L’attente des cryptomonnaies en période de récession m...
Actus

L’attente des cryptomonnaies en période de récession mondiale

Nous vivons des temps difficiles, car la crise sanitaire générée par les effets de la pandémie fait naître des craintes. Quant à l’arrivée de la récession mondiale tant annoncée. Depuis quelques années, de nombreux analystes, investisseurs, économistes, agences et même mathématiciens prédisent une période de chaos financier.

Parmi les organisations exprimant leur inquiétude, citons le Fonds monétaire international (FMI). Après une analyse de l’impact du coronavirus sur l’économie mondiale, cela conclut l’apparition de ce cygne noir. Cela entraîne une période de grave récession mondiale. Cette situation prédit une chute du PIB dans toutes les économies du monde. Ce qui crée une récession sans précédent depuis la Grande Dépression de 1930. Cette situation est également connue sous le nom de crise de 29.

Examen des perspectives économiques

Tout d’abord, il convient de noter que, face à ces scénarios catastrophiques. Les banques centrales de nombreux pays adoptent déjà des mesures d’endiguement pour faire face à la profonde crise macroéconomique. Cela s’annonce, non seulement dans leur propre pays mais aussi dans le reste du monde.

Bien entendu, les marchés n’y sont pas insensibles. De plus, il ne fait aucun doute que de nombreuses valeurs vont baisser et d’autres augmenter, comme les matières premières. Parmi lesquelles nous avons l’or et d’autres métaux précieux. Historiquement, ils utilisent toujours pour sauvegarder la valeur. De plus, ils peuvent à tout moment connaître un rallye qui peut faire grimper leurs prix en raison d’une demande accrue.

Des données qui permettent de comprendre la situation

Selon les données publiées par le World Gold Council, la principale autorité mondiale sur ce métal. Il indique dans l’un de ses rapports que le prix de cette matière première connait sa meilleure performance l’année dernière. Notamment par rapport à ses niveaux historiques depuis 2010, en augmentant de 18,4 % en termes nominaux.

Le même rapport note également que l’or (XAU) surperforme les principaux indices de référence obligataires mondiaux. De même que les actions des marchés émergents au cours de la même période. En outre, le prix de l’or atteint des niveaux record dans la plupart des grandes devises. A l’exception des paires dollar américain (USD) et franc suisse (CHF).

Toutefois, compte tenu de l’environnement mondial, il est plus que probable que cette année soit à nouveau une grande année pour l’or. D’ailleurs, les investisseurs cherchent toujours à protéger leur capital dans une matière première refuge.

Une chose commence à être observée dans les mouvements d’achat d’or par les banques centrales au cours du premier trimestre. Cela a pour but d’augmenter leurs réserves. De plus, elle se couple aux grands mouvements des ETFs adossés à l’or. Tout semble indiquer la hausse imminente des prix, grâce aux grands flux de capitaux investis dans ce marché refuge.

Pendant ce temps, à Wall Street, la nervosité

Il ne fait aucun doute qu’à Wall Street. La crainte d’une récession majeure est palpable. La confiance des investisseurs n’est pas très optimiste quant au scénario posé par la crise Pandemic COVID-19. Ce qui conduit nombre d’entre eux à préférer préserver leurs liquidités plutôt que de les placer sur les marchés pour négocier des actifs.

Ce qui se passe sur le marché pétrolier la semaine dernière n’est qu’un exemple de la crainte. Ce qu’éprouvent ainsi les investisseurs à l’égard des contrats à terme. En raison de ce qui pourrait se passer à tout moment avec un actif. La valeur pourrait, dans certaines circonstances, tomber à zéro en un seul jour.

Des perspectives encore en phase d’analyse

En outre, la situation de l’économie la plus grande et la plus puissante du monde est assez délicate. Surtout, en raison du fait que les renflouements proposés par le Congrès américain et la Maison Blanche peuvent être insuffisants. Ce qui laisse penser que la reprise de l’économie américaine. Il s’agit vraiment d’une action qui prend plusieurs mois. En effet, récupérer le nombre d’entreprises fermées en raison de l’épidémie de coronavirus dans ce pays. Cela laisse environ 26 millions de travailleurs sans emploi. Cela constitue une tâche titanesque qui ne peut être résolue en quelques semaines.

Pour l’instant, toutes les grandes banques américaines s’attendent à une forte baisse des bénéfices au premier trimestre de cette année et nombre d’entre elles émettent des réserves quant à l’impact que cela aura sur les paiements hypothécaires et les paiements de cartes de crédit ou de voitures. En effet, si le nombre de chômeurs continue à augmenter comme prévu, l’impact financier sur les banques américaines créera une nouvelle spirale dans la crise.

Le marché des cryptomonnaies attend

Loin des données macroéconomiques et de la dynamique des marchés d’actifs, l’impact le plus important de la récession mondiale se fera sentir dans les poches des personnes qui, jour après jour, voient des entreprises fermer, perdent des emplois et commencent à tomber dans l’insolvabilité parce qu’elles n’ont pas de revenus. C’est donc au niveau microéconomique que les politiques des banques centrales cherchent réellement à créer des solutions appropriées pour résoudre ces problèmes et traiter les questions sous-jacentes.

Depuis des années, le bitcoin (BTC) et d’autres actifs numériques sont présentés comme une véritable alternative pour les personnes en période de récession. En fait, le bitcoin est né en 2009, après le krach bancaire et financier connu sous le nom de crise des subprimes de 2008, en tant qu’alternative numérique à la réservation et au transfert de valeur par Internet. Cependant, l’adoption des cryptoactifs génère encore une forte résistance de la part de la plupart des gens qui, pour l’instant, considèrent encore ce type de marchandise comme une expérience, mais cela peut changer à tout moment.

Une chute inoubliable du bitcoin

Comme on le sait, bien que le bitcoin soit une monnaie établie sur le marché des actifs numériques avec une capitalisation boursière estimée à 142 318 262 691 $. Certaines conditions peuvent l’affecter comme tout autre actif sur n’importe quel marché. C’est ce qui s’est passé avec le bitcoin lorsque le 11 mars, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a officiellement décrété qu’il y avait une pandémie mondiale de COVID-19, cela a généré des répercussions sur tous les marchés du monde entier et le marché des cryptomonnaies n’y a pas été étranger puisque quelques heures seulement après l’annonce, le bitcoin (BTC) a chuté de plus de 40% sous les 4 500 dollars, comme d’autres cryptomonnaies qui ont été entraînées par la chute.

Toutefois, après cette chute, le bitcoin a pu regagner du terrain en progressant semaine après semaine pour s’établir à 7756,87 $ au moment de la rédaction de cet article. Ce rebond va au-delà du fait que la réduction de moitié de la récompense par bloc est très proche (à quelques jours près), et que la nouvelle augmentation de la difficulté de minage à +5% sont des facteurs qui ont toujours eu un impact à la baisse sur les attentes des investisseurs concernant le prix du bitcoin.

Comments are off this post!