La révolution des crypto-monnaies et le faux dilemme entre B...
Bitcoin, Ethereum

La révolution des crypto-monnaies et le faux dilemme entre Bitcoin et Ethereum

Les crypto-monnaies ont soudainement quitté la niche des initiés, des traders et des experts en technologie ou en finance, pour s’installer dans la considération du grand public.

Ce changement de statut coïncide avec plusieurs phénomènes qui, à leur manière, stimulent la curiosité des gens pour comprendre et pénétrer ce segment de l’investissement et des affaires, inconnu du grand public jusqu’à récemment.

D’une part, les médias font état d’une situation de marché haussier qui rappelle ce que nous avons connu vers la fin de 2017, lorsque le prix de la monnaie numérique était très proche de 20 000 u$s l’unité. Le prix de la crypto-monnaie a plongé quelques mois plus tard à moins de 3 200 dollars.

L’événement, à cette occasion, était étroitement lié à l’empire du FOMO (fear of missing out), décrit comme l’angoisse qu’éprouvent certains utilisateurs des réseaux sociaux par peur de ne pas découvrir des informations ou des événements, apparemment transcendants, et qui les pousse à y participer de manière compulsive, en l’occurrence à acheter et à faire monter le prix.

L’inverse de la FOMO, son revers, est la peur d’être piégé dans un investissement qui, à un moment donné, commence à paraître moins spectaculaire et dont les gens se retirent en masse, ce qui fait baisser son prix. Les deux extrémités d’une même boucle.

Bien qu’il existe également des éléments de volatilité qui les relient, l’entrée des fonds institutionnels dans l’acquisition de crypto-monnaies met des limites au schéma en dents de scie avec des pics et des creux prononcés qui montrent habituellement l’expérience des bulles de certains actifs d’investissement.

Cours du bitcoin

Après les prix records du début de l’année, au-dessus de 34 000 u$s, le cours du bitcoin a connu une correction mais n’a en aucun cas éclipsé le phénomène, qui persiste encore aujourd’hui.

L’entrée des fonds se caractérise par des positions à plus long terme, ils n’apparaissent pas dans une dynamique d’entrée et de sortie et ne semblent pas disposés à s’engager dans des ventes à découvert exaspérantes mais comme une alternative d’investissement. Elle se vérifie aussi, plus comme un refuge, comme l’expression d’un besoin, en plus, de prendre la crypto comme moyen de paiement pour différents types de transactions, ce qui est lié, entre autres, à la transparence, l’immédiateté et la sécurité des opérations que procure le réseau blockchain. Avec l’afflux de fonds, il faut maintenant plus de dollars pour faire bouger le marché.

Toute personne qui prétend le faire ment tout simplement. Personne ne sait exactement pourquoi ni de combien le bitcoin va augmenter.

On peut toutefois dire qu’il existe également un contexte d’extrême liquidité dans le monde, déterminé par les plans de relance élaborés par les gouvernements et les banques centrales des principales économies mondiales pour sauver les entreprises et les particuliers dans le contexte de la pandémie de coronavirus.

Le caractère inflationniste de ces émissions en masse a pour contrepartie la tentative des Etats d’établir de nouvelles réglementations aux mouvements de capitaux afin de contenir les effets de dévaluation et d’instabilité des changes provoqués par ces mesures exceptionnelles. Ainsi, le concept de finance décentralisée dans le monde cryptographique devient plus attrayant pour ceux qui veulent défendre leur épargne et leurs opérations contre toute interférence arbitraire.

L’autre nouveauté porte un beau nom : Ethereum

Il s’agit d’Ethereum, une plateforme open source également basée sur le modèle blockchain et dont la crypto, l’Ether (ETH), est la deuxième plus grande crypto-monnaie après le bitcoin.

L’Ethereum a enregistré jusqu’à présent en 2021 des gains d’environ 120 %, supérieurs aux 30 % du bitcoin, et a atteint un sommet historique de 1 576,7 dollars.

L’Ethereum présente des avantages que les autres crypto-monnaies ne possèdent pas. L’un des aspects distinctifs de son utilité est la création de contrats intelligents. Ceux-ci, étant intégrés à la plateforme, éliminent la nécessité de recourir à des logiciels externes.

Ethereum sert également à exécuter des transactions plus rapides, le temps de transaction d’Ether étant en fait plus rapide que celui des autres technologies. Enfin, il peut être utilisé pour créer des applications financières, avec sécurité et transparence, il offre également une sécurité cryptographique en ligne pour gérer les propriétés et les contrats.

L’Ethereum n’est pas un concurrent du Bitcoin, même s’il peut occasionnellement lui ravir une partie de sa part de marché. Je préfère les voir comme complémentaires, voire comme une diversification du bitcoin, loin d’un Boca – River des cryptos.

Comments are off this post!