Les voiture électriques et les cryptomonnaies, l’étonn...
Actus

Les voiture électriques et les cryptomonnaies, l’étonnante collaboration

Les voitures électriques et les cryptomonnaies s’allient pour proposer un service jusque-là unique. C’est la société Daymak, constructeur automobile, qui porte le projet de miner des cryptomonnaies grâce aux voitures garées.

Une coopération entre la crypto et les voitures électriques pas si unique…

En revanche, ce n’est pourtant pas la première fois qu’une entreprise automobile collabore avec les cryptomonnaies. On peut ainsi nommer Tesla, la célèbre entreprise de voiture électrique qui a proposé pendant un moment des paiements en Bitcoin. Une initiative désormais interrompue par Elon Musk lui-même, car jugée trop énergivore. Nous nous demandons alors si cet élément très important freinera Daymak dans son propre projet. Avant cela, revenons précisément sur les ambitions de la société, sa création et ses activités.

Daymak et ses voitures électriques

Le projet de Daymak est de construire des voitures électriques uniques. L’idée est qu’en garant notre voiture celle-ci sera désormais capable de produire des cryptomonnaies. La voiture créée par l’entreprise est nommée Spiritus. Ce petit modèle révolutionnaire n’est pas encore en vente, mais Daymak propose tout de même de le précommander. Spiritus est présenté comme étant un petit véhicule léger. D’ailleurs on compte déjà 350 millions de dollars dépensés par de nombreux clients pour cette voiture électrique.

Concernant ses autres modèles, Daymak a présenté la Spiritus Ultimate en début d’année. À cette même date, le constructeur automobile a également annoncé la sortit de six modèles de voiture électriques inédites. De plus, il faut débourser près de 100 dollars pour s’inscrire afin de précommander le véhicule. La particularité de Spiritus est de proposer des voitures avec trois roues. Vous trouverez ci-dessous la photo du modèle.

modèle Ultimate

Le modèle a été présenté comme étant : « la voiture électrique à trois roues la plus rapide au monde ». Légère, son poids étonne, Spiritus Ultimate ne pèse que 160 kilos. Ses capacités concurrencent très largement le modèle de Tesla, comme le Tesla Roadster. En effet, le 0 à 100 km/h ne prend qu’1,8 seconde pour Spiritus Ultimate.

Pour le prix il faudra débourser une somme de 149 000 dollars pour le modèle Ultimate. Pour sa version plus réduite et raisonnable, il existe le modèle Spiritus Deluxe. De plus les précommandes ne sont possibles par les clients que jusqu’au mois de juillet. Cette campagne de précommande permet aux clients de bénéficier de prix plus réduits que le fondateur de la marque a déclaré assurer.

Les développements dans la crypto de la société

Daymak est donc, comme évoqué précédemment, une entreprise de concepteur de véhicules électriques. L’entreprise est canadienne et a été fondée par Aldo Baiocchi. Le modèle Spiritus a intégré Daymak Nebula. Il s’agit d’une plateforme crypto créée par Daymak elle-même. L’intervention de la cryptomonnaie dans les activités de l’entreprise n’est donc pas une nouveauté.

À ce propos le fondateur de l’entreprise a déjà exprimé son avis : « nous voyons un futur où les péages d’autoroutes et les commandes en drive seront payés directement avec des cryptomonnaies. […] Alors que la plupart des véhicules perdent de la valeur quand ils sont immobiles dans votre garage, le mineur Nebula vous fait gagner de l’argent lorsque votre voiture est garée. »

Les cryptomonnaies ont été évoquées à de multiples reprises par Daymak mais aucun projet ne les avait réellement impliquées. Aujourd’hui c’est bel et bien le cas puisque plusieurs cryptomonnaies pourront être minées grâce aux véhicules. Si bien que les modèles de Daymak pourront également être payées grâce à des cryptodevises : le DOGE, l’ETH, l’ADA de Cardano et le BTC.

Le fonctionnement entre crypto et voitures

Plus précisément, chacune des voitures électriques Spiritus sera un nœud dans la blockchain. Le nœud est un mécanisme du réseau de blockchain qui est essentiel pour son bon fonctionnement. Les nœuds sont présents sur l’ensemble du réseau et permettent la bonne réalisation des opérations. De plus il y est ajouté un mineur et un wallet. Un wallet est tout simplement un portefeuille. Les portefeuilles constituent l’ultime sécurité dans le réseau. Sans un bon portefeuille l’ensemble de vos jetons risquent d’être perdus à jamais. En somme, nous comptons tous les éléments présents dans un réseau de cryptomonnaie classique… dans la voiture !

Le wallet supportera toutes les monnaies évoquées précédemment, offrant aux conducteurs des services de staking. Le staking est un processus très répandu dans l’univers des cryptomonnaies pour stocker des fonds. Il consiste à bloquer des fonds, par les détenteurs des cryptodevises eux-mêmes, afin d’obtenir une rémunération en échange. Ces récompenses sont très généralement des intérêts. On appelle aussi ce mécanisme le « Proof of Stake« , désignant la preuve de possession ou encore de participation.

Miner grâce à la voiture électrique

Miner est une étape clé pour utiliser les cryptomonnaies dans un réseau. Le mining consiste à valider les transactions et à les ajouter à un bloc. Par la suite, plusieurs transactions sont réunies dans un même bloc pour enfin être ajouté au réseau central de la blockchain. Le minage n’est pas simple, cette activité se résume à résoudre une multitude d’opérations mathématiques très complexes. Concernant l’équipement, le mining se réalise grâce avec des outils informatiques très performants et d’un très bon réseau internet.

En soit, miner peut être réalisé facilement si l’on sait comment s’y prendre. Nous ne connaissons pas encore la liste définitive de ces monnaies proposées par Daymak pour être minées. Cependant, le PDG de l’entreprise a déclaré que ces devises vont « du Dogecoin au Bitcoin« . Comme on le dit si bien, le temps, c’est de l’argent. D’après Daymak, grâce à Nebula il sera donc possible de gagner de l’argent tout en rechargeant son véhicule garé. 

Le défi écologique

Miner est une activité très gourmande en électricité. C’est en grande partie pour cela qu’Elon Musk et d’autres grands investisseurs sont freinés à l’idée d’utiliser des réseaux et des crypto. Le fait donc d’allier le minage avec les activités d’une voiture électrique soulève donc beaucoup d’interrogation sur cette empreinte carbone. Pas d’inquiétude pour cet élément ! En effet, les voitures sont rechargeables à l’énergie solaire. Le but étant donc de limiter l’impact environnemental. Le fait de miner grâce à de l’énergie solaire est une grande première dans le milieu des cryptomonnaies.

Même si l’énergie solaire constitue un élément phare de ce projet, il est aussi la cause de certaines inquiétudes. En effet, une large majorité des commentateurs ont constaté que cette voiture électrique comporte de multiples failles. L’une d’elles, et non des moindres concerne la rentabilité du produit. Dans la mesure où l’on prend en compte la quantité d’énergie nécessaire pour recharger complètement le véhicule, la rentabilité peut être moindre.

Les constructeurs ont tout de même un peu de temps devant eux, Spiritus ne sera en vente que pour l’année 2023. Même si l’annonce du projet, ce mardi 1er juin, a soulevé beaucoup d’interrogations et d’inquiétudes, le marché de la crypto et les avancées technologiques pourront bien effacer celles-ci.

Comments are off this post!