Satoshi Nakamoto, le papa du Bitcoin
Autres, Portraits

Satoshi Nakamoto, le papa du Bitcoin

Satoshi Nakamoto, qui est le papa du Bitcoin ? Quand on vous parle de cryptomonnaie, plus précisément Bitcoin, votre esprit se tourne automatiquement vers le Bitcoin aussi appelé BTC. Mais connaissez-vous réellement le/les créateurs de la toute première crypto-monnaie ? 

Coinaute vous propose un portrait un peu spécial du géniteur de la monnaie virtuelle.

Note : pour ce portrait, Coinaute utilise le pronom “il”. Nous utiliserons également le genre masculin durant notre article. Toutefois, nous n’excluons pas que l’identité véritable de Satoshi Nakamoto puisse être féminine. 

 

Satoshi Nakamoto, le mystère 

Quand on parle de Satoshi Nakamoto (サトシ ナカモトen japonais) sur Google, on mentionne en règle générale qu’il ne s’agit probablement pas que d’une personne. De plus, Satoshi Nakamoto ne reste qu’un pseudonyme. En effet, nul ne semble connaître réellement la véritable identité du papa des bitcoins. 

Tout commence par de la spéculation. Il prétend être un Japonais né un 5 avril 1975, mais son anglais d’un niveau bilingue (chose très peu répandue au pays du soleil levant) et l’absence totale de publications dans sa prétendue langue native, laisse planer le mystère. 

Selon les estimations, le prétendu Satoshi Nakamoto posséderait plus d’un million de bitcoins en ayant miné 20 000 blocs sur sa propre blockchain. Ceci, en faisant partie des premiers bien évidemment. Selon les cryptographes, la valeur du Bitcoin est la raison pour laquelle la fortune de Nakamoto avoisinerait les 60 milliards USD (dollars) en 2021. 

Dans le classement des fortunes mondiales, il s’y classe vingtième. 

 

La création du Bitcoin 

L’année 2008 signe le début de la création du Bitcoin par Satoshi Nakamoto, un personnage dont l’on ne sait rien. Si ce n’est qu’il vient du Japon, des signes astrologiques (toujours prétendus) du Taureau et Chat. Il pratique un anglais presque parfait, mais nulle trace japonophone. 

Il y publie un livre blanc sur le site SourceForge à propos de la diffusion de la cryptographie du site metzdowd.com. Ce fut cette année que le terme “Bitcoin” vit le jour avec une description concoctée par Sir Nakamoto. 

Toutefois, les premières traces de Bitcoin se trouvent plutôt en 2007, selon les dires de Satoshi Nakamoto lui-même. Il ajoute également que la nature de cette devise virtuelle devrait disposer d’un large choix de méthode transaction sécurisée. 

Grâce à son génie, des codes et des scripts naissent. Suivi d’un site web répondant au nom de Bitcoin.org qu’il crée, puis collabore avec des développeurs afin d’améliorer sa création jusqu’à mi-2010 environ. Suivant cette action, il confie le dépôt de code source et la clé d’alerte réseau à Gavin Andersen. Il rend ses clés définitivement et signe son implication dans le projet, en offrant des domaines connexes à d’importants acteurs du Bitcoin. 

Ainsi vint au monde la première crypto-monnaie.

Satoshi Nakamoto Bitcoin

Un homme a prétendu pendant longtemps être Satoshi Nakamoto. Mais est-ce réellement lui ?

Les identités plausibles de Satoshi Nakamoto

L’identité de Satoshi Nakamoto reste vague, nous disposons de quelques informations, mais si pâles qu’elles ne représentent actuellement rien sur le tableau. Que pouvons-nous concrètement dire d’un inconnu ? Présentement, peu de choses. 

Le doute se sème notamment par l’absence de japonais dans l’étiquetage de son site, ainsi que son contenu. Certains termes typiquement britanniques, tels que bloody hard (que l’on peut traduire par “sacrément dur/difficile/compliqué” ou “putain de dur/difficile/compliqué” pour sa forme commune), remettent en cause son identité Japonaise. 

La communauté Bitcoin pensa, alors, que l’identité de Satoshi Nakamoto était originaire de Commonwealth, en Angleterre. Certains malins remarquèrent que les heures où Nakamoto demeurait actif, n’était pas commune aux heures d’activité spécifiquement japonaise. Soit il dormait la journée, travaillait de nuit, ou bien ne venait pas du Japon

Le Tweet mystérieux d’Elon Musk

Ce que l’on peut affirmer sur le multimilliardaire, c’est qu’il n’a pas sa langue dans sa poche. Et pour cause : un étrange tweet dans lequel ce dernier évoque Satoshi Nakamoto. Pourquoi l’inventeur de Doge Coin mentionnerait-il celui du Bitcoin ?

Elon et ses théories

Guère plus avancé sur le sujet, Elon Musk pense cependant savoir qui serait derrière le pseudonyme de Satoshi Nakamoto. En effet, le patron de Tesla souhaite découvrir tout autant que nous, la ou les identités derrière le BTC. 

Dans une conférence avec Lex Friedman, chercher en intelligence artificielle, selon lui, le créateur du bitcoin n’est autre que Nick Szabo. Un expert mondial en cryptomonnaies.

Nick Szabo

Informaticien, juriste et cryptographe, Nick Szabo est un des vétérans de la monnaie numérique. Il eut notamment une carrière auprès de l’inventeur de E-Cash en tant que consultant durant les années 90.  Il invente spécifiquement le concept de contrats intelligents. 

La différence ? Nick n’a jamais prétendu être Satoshi Nakamoto ! Au contraire, l’informaticien a nié plusieurs fois cette théorie qui courait parmi les enthousiastes. Il apparaît d’ailleurs sur plusieurs listes de “suspects”. Ce à quoi il rétorque qu’ils se leurrent, et qu’il ne se cache pas derrière le pseudonyme de Satoshi Nakamoto. 

Mais alors, pourquoi le suspecter ? 

Szabo détient entre autre mécanisme de monnaie décentralisée appelée “Bit Gold” qui nous équivoque irrémédiablement le Bitcoin. Malheureusement, le manque d’engouement fait échouer le projet, mais sera plus tard défini comme étant le précurseur du système Bitcoin. De plus, sa connaissance en la matière relève du génie, et correspond à ce que à quoi l’on s’attend quand l’on mentionne Satoshi Nakamoto. 

Une théorie démentie à nouveau, mais avancé par Elon Musk, ainsi que le New York Times.

Hal Finney

Hal Finney (1958-2014) travaillait comme développeur chez PGP Corporation. Plus particulièrement le domaine du jeu vidéo. Il n’existe pas réellement de raison derrière la suspicion de fausse identité, si ce n’est qu’il est le premier bénéficiaire du tout premier virement Bitcoin par Satoshi Nakamoto. 

Craig Steven Wright

Un informaticien et entrepreneur Australien né en octobre 1970. Il prétend publiquement être Satoshi et déclare en mai 2019 qu’il poursuivra en justice toute personne remettant en cause ses dires. 

Craig Wright détient une douzaine de diplômes, dont un doctorat en philosophie. Informaticien surqualifié de dix-neuf diplômes du GIAC, il échoue la création de la première banque 100 % Bitcoin en 2014. 

Craig Wright lance une poursuite en justice de Coinbase et Kraken 

C’est avec une certaine colère que Craig Wright, une des identités plausibles sur la flambée de théories, qu’il lance un procès judiciaire à l’encontre de Coinbase et Kraken. Des sites web références du milieu de la crypto ainsi que de la blockchain. 

Les faits  

Une déclaration de violation de propriété intellectuelle émise par ONTIER LLP, tout simplement. Wright assure que Kraken et Coinbase mentent à propos de la nature de leur token. Pourtant certifié Bitcoin Cores, tandis qu’ils relèvent en d’une mise à jour logicielle datée de 2017, qui diffère bien du système d’origine. 

“Le seul actif numérique qui reste fidèle au protocole Bitcoin d’origine est le Bitcoin Satoshi Vision.  Qui est la mise à jour logicielle du protocole Bitcoin original “ ONTIER au nom de Wright.

Dans sa plainte, Craig Wright demande une injonction afin d’interdire l’appellation du BTC par Kraken et Coinbase. Dans le but de ne plus promouvoir des jetons erronés utilisant le nom de la devise virtuelle.

Quant à Ontier, ces derniers désirent une compensation de plusieurs milliards de livres après le décomptage complet de transactions cryptographiques effectués à partir de ces tokens.

Même si Craig Wright persiste à dire qu’il est le réel Satoshi Nakamoto, avec appui de la cour dû aux nombreuses plaintes pour violation et vol d’identité à son égard, ses dires ne convainc guère la communauté Crypto. 

I am Satoshi Nakamoto ; les prétendants  

Vincent van Volkmer

Jed McCaleb

Dr. Vili Lehdonvirta 

Michael Clear

Neal King, Vladimir Oksman

Charles Bry

Dustin D. Trammell

Dorian Nakamoto

Les candidats plausibles derrière le pseudo de Satoshi Nakamoto

En effet, malgré les différentes théories et possibilités, il existe tout de même des candidats potentiellement derrière la création de la célèbre crypto-monnaie.

Len Sassaman 

Basée sur un nombre de faits exponentiels, Len Sassaman serait-il Satoshi Nakamoto ? La première coincidence, bien que triste, serait le décès du cypherpunk Sassaman. Deux mois auparavant, Satoshi rédige “Je suis passé à autre chose et je ne serai probablement plus là à l’avenir.” 

L’écrivain Leung explique davantage en profondeur sa théorie qui vise la découverte de l’identité de Satoshi Nakamoto. 

Sassaman (1980-2011), fut l’un des premiers crypto-enthousiaste. Fier défenseur de la vie privée, il protégea celle-ci jusqu’à l’annonce de son suicide en 2011. Cette même, il intègre la fameuse blockchain. 

Des connaissances nécessaires derrière le Bitcoin ? 

Malgré un jeune âge de seulement 22 ans, Len possédait les connaissances cryptographes nécessaires à la construction du Bitcoin. Jusqu’à sa fondation même. 

 “Len s’est distingué en tant qu’autorité dans le domaine de la cryptographie à clé publique.” Leung 

Pour ne rien arranger, Len Sassaman travaillait avec Hen Finney, lui-même sur la liste des identités plausibles derrière Satoshi Nakamoto. Les deux possédaient un point commun : ils développaient ensemble une technologie de remaillage anonyme. Len était responsable du remaillage anonyme mixmaster, ainsi que du remailer Randseed.

Dans sa similitude, Ranseed accepte les messages et les instructions sur la façon de les accepter, de stocker et de les envoyer sans révéler le point d’origine. Bitcoin agît d’une manière similaire, mais reste pseudo-anonyme. Ce qui rend son utilisateur transparent et anonyme aussi longtemps qu’il le souhaite. 

L’architecture de Bitcoin est très similaire à celle des remailers, bien que ses nœuds transmettent des données de transaction à la place des messages. En 1997, le fondateur du manifeste crypto-anarchiste Tim May a même proposé une monnaie numérique basée sur les remailers. “ Leung

L’étudiant universitaire à l’Anglais Britannique 

Leung explique également le parcours universitaire de Len Sassaman, le menant à devenir chercheur et docteur. Candidat au groupe de recherche sur la sécurité informatique et la cryptographie industrielle. Il mentionne également une relation entre Sassaman et le créateur de Bittorent, Bram Cohen. 

En effet, les deux chercheurs travaillaient main dans la main sur un projet appelé Pynchon Gate. Durant les années de spéculations sur l’identité de Satoshi relevant d’un universitaire, Len l’était durant ces dernières.

Je pense que c’est un universitaire, peut-être un postdoctorant, peut-être un professeur qui ne veut tout simplement pas attirer l’attention. “ Gavin Andresen

“Les contributions et les commentaires de code de Satoshi se sont fortement intensifiés pendant les vacances d’été et d’hiver. “ ajoute Leung. Il n’oublie pas de préciser que les interventions “diminué à la fin du printemps et à la fin de l’année, lorsqu’un universitaire aurait passé et / ou préparé des examens.”

Sur le tableau subvient par ailleurs l’information de la localisation de Len Sassaman : la Belgique. Ce qui renforce inéluctablement l’idée que Satoshi Nakamoto se trouvait en Europe lors de la création du fameux Bitcoin. Selon les enquêtes récentes, la naissance du Bitcoin aurait eu lieu à Londres. 

Curieusement, Len a utilisé le même anglais britannique que Satoshi, même s’il était américain (…) Len vivait en Belgique pendant le développement de Bitcoin. (…) Un certain nombre de faits suggèrent que Satoshi était basé en Europe.” Leung

Même si les informations concordent excellemment bien, elles manquent toutefois de preuves tangibles, et quoi qu’il en soit, les limites de la vie privée devraient rester ce qu’elles sont : des limites fixes. Vouloir absolument déceler un mystère, est-ce que cela ne briserait pas une part de l’engouement et popularité du personnage ? 

La CIA, en cause de la disparition de Satoshi Nakamoto ? 

Selon Pete Rizzo, le papa du Bitcoin aurait peut-être été la victime de la colère de la CIA. Sur un post de forum, un dénommé Gavin Andresen annonçait avoir un rendez-vous avec la célèbre agence de renseignement Américain. Suivant ceci, Satoshi Nakamoto se serait… Volatilisé. 

Les évènements du rendez-vous avec la CIA

Selon Gavin, la CIA n’apprécierait guère le Bitcoin, apparemment dans son “viseur”. De facto, Gavin se montre enthousiaste à l’idée de créer une meilleure devise virtuelle. Le rendez-vous datant, apparemment, de juin 2011. 

Suivant cette date, plus aucun signe de vie de la part de Satoshi Nakamoto. Gavin partage également ses inquiétudes sur l’importance de la CIA au sein du développement de Bitcoin. 

Même si Pete Rozzo assure avoir découvert la réelle identité de Satoshi Nakamoto, les dates ne collent pas à sa théorie : en effet, Gavin communiquait avec ses associés sur ses craintes en décembre 2010. Bien loin de juin 2011. 

Et si, Satoshi Nakamoto, serait en réalité tel le Joker dans Batman ? Un homme qui meurt, puis un autre prend sa place, créant ainsi une boucle de mystère… Macabre et célèbre.

Paul le Roux, le criminel derrière Satoshi Nakamoto 

Condamné à 25 ans de prison, Paul le Roux ne vous évoquera sûrement peu ou pas grand-chose. Pourtant, cet homme fait partie des candidats potentiellement derrière Satoshi Nakamoto. 

Il avait eu, en effet, pour idée de “lancer une entreprise vendant et hébergeant des mineurs de bitcoin”. Il affirme d’autant plus que “sa conception de puce ASIC aurait un ordre de grandeur équipée, davantage de rapidité pour l’extraction de bitcoin surpassant n’importe technologie actuelle. »

Incarcéré pour trafic de méthamphétamine, en passant par la vente de technologie d’armes à l’Iran, on ne pourra pas dire qu’il ne manque guère d’idée… 

L’engouement autour de Satoshi Nakamoto 

“I am Satoshi Nakamoto” voilà une phrase que l’on retrouve énormément au sein de la “culture crypto” et ses enthousiastes. Depuis le soulèvement du mystère à propos du créateur du Bitcoin, différents types de produits dérivés voient le jour. 

Carnets, vêtements (sweatshirt, t-shirt…), jouets, casquettes ou encore fourniture de bureau à l’effigie de la figure emblématique de la reine de la crypto, se vendent comme des petits pains. Derrière le mystère Nakamoto se trouve également une grande stratégie commerciale et marketing destiné à faire émergée une forme de curiosité presque mal placée. 

Notamment à propos des limites sur la vie privée. Promue depuis une vingtaine d’années par des célébrités harcelées par la presse. La question se pose : et si Satoshi Nakamoto ne voulait pas être découvert ? Et si, toute cette mise en scène, relevait d’une protection de sa vie privée, afin de vivre incognito ? 

Une autre théorie suggère, alors, que l’auteur du Bitcoin n’agirait pas seul. Que Nakamoto, serait en réalité un collectif derrière les bitcoins.

Si vous souhaitez découvrir Satoshi Nakamoto et comprendre le mouvement autour du personnage, cliquez ici pour visionner le reportage de chez Arte France, englobant le pourquoi du comment.

Comments are off this post!