Pourquoi CBDC est une mode embarrassante ?
Plateformes

Pourquoi CBDC est une mode embarrassante ?

Le responsable de la supervision de la Réserve fédérale est le dernier grand ponte des banques centrales à s’exprimer sur les CBDC, les comparant aux pantalons parachutes rendus célèbres dans les années 1980 par MC Hammer – une mode qui pourrait à l’avenir sembler embarrassante.

Alors que certains pays, notamment la Chine, vont de l’avant avec leurs projets de CBDC, le président de la Fed, Jerome Powell, a ouvert en mai le débat sur le dollar numérique, promettant un « processus réfléchi et délibératif ».

Toutefois, dans un discours prononcé cette semaine, le vice-président de la banque chargé de la surveillance, Randal Quarles, a clairement indiqué que, selon lui, tout plan de la CBDC américaine devra franchir une étape importante pour prouver sa valeur.

Donnant le ton, Quarles a commencé son discours en notant l’enthousiasme des Américains pour la nouveauté, invoquant les pantalons bouffants qui ont brièvement régné dans les années 1980, avant de se fixer sur sa cible, un éventuel dollar numérique.

Quarles a trois objections principales : « Premièrement, le système de paiement en dollars américains est très bon, et il s’améliore. Deuxièmement, les avantages potentiels d’une CBDC de la Réserve fédérale ne sont pas clairs. Troisièmement, le développement d’une CBDC pourrait, selon moi, présenter des risques considérables. »

Le dollar est déjà « hautement numérisé »

La Fed fournit un dollar numérique aux banques commerciales qui font ensuite de même pour les consommateurs et les entreprises. Et si le système de paiement américain n’est pas parfait, des travaux sont déjà en cours – notamment à travers un programme de paiements plus rapides – pour l’améliorer.

Quarles n’est pas convaincu qu’une CBDC soit nécessaire pour défendre le rôle du dollar dans l’économie mondiale. Il ne pense pas qu’une CBDC étrangère usurperait le dollar, est favorable aux monnaies stables et à leur potentiel de stimulation de l’innovation, et dédaigne le bitcoin.

Le banquier se méfie également des affirmations selon lesquelles une CBDC pourrait améliorer l’inclusion financière, suggérant qu’il existe de meilleures façons d’y parvenir, notamment en « prenant des mesures pour rendre les comptes bancaires commerciaux de base bon marché plus accessibles aux personnes pour lesquelles le coût actuel est lourd ».

En ce qui concerne les risques associés à un dollar numérique, M. Quarles déclare qu’un « arrangement dans lequel la Réserve fédérale remplace les banques commerciales en tant que principal fournisseur d’argent au grand public pourrait restreindre la disponibilité du crédit, modifier fondamentalement l’économie et exposer le public à une multitude de conséquences imprévues et indésirables ».

Une CBDC pourrait également constituer une nouvelle cible pour les cyberattaques, offrant aux acteurs malveillants bien plus de points d’entrée que le système de paiement actuel.

Enfin, une CBDC pourrait être coûteuse et difficile à gérer pour la Fed, ce qui élargirait les responsabilités de la banque et risquerait de la politiser.

Quarles conclut : « Nous avons donc du pain sur la planche alors que nous procédons à une évaluation rigoureuse des arguments en faveur du développement d’une CBDC de la Réserve fédérale. Même si d’autres banques centrales émettent des CBDC avec succès, nous ne pouvons pas supposer que la Réserve fédérale devrait émettre une CBDC.

« Le processus que le président Powell a récemment annoncé est un processus véritablement ouvert, sans conclusion prédéterminée, même si, de toute évidence, je pense que la barre est haute pour établir une CBDC américaine. »

Comments are off this post!