Le yuan numérique : la monnaie virtuelle chinoise
Actus, Autres

Le yuan numérique : la monnaie virtuelle chinoise

Les Monnaies Numériques des Banques Centrales (MNBC) gagnent du terrain dans le monde entier, les pays sont tous concernés et commencent à comprendre la nécessité d’émettre la version digitale de leur monnaie. Cette course est menée par la Chine, dont le projet se concrétise de plus en plus grâce à sa forte puissance économique et technologique. Le pays travaille actuellement sur le développement et l’organisation de l’utilisation de sa monnaie virtuelle : le yuan numérique. La chine prévoit de diffuser cette monnaie dans le pays entier en 2022 et rendre son utilisation possible pendant les jeux olympiques de Pékin en 2022.

 

La Chine et la cryptomonnaie

La politique Chinoise concernant les cryptomonnaies et leur utilisation est quelque peu délicate. En 2017, La chine à rendu très complexe et même irréalisables les projets tournants autour de l’utilisation des cryptomonnaies. En effet, la seconde puissance mondiale avait pris la décision de réprimer le trading et les échanges de cryptoactifs mais aussi de rendre illégales les Initial Coin Offer (ICO) sur son territoire. Ces Initial Coin Offer représentent des levées de fonds pour le financement du projet d’une entreprise de cryptomonnaie. Le principe est pareil que celui d’une levée de fond ordinaire, à la seule différence que des jetons (tokens) sont achetés pour être ensuite convertis en monnaie fiduciaire et permettre le financement et le lancement du plan. C’est une mode de financement très commun dans le reste du monde. Puisque les fonds sont levés sur internet, il est bien évident que tout individu est libre d’y participer s’il en éprouve le désir. La Chine à fait le choix d’interdire les ICO car elle considérait que ces procédés représentaient des pratiques illégales de collectes de fonds et qu’elles pourraient servir l’intérêt de malfrats en leur permettant de faire du blanchiment d’argent.

Néanmoins, la Chine faisant partie des leaders mondiaux ne pouvait pas se permettre de négliger la digitalisation de notre ère et d’observer de loin le marché de la cryptomonnaie. C’est pour ces raisons que depuis 2014, le pays ne lésine sur la recherche et le développement d’une alternative : les monnaies numériques des banques centrales (MNBC). Ces monnaies ne sont rien d’autre qu’une version numérique, une représentation virtuelle de la monnaie fiduciaire que nous utilisons aujourd’hui. Elles sont, comme leur nom l’indique, émises par une banque centrale à la différence des cryptomonnaies qui ne sont pas émises par l’état. Ce projet de monnaie numérique est étroitement inspiré du Bitcoin. La chine envisageait déjà à l’époque de saisir l’opportunité qu’apportait la technologie blockchain d’accélérer son développement afin de que celle-ci serve de base pour son innovation.Dans la continuité de ces recherches et pour assurer un développement optimal du projet, le Digital Currency Research Institute fut créé.

La MNBC produite par la banque centrale de chine s’est révélé être une mesure de sécurité, par rapport à la menace que représente les monnaies virtuelles créées par des entreprises privées comme la Libra de l’internationale société Facebook. La chine considérait l’idée d’un lancement du yuan digital en 2020 dans certaines zones en tant que test grandeur nature.

 

Le Yuan numérique

Le Yuan numérique, connu aussi sous le nom de DCEP (Digital Currency Electronic Payment) est la monnaie numérique émise par la banque centrale Chinoise. Elle est l’équivalant parfait du yuan (Renminbi) actuellement utilisé (un Yuan digital = un Yuan en monnaie fiduciaire). La Chine se place en tête dans la course à la création d’une monnaie numérique d’état car d’autre puissances économiques comme l’union européenne ou même les USA tergiversent encore sur le sujet.

 

Comment fonctionne le yuan numérique ?

La distribution de cette monnaie virtuelle se fera en deux temps. La Banque centrale de chine produira d’abord cette monnaie pour ensuite la confier aux banques commerciales qui se chargeront de la rendre disponible aux particuliers. Pour pouvoir utiliser cette devise, les consommateurs devront télécharger au préalable une application semblable aux applications des banques commerciales ; une sorte de portefeuille numérique.  En Chine, les paiements en espèces ont quasiment disparu, la plupart ont été remplacés par des solutions numérisées par l’intermédiaire d’un simple smartphone grâce aux systèmes implémentés par quelques un des GAFAM, précisément Alibaba et Tencent. Le crypto-yuan doit renforcer la numérisation de l’économie chinoise en remplaçant intégralement la monnaie physique petit à petit et en diminuant les coûts opérationnels.

 

 Quelles ont été les raisons de la création de cette monnaie virtuelle ?

Les raisons de création de cette monnaie digitale sont principalement politico-économiques. Cette monnaie à pour objectif de détrôner le dollar américain qui est actuellement la principale monnaie de réserve mondiale. Le billet vert est au cœur de près de la moitié des échanges planétaires et la Chine, en perpétuelle guerre économique et technologique avec les États-Unis considère qu’elle ne doit plus dépendre de l’économie américaine. C’est donc un bon moyen pour le pays de renforcer son emprise sur l’économie mondiale et de consolider sa position sur la scène mondiale.

D’une autre part, un autre aspect motivant la réalisation de ce projet est la perspective d’un contrôle et d’une surveillance financière absolu. Le yuan numérique à été créé afin de permettre à l’état de surveiller les dépenses en temps réel des habitants. Comme nous le savons la population chinoise est constamment surveillée par le gouvernement que ce soit par internet ou encore les dernières technologies. Des systèmes basés sur l’intelligence artificielle permet de surveiller chaque faits et geste des citoyens, notamment grâce à la reconnaissance faciale. Ils permettent de noter la population en fonction des bonne et des mauvaises actions pour « encourager un bon comportement social ». Plus les citoyens chinois utiliseront cette monnaie virtuelle, plus le gouvernement sera impliqué dans leur vie privée en scrutant leurs données car l’utilisation du yen numérique sera surveillée et toute trace sera analysée dans le but d’obtenir le plus de données possibles sur la population chinoise.

Cette monnaie lui permettrait d’avoir un atout en plus et de lutter contre les fraudes, de débusquer la corruption et lutter contre le blanchiment d’argent et les évasions fiscales.

Le souci de production et de stockage de la monnaie fiduciaire chinoise est aussi un facteur à prendre en compte au même titre que le désir d’accroitre la concurrence dans le domaine du paiement électronique. Néanmoins, l’une des principales motivations de ce projet est en fait l’éradication de l’exploitation minière dans la région de la Mongolie intérieure du pays. Les communautés minières sont particulièrement attachées à cette région à cause de ses faibles couts énergétiques. Le minage du Bitcoin devrait donc être interdit dans les prochaines années à venir, ce qui aurait un fort impact sur le développement de ce cyptoactif puisque la chine détient plus de la moitié de la capacité mondiale de minage du Bitcoin et est un grand acteur du développement de cette cryptomonnaie. Pour preuve, une panne d’électricité ayant récemment frappé le nord-ouest du pays a fait chuter les taux de hachage des pools de minage de la région.

 

Quels sont ses différents concurrents ?

WeChat Pay : Cette application est un écosystème qui permet aux consommateurs chinois de discuter, naviguer sur internet mais aussi effectuer des paiements. Cette application ne requiert pas d’entité locale et compte à ce jour, plus de 600 millions d’utilisateurs actifs.

Alipay : Alipay est une solution de paiement moderne créée par la compagnie Alibaba

Diem (Libra) : Anciennement connu sous le nom de Libra, c’est la monnaie virtuelle que prévoit de créer Facebook. Celle-ci permettrais de transférer ou de recevoir de l’argent via des applications comme Facebook, Messenger et WhatsApp.

 

Les règlementations liées à l’apparition du Yuan numérique

Le 23 Octobre 2020, la Banque Populaire de Chine (BPC) à publier un projet de loi qui amenderait celle « de la République Populaire de Chine sur la Banque populaire de Chine ». Cette loi décrit les changements de la structure organisationnelle, des pouvoirs et des restrictions de la Banque Populaire de Chine. Il y est précisé que « le renminbi comprend à la fois une forme physique et une forme numérique ». Ce projet de loi a pour but de démocratiser officiellement les paiements via yuan numérique et s’il se concrétise, cette monnaie deviendra alors une monnaie légale de l’état chinois. D’une autre part, le projet vise également à encadrer l’émission d’une cryptomonnaie ou d’un stable coin qui souhaiterait concurrencer le yuan digital. Si le yuan numérique est reconnu comme étant la cryptomonnaie officielle de la Chine, tout stablecoin adossé au yuan sera alors interdit. Ce qui aurait des conséquences désastreuses (amendes et destruction complète des tokens) notamment pour la société du stablecoin Tether, qui à spécialement conçu un stablecoin lié au yuan numérique, le CNHT, en concurrence au USDT qui est le stablecoin adossé au dollar américain.

 

Les premiers pas du yuan numérique

Afin d’évaluer le comportement des citoyens avec cette monnaie, la nation chinoise a organisé le 12 Octobre 2020 dans la ville de Shenzhen un test sous la forme d’une loterie géante. 200 Renminbi (nom officiel de la monnaie chinoise) en yuan numérique ont alors été distribués aux candidats sélectionnés afin qu’ils puissent les dépenser et dans le même temps, fournir aux autorités des informations sur l’utilisation de cette monnaie par le peuple chinois. Dans la même ville, des distributeurs automatiques permettant la conversion du yuan classique vers le yuan numérique ont été installés par la Banque Agricole de Chine. Un autre test similaire a été effectué au mois de décembre la même année, cette fois-ci dans la ville de Suzhou lors d’une grande journée de soldes. Des bons d’achat en yuan numérique ont été distribué à des citoyens tirés au sorts. Avec la multiplication des interfaces d’échanges (application mobile, carte bancaire, distributeur de billets), le système DC/EP se matérialise de plus en plus dans le monde réel.

 

La Stratégie de développement actuelle

Le yuan numérique à pour objectif de renforcer la position de la Chine dans le domaine économique face à son éternel rival, les États-Unis. Mais pour que ce projet aboutisse, il faudrait que le yuan numérique soit accessible et convertible dans tout les pays, ce qui est loin d’être encore le cas. Cependant, des projets sont en cours de préparations pour assouvir ce dessein. L’un de ces projets à déjà été lancé afin de tester son efficacité.

La ville de Hong Kong est le théâtre d’un partenariat avec le pays dans le sens où elle est la première à accepter d’inclure le yuan numérique dans ses paiements frontaliers. D’après un article du chef de l’autorité monétaire de Hong Kong, la ville à pour ambition de faire évoluer et d’améliorer ses systèmes de paiement et le yuan numérique est un moyen prometteur pour réaliser cette ambition.

La Chine envisage même de collaborer dans le futur avec des pays d’Afrique qui seraient intéressés par le yuan numérique afin de booster leur propre économie et d’accélérer leur inclusion financière. On estime que cette monnaie virtuelle s’imposera avec aise sur le continent puisque la majorité des infrastructures de réseaux, des smartphones et des nouvelles technologies qui servent aux nations africaines sont fournies et financées par la Chine.

Mais pour l’heure, la Chine se concentre sur le développement d’une utilisation locale de sa monnaie virtuelle.

 

Ou peut-on utiliser le yuan numérique pour effectuer des paiements en ce moment ?

JD.com, l’une des plus grandes sociétés de vente au détail en ligne, sera la première plateforme commerciale en ligne du pays à utiliser le yuan numérique. Depuis le mois de décembre de l’année 2020, un protocole à été mis en route dans le but de donner le droit aux clients de payer certain article à l’aide du yuan numérique. La plateforme sera donc la première à accepter cette monnaie virtuelle. C’est d’ailleurs avec l’aide de JD.com que les loteries organisées dans certaines villes chinoises ont pu être réalisées. Le soutient du centre commercial virtuel constitue un atout de taille pour la Banque Populaire de Chine et le développement de sa monnaie numérique

Un contrat passé avec le géant chinois Huawei permettra aux consommateurs de se procurer le nouveau produit de la firme, le smartphone Huawei mate 40 qui prendra en compte un portefeuille matériel intégré pour la monnaie numérique de la Banque Centrale Chinoise.

 

Dans l’espoir de pouvoir un jour prendre la place occupée actuellement par le dollar américain, la Chine met tout en œuvre pour le développement et l’acceptation de sa monnaie virtuelle : le yuan numérique. Ce projet d’envergure nationale pour le moment, projète d’être complètement opérationnel aux horizons de 2022, pour les jeux olympiques.

Comments are off this post!