Ethereum : comment se déroule la mise à niveau ?
Ethereum

Ethereum : comment se déroule la mise à niveau ?

Enfin, la mise à niveau de Londres, attendue avec impatience par toute personne travaillant dans l’univers d’Ethereum, est prête à être mise en œuvre sur les réseaux de test du protocole.

C’est une bonne nouvelle, également parce qu’elle met fin à la controverse habituelle qui s’est focalisée sur l’incapacité d’Ethereum à respecter le calendrier qui amènera le projet à sa version 2.0, basée sur la validation PoS.

L’annonce a été faite via Twitter par Tim Beiko, et peut donc être considérée comme plus que fiable, avec la mise en place des implémentations sur les différents testnets d’Ethereum à partir du 24 juin prochain.

Bonne nouvelle pour Ethereum, pour une mise à jour importante qui comprend 5 EIP différents, dont le très important 1559. Des nouvelles sur lesquelles on peut parier sur eToro (ici pour le compte de démonstration gratuit), intermédiaire qui propose plus de 23 cryptos, avec également le CopyTrading (pour copier les meilleures ou les espionner) et les CopyPortfolios (paniers de cryptos diversifiés et équilibrés).

Le programme de l’Upgrade

Comme nous l’avons dit au début de notre analyse approfondie, nous avons enfin un calendrier pour la mise à niveau d’Ethereum à Londres. En fait, elle commencera le 24 juin, avec la mise en œuvre à Ropsten, le réseau de test du premier tour du protocole.

De grandes attentes pour l’EIP-1559

Bien qu’il y ait 5 PIE qui seront mis en œuvre par Upgrade London, c’est en fait le PIE-1559 qui est à la fois le plus attendu et le plus discuté. Il augmentera techniquement la capacité des blocs, il introduira un droit de base qui sera détruit lors des transactions et, du moins dans les intentions des programmeurs, il devrait décongestionner le réseau.

Une congestion qui, ces dernières semaines, avait été à l’origine d’une augmentation spectaculaire des frais à payer pour inscrire leurs transactions sur la blockchain Ethereum, causant notamment d’importants problèmes aux projets deFi qui fonctionnent sur le protocole.

Il s’agira alors d’une étape intermédiaire vers la destination finale, Ethereum devant abandonner PoW – le système de validation qui le lie techniquement au Bitcoin – d’ici la fin de l’année prochaine et passer à PoS, qui devrait rendre le réseau énormément plus évolutif, tout en agissant sur le coût des transactions.

Une bonne nouvelle pour l’Ethereum ?

Oui, même si les commissions, grâce au crack de l’ensemble du secteur, ont déjà baissé à des niveaux beaucoup plus acceptables. Cependant, ce n’est pas seulement dans cette perspective que nous devons juger le London Upgrade. Il y aura beaucoup de nouveautés et elles toucheront le cœur du fonctionnement d’Ethereum.

Tout cela, en supposant que les phases de test se déroulent bien et qu’il y ait la possibilité de mettre en œuvre les changements dans le réseau principal. Une chose qui semble aujourd’hui évidente et qui ne devrait pas avoir d’inconvénient.

Une opération qui vient offrir un peu d’optimisme à l’ensemble de l’écosystème Ethereum, qui si d’un côté a vu sa valeur augmenter considérablement, de l’autre a fait l’objet de campagnes de FUD ciblées, précisément en raison de sa difficulté inhérente à mener à bien une transition qui est en fait prévue depuis des années. Une bonne nouvelle, globalement, tant pour l’ETH que pour l’écosystème de la finance décentralisée qui tourne, tel un satellite, autour de la planète principale.

Comments are off this post!