Le bitcoin devient une monnaie légale : opportunité ou menac...
Bitcoin

Le bitcoin devient une monnaie légale : opportunité ou menace ?

Après être devenu le premier pays au monde à déclarer le bitcoin (BTC) comme monnaie légale, le Salvador cherche à atteindre de nouveaux objectifs pour stimuler l’économie. Le gouvernement de Nayib Bukele s’appuie sur la cryptomonnaie pionnière. Cette situation a pour but :

  • d’attirer de nouveaux investissements,
  • de rendre plus efficace la réception des transferts de fonds,
  • de servir ceux qui ne sont pas dans le système bancaire.

Dans tous les cas, quelle est la réalité dans laquelle vit le Salvador ? De plus que propose Bukele pour atteindre ses objectifs dans ce scénario ? En ce moment, ses pas sont suivis par le monde entier. De plus, ses détracteurs sont à l’affût. Va-t-il échouer ? Cela reste à voir.

Nous évaluons la situation économique et socio-économique du Salvador. Ainsi que sa capacité à répondre aux difficultés qui frappent le pays. Ce faisant, nous souhaitons mettre en lumière les défis auxquels le pays est confronté dans sa quête de reprise économique.

Une économie en perte de vitesse

Il y a vingt ans, l’Assemblée législative du Salvador approuve la loi d’intégration monétaire. Elle implique la mise en œuvre d’un étalon dollar. Bien que le pays ne souffre pas d’une crise susceptible de le pousser au changement. Le gouvernement de l’époque décide que la dollarisation est la meilleure solution.

Deux décennies après cette décision, les économistes ne parvient pas à s’accorder sur la question. Si la mesure est favorable ou non. Pour certains, elle contribue à la stabilité du pays. Tandis que pour d’autres, elle élimine la possibilité pour le Salvador d’adopter sa propre politique économique. Ce qui finit par entraver la croissance économique.

Cependant, le scénario économique actuel du pays met en lumière l’effet de la dollarisation. Ses réserves internationales s’amenuisent. De plus, la pauvreté augmente à un rythme rapide. Enfin, son économie est généralement en crise.

Des chiffres à enregistrer

Selon les données de la Banque centrale de réserve (BCR) du Salvador :

  • le pays perd 36,6 % de ses réserves internationales nettes (RIN). Il y a un an, le pays dispose de 3,867 milliards de dollars.
  • Alors qu’en mars de cette année, il dispose de quelque 2,447 milliards de dollars, soit une réduction de 1,416 milliard de dollars. Cela signifie que ce type de compte d’épargne dont dispose le pays pour réaliser des opérations économiques. Enfin, le reste du monde est à son plus bas niveau depuis 2012.

Analyse de la situation

L’analyste économique explique ce qui peut épuiser les réserves des banques salvadoriennes par l’utilisation que le gouvernement a faite de ces ressources pour faire face aux dépenses de l’urgence Covid-19.

En ce sens, ce qui s’est passé. C’est que la réserve de liquidité ou la garantie des dépôts des citoyens détenue par les banques. Elles utilisent à hauteur de 46% l’année dernière. Ces fonds sont accordés au gouvernement sous la forme de bons du Trésor et de certificats. De sorte que le gouvernement doit aux banques quelque 2,6 milliards de dollars de dette à court terme.

D’autre part, dans un contexte de pénurie de liquidités et de baisse des réserves internationales. Ces situations reflètent des signes de sorties de capitaux. De plus, le gouvernement a une capacité limitée à redresser son économie.

Mauvaise décision

Le niveau de la dette est considéré comme insoutenable selon l’Informe de Coyuntura Económica publié le 3 juin. Il suggère la nécessité pour le gouvernement de trouver un accord avec le Fonds monétaire international (FMI).

La dette publique du Salvador atteint 89,8 % du PIB. Ce qui le place au cinquième rang des pays les plus endettés d’Amérique latine, selon le FMI. Dans ce contexte, les économistes considèrent que la seule voie possible pour le gouvernement est de prendre des décisions en matière de réforme fiscale et de se tourner vers les organisations internationales pour surmonter sa crise.

Cependant, cela semble seulement montrer qu’elle continue à s’endetter et à baser sa projection sur l’incertitude. Selon le FMI, le monde entier est confronté à la pire crise depuis la Grande Dépression des années 1930.

Le bitcoin, une bouée de sauvetage économique ?

Lorsque Nayib Bukele lance la proposition de faire du bitcoin une monnaie légale au Salvador lors de la conférence sur le bitcoin à Miami. Son annonce a immédiatement fait écho dans le monde entier. Beaucoup célébrent, mais il y a aussi ceux qui ont froncé les sourcils. Dans leur tête, ils demandent : « Qu’est-ce que ça mange ? », se sont-ils demandé.

Les doutes sont raisonnables, étant donné qu’il s’agit d’une situation sans précédent. Cependant, M. Bukele lui-même fait la lumière sur ses projets lorsqu’il révèle. Le gouvernement crée un fonds fiduciaire de 150 millions de dollars au sein de la Banque de développement du pays, qui sera l’organisme chargé de garantir la convertibilité automatique et instantanée des bitcoins en dollars. Jusqu’à présent, cependant, ni Bukele ni l’Assemblée législative n’ont précisé quelle serait la source de financement des 150 millions de dollars.

Bitcoin, menace ou opportunité

Au-delà des doutes sur la manière dont le plan de Bukele est mis en œuvre. Les questions tournent autour de la question de savoir si la loi sur les bitcoins va effectivement stimuler l’économie. Pour Oscar Cabrera, ancien président de la Banque centrale de réserve (BRC), il ne fait aucun doute que faire du bitcoin une monnaie légale au Salvador représente une menace.

De son point de vue, l’utilisation du bitcoin comme monnaie d’échange légale pourrait conduire le pays d’Amérique centrale à devenir un paradis fiscal car elle « ouvre la possibilité d’évasion fiscale et de blanchiment d’argent et d’actifs », comme il l’a souligné à un média local. Toutefois, au vu de sa déclaration, il convient de se poser la question suivante : est-ce vraiment ce qui est important en ce moment ?

D’autre part, le journaliste péruvien Juan José del Castillo affirme que Bukele se tourne vers le bitcoin parce qu’il voit venir un blocus financier et d’autres sanctions des États-Unis

À cet égard, M. del Castillo indique clairement qu’il considère l’adoption du bitcoin par le Salvador comme une bonne décision. « Bukele démontre sa vision large du moment dans lequel nous évoluons. Qui peut réussir à bloquer le bitcoin ? Comment interdire aux gens d’envoyer du bitcoin au Salvador ? Il n’y a aucun moyen de l’arrêter », a-t-il déclaré à propos d’un blocus imminent.

L’analyste politique et leader social José Dagoberto Gutiérrez pense également que la décision de Bukele est intelligente. « Les États-Unis continuent d’imprimer de l’argent sans base matérielle, notamment dans le scénario de la gestion des pandémies, donc le passage à l’adoption du bitcoin nous permet d’échapper aux dents de cette bête », a-t-il déclaré, faisant métaphoriquement référence à l’inflation.

Gutiérrez est convaincu que le Salvador a besoin d’une profonde transformation économique, politique et sociale, et qu’avec le bitcoin, il a la possibilité de la mettre en marche. « C’est un moment de reconstruction d’une corrélation au sein de l’appareil d’État qui fait partie du redressement de l’État », a-t-il ajouté lors d’une interview. Il a ensuite invité les Salvadoriens à conserver un esprit critique face aux changements à venir.

De la dollarisation au bimonétarisme avec le bitcoin

Au Salvador, la loi d’intégration monétaire promulgue il y a 20 ans. Ce qui laisse place au bimonétarisme. À cette époque, le pays met en œuvre, par décret. Ce que l’on appelle la dollarisation.

Cependant, au Salvador, le soi-disant bimonétarisme n’existe pas, car le dollar remplace le colón. Tandis que la monnaie nationale finit par disparaître. Jusqu’à présent, le dollar soit utilisé dans toutes ses fonctions en tant que réserve de valeur, unité de compte ou moyen de paiement.

En tout cas, avec la légalité du bitcoin, il est possible de parler de bimonétarisme au Salvador. Désormais deux monnaies participent activement à l’économie du pays : le BTC et le dollar.

Approche et analyse de la situation

En ce sens, on retrouve un point de vue particulier de la théorie économique classique, contenu dans la loi de Gresham. Le principe stipule que lorsque deux types de monnaie légale circulent simultanément dans un pays. De même que l’une d’entre elles est considérée par le public comme « bonne » et l’autre comme « mauvaise ». La mauvaise monnaie chasse toujours la bonne du marché.

Selon cette approche, il est désormais intéressant d’observer laquelle des deux monnaies est qualifiée par les Salvadoriens de « bonne » et de « mauvaise ». Cela signifie qu’une des deux monnaies quitte le circuit économique. Les citoyens préférent la stocker plutôt que de s’en séparer. Inversement, seule la « mauvaise monnaie » reste pour le commerce car personne ne la thésaurisera.

À ce stade, le bitcoin peut prendre le dessus, car il est de plus en plus utilisé comme réserve de valeur. Certains investisseurs utilisent la cryptomonnaie comme alternative à la monnaie fiduciaire locale dans les pays à forte inflation. Tandis que dans les pays à faible inflation, ils la négocient de manière spéculative, créant ainsi un catalyseur pour une augmentation « significative » du prix du bitcoin.

Le front socio-économique : sur quoi repose le dollar ?

Le Salvador, qui compte plus de 7 millions d’habitants, a une structure économique basée sur le secteur tertiaire. Il a une forte dépendance à l’égard des transferts de fonds et un secteur informel croissant qui comprend environ 70 % des emplois.

Cependant, un rapport publié par la Banque interaméricaine de développement (BID) montre que les prestations sociales mises en place par le gouvernement pour soutenir les personnes touchées par la pandémie de Covid-19 n’empêcheront pas quelque 478 000 Salvadoriens de tomber dans la pauvreté cette année en raison de la perte d’emplois et de la réduction des salaires résultant de la pandémie. Ce chiffre représentera une augmentation de 7,4 % de la pauvreté d’ici à la fin de 2021.

Adoption du bitcoin comme monnaie légale

Dans ce contexte, comment le bitcoin va-t-il aider les citoyens ? Selon M. Bukele, l’adoption du bitcoin comme monnaie officielle aidera les Salvadoriens à disposer d’une alternative pour accéder aux services financiers, car environ 70 % de la population n’a pas accès aux services traditionnels.

Le gouvernement aide les citoyens à réaliser l’adoption technologique qui leur permettra. Dans un avenir proche, de télécharger une application gouvernementale sur leurs appareils pour effectuer et recevoir des paiements avec la CTB.

La plateforme gouvernementale se développe par Strike, un projet de Zap. Il s’agit d’une entreprise qui a un peu plus d’un an et qui a lancé Strike Global au début de 2021.

En outre, 22 % du produit intérieur brut du Salvador est représenté par les transferts de fonds. Les envois de fonds vers le pays entre janvier et mars ont atteint 2,35 milliards de dollars. Avec ce chiffre, la nation se positionne comme le pays d’Amérique centrale ayant le taux de croissance le plus élevé en matière d’envois de fonds à ce jour en 2021, selon la Banque centrale de réserve.

Envois de fond

Les envois de fonds sont également un domaine auquel le bitcoin peut contribuer, étant donné qu’il offre la possibilité de transférer ces milliards de dollars d’envois de fonds et d’éviter qu’un bon pourcentage reste entre les mains d’intermédiaires.

D’autre part, sur le plan social, le bitcoin s’est déjà imposé au Salvador, où il est utilisé pour transformer la vie de centaines de jeunes qui font du bénévolat et apprennent en même temps à recevoir des incitations avec la principale cryptomonnaie du marché.

C’est le projet de l’organisation religieuse Missionsake, baptisé Bitcoin Beach ou Plage Bitcoin d’El Zonte, dans le département de La Libertad au Salvador. Une formule qui apprend aux jeunes à se détourner de la violence, sachant que le pays est le plus violent du monde sans guerre déclarée.

Bitcoin : une industrie pleine de potentiel pour l’avenir

Bukele avait indiqué que la légalisation du bitcoin l’aiderait à attirer de nouveaux investissements au Salvador. Il sait que pour sortir l’économie de la crise, il doit s’efforcer d’augmenter le PIB. Il doit également générer de nouveaux emplois et réduire le taux d’informalité. Capter l’attention du secteur des crypto-monnaies représente donc une opportunité.

Avec l’approbation de la loi sur le bitcoin, le Salvador devient désormais un centre financier attrayant pour l’industrie du bitcoin. D’autant que, contrairement à ce que proposent d’autres nations, la crypto-monnaie pionnière peut être échangée directement contre des biens et des services sans conséquences fiscales majeures, avec l’avantage supplémentaire que la loi reconnaît la transaction comme un paiement légal d’une dette.

Les investisseurs qui parient sur le Salvador n’auront pas à payer d’impôts sur les plus-values en bitcoin, car la crypto-monnaie est légale dans la nation, et, comme si cela ne suffisait pas, Bukele offre une résidence permanente immédiate aux entrepreneurs de l’écosystème. Compte tenu de cette offre, nombreux sont ceux qui envisagent de s’installer au Salvador.

D’autre part, le président salvadorien élabore un plan visant à offrir une énergie à bas prix aux fermes de minage de bitcoins qui souhaitent s’installer dans le pays. À cette fin, il promet une énergie 100 % propre, 100 % renouvelable et sans émission, en tirant parti de l’activité volcanique.

Conclusion

Il y a vingt ans, l’économie du Salvador est dollarisée et les colones cessent immédiatement de circuler. C’est alors que le dollar est devenu la seule monnaie du pays. L’un des avantages les plus cités par les économistes est que la dollarisation évite le risque d’une dévaluation profonde et soudaine. Mais ils ajoutent en même temps qu’elle laisse une profonde empreinte négative. D’ailleurs, elle se traduit par la pauvreté, le chômage, la baisse des réserves internationales. De même que d’autres difficultés se limitent à la capacité du gouvernement à répondre à la crise économique à laquelle la nation.

L’un des effets les plus négatifs de la dollarisation est la destruction de l’industrie locale. Par conséquent, la création d’emplois. Pendant des années, le Salvador vit de l’exportation de sa main-d’œuvre. Celle de milliers d’immigrants qui cherchent à s’installer dans d’autres pays avec la mission d’envoyer de l’argent pour soutenir leurs familles. Bref, un énorme coût social dont on ne débarrasse pas. Ce sont des problèmes qui accentuent sa dépendance à l’égard des États-Unis et du dollar.

Dans ce contexte, le bitcoin semble avoir été présenté au président Bukele comme une révélation. Il le mentionne d’ailleurs récemment lors d’une conversation sur Twitter Space avec plusieurs bitcoiners. Il révéle la véritable raison de sa motivation à légaliser la cryptomonnaie pionnière. À l’époque, il déclare avoir été inspiré par le projet Playa Bitcoin dans la communauté d’El Zonte. Il s’agit d’un programme pilote qui transforme la vie des Salvadoriens vivant dans la région. De même qu’il souhaite désormais reproduire à grande échelle.

Comments are off this post!