-fonds opérant depuis juillet 2015. Jake a 9 ans d’expérience dans la technologie pure et financière, une formation en informatique et en mathématiques, mais aussi un intérêt avide pour la blockchain et la technologie financière.

Il est co-auteur de plusieurs white paper, notamment celui de Etherisc, Kin et Sweetbridge. Auparavant, Jake était partenaire et directeur technique chez Triton Research, chef de produit technique et ingénieur chez Amazon.com, et a passé cinq ans en tant que technologue financier chez Highbridge Capital Management et chercheur quantitatif chez Kohera.

 

Tobias Noack : Tobias travaillait depuis 1991, en tant que courtier en assurances chez ATS Insurance Brokers. A partir de 2004, il rejoint Aon Risk Solutions, une multinationale britannique spécialisée dans les domaines de la gestion des risques, du courtage d’assurance et dans le conseil en ressources humaines, en management et en souscription d’assurances spécialisées.

Depuis lors, il a occupé des postes de directeur régional pour ARS Berlin et a toujours été membre de son conseil d’administration. Jouant des rôles clé dans la comptabilité et la gestion des ventes de l’entreprise.

Faut-il investir dans Ethersic (DIP) ?

Quand on prend conscience de la solidité du projet d’Etherisc, il est facile d’entrevoir l’opportunité qui se présente, au vu du prix de son token. Néanmoins, aussi innovant soit-il, le projet d’une crypto-monnaie n’est jamais à l’abri du risque.

En effet, lorsqu’on regarde le token DIP de plus près, il semble être un excellent moyen pour spéculer et se faire des millions en un temps record. Pour preuve, dans le passé, en mars 2021, celui-ci avait atteint un pic à 0,30€ avant de rechuter à son prix actuel (0,017€). Donc qui sait ce qui pourrait arriver lorsque les marchés remonteront.

Malgré un projet assez avant-gardiste, celui-ci n’en reste pas moins très intéressante. Cependant, ce dernier affiche un prix excessivement bas depuis son dernier plus haut. Ce qui rend ce type de crypto-monnaie assez dangereux, pour toutes personnes débutants dans l’investissement. Donc si vous souhaitez vous lancer dans ce genre de placement, il est préférable de faire preuve de prudence.

Sommaire

Sois au courant des dernières actus !

Inscris-toi à notre newsletter pour recevoir toute l’actu crypto directement dans ta boîte mail

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Envie d’écrire un article ?

Rédigez votre article et soumettez-le à l’équipe coinaute. On prendra le temps de le lire et peut-être même de le publier !

Articles similaires