Les mineurs de bitcoins se tournent vers l’énergie nucléaire

Intermédiaire
Temps de lecture : 2 minutes

Face aux critiques constantes concernant la lourde empreinte carbone laissée par le bitcoin, les sociétés minières se tournent désormais vers une nouvelle source d’énergie : le nucléaire.

En juillet, la société minière Compass Mining a déjà adopté l’énergie nucléaire à la suite d’un partenariat avec la startup Oklo spécialisée dans l’énergie nucléaire. Oklo construit des “microréacteurs” afin de contourner les énormes obstacles logistiques liés à la mise en place d’un réacteur nucléaire à grande échelle.

Talen Energy, une société énergétique basée aux États-Unis, a également annoncé un partenariat similaire avec le mineur de bitcoins TeraWulf Inc. basé aux États-Unis. Talen construit une installation minière de la taille de quatre terrains de football en Pennsylvanie pour soutenir cette entreprise.

Baptisé “Nautilus Cryptomine”, le site minier “créera des pièces de monnaie sans carbone avec la couverture réglementaire appropriée, extraites aux États-Unis dans un lieu sécurisé”, a déclaré Alex Hernandez, président de Talen.

La principale motivation de cette variété de partenariat se résume à la réputation du bitcoin en tant que réseau polluant et à la capacité de l’industrie nucléaire à générer de l’énergie propre.

Ainsi, au lieu d’utiliser des combustibles fossiles nocifs pour produire l’électricité nécessaire au minage de la crypto-monnaie, la fission nucléaire pourrait fournir les mêmes résultats sans les émissions de carbone.

“Nous construisons une demande adjacente à la centrale nucléaire existante”, a déclaré Alex Hernandez, président de Talen Energy, suggérant que l’extraction de bitcoins fournit aux fournisseurs une nouvelle source de revenus en plus de desservir les réseaux électriques.

Beaucoup ont déjà compris que la crypto-monnaie phare du marché a besoin de toute urgence d’une énergie propre et fiable qui ne produit pas de lourdes émissions de carbone.

Le problème énergétique du bitcoin

L’impact du bitcoin sur l’environnement est déjà bien documenté. Selon l’université de Cambridge, le réseau de la principale cryptomonnaie consomme un peu moins de 100 térawattheures (TWh) par an. Cela place le bitcoin en compagnie de certains des pays les plus consommateurs d’énergie au monde.

L’année dernière, le réseau de la CTB a consommé jusqu’à 141 TWh, ce qui équivaudrait à la consommation d’énergie d’un des 30 premiers pays du monde.

La part exacte de cette consommation d’énergie qui se traduit par une empreinte carbone dépend de la part de l’énergie provenant de sources d’énergie non renouvelables – ou à forte intensité carbonique.

Selon l’université de Cambridge, seulement 39 % de la blockchain du bitcoin fonctionne avec des énergies renouvelables. Depuis l’étude de l’université en septembre 2020, les mineurs de bitcoins ont publié leurs propres études, bien que leurs conclusions aient été accueillies avec scepticisme.

Les machines de minage de bitcoins étant généralement des équipements à usage unique ayant une courte durée de vie, cette activité génère également une grande quantité de déchets électroniques.

Selon une étude récente d’Alex de Vries, fondateur du site web Digiconomist qui suit les conséquences involontaires des tendances numériques, le bitcoin produit annuellement autant de déchets électroniques que les Pays-Bas.

Compte tenu de ces antécédents, il n’est pas surprenant que les mineurs de bitcoins se tournent vers l’énergie nucléaire pour trouver une solution.

Sommaire

Sois au courant des dernières actus !

Inscris-toi à notre newsletter pour recevoir toute l’actu crypto directement dans ta boîte mail

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Envie d’écrire un article ?

Rédigez votre article et soumettez-le à l’équipe coinaute. On prendra le temps de le lire et peut-être même de le publier !

Articles similaires