Beaucoup exigent une meilleure réglementation du bitcoin
Plateformes

Beaucoup exigent une meilleure réglementation du bitcoin

Le gouvernement n’est pas très heureux de la façon dont le président mène les choses dans le pays. Il s’attend à ce que le peuple soit très prudent dans la façon dont son pays adopte le bitcoin. De même dans la manière dont ils utilisent le bitcoin maintenant qu’il a cours légal.

Victoria Nuland, fonctionnaire d’État américain, rencontre récemment le président Bukele. De plus, il exhorte son gouvernement à faire tout son possible pour réglementer le bitcoin. De même qu’il prévient toute activité illégale potentiellement liée à la cryptomonnaie.

Quelle est la situation actuelle de la réglementation du bitcoin ?

« Je suggère au président que, quoi que le Salvador choisisse de faire. Vous vous assurez que c’est bien réglementé. De même qu’il s’agit d’un transparent. De plus qu’il est responsable, et que vous vous protégez contre les acteurs malveillants« , déclare-t-elle, selon des propos rapportés par l’AFP.

Le Salvador utilise actuellement le dollar américain comme monnaie légale. Après un abandon de sa monnaie nationale, le colon. Aujourd’hui, alors que le bitcoin circule au même titre que le dollar, le statut juridique du bitcoin introduit un changement potentiel dans l’arène financière mondiale.

Contrairement au Salvador, les États-Unis se positionne plus sceptique à l’égard du bitcoin et des crypto-monnaies. Les responsables américains s’inquiètent de diverses questions allant de l’impact sur l’environnement au financement du terrorisme, en passant par la manipulation du marché, et même du danger que les cryptomonnaies fassent perdre aux États-Unis leur influence géopolitique en affaiblissant l’influence du dollar.

Mais plusieurs facteurs pourraient pousser le Salvador dans une direction très différente de celle des États-Unis. Tout d’abord, le risque de sanctions potentielles après le passage à un gouvernement plus autoritaire permettrait aux Salvadoriens de disposer d’un moyen non réputé de recevoir leurs envois de fonds.

De même, la légalisation du bitcoin en tant que monnaie légale permettrait au pays de s’exposer aux capitaux étrangers désireux d’investir et de développer des industries dans le pays.

La récente décision de Bukele a suscité des réactions mitigées. Par exemple, la Banque centraméricaine d’intégration économique est prête à soutenir le pays dans cette entreprise, mais le FMI et la Banque mondiale ont exprimé leurs préoccupations et ont refusé de fournir une assistance. D’autres, comme JP Morgan et la BRI, sont également sceptiques et ont adopté une approche attentiste.

Comments are off this post!