Le caritatif, nouveau terrain de jeu des cryptomonnaies  
Actus

Le caritatif, nouveau terrain de jeu des cryptomonnaies  

Il faut croire que le caritatif n’est pas réservé qu’aux associations ou aux milliardaires. De plus en plus de cryptomonnaies choisissent dorénavant de soutenir des causes. Cette démarche remporte d’ailleurs un vif succès. Plusieurs de ces initiatives ont vu le jour très récemment. Elles permettent aux associations d’amasser des centaines de milliers de dollars. En plus de l’UNICEF, d’autres organisations ont bien pris conscience du fort potentiel de financement des cryptomonnaies : elles n’hésitent plus à les solliciter. Très récemment, c’est par exemple l’association NEXT for AUTISM qui a organisé une campagne de dons en bitcoins. Aux dernières nouvelles, ce sont Elongate et Munch qui ont battu tous les records. Ces cryptomonnaies ont réussi à collecter 3 millions de dollars pour différentes ONG.

Retour rapide sur les grands principes des cryptomonnaies

Les cryptomonnaies sont des monnaies virtuelles. La plupart d’entre elles se construisent sur la technologie blockchain, aussi appelée chaîne de blocs. Ce procédé est concrètement une base de données qui prend en compte les transactions enregistrées sur son réseau.

Le prix des cryptodevises est déterminé par plusieurs facteurs différents, dont le principal est la loi de l’offre et la demande. Ainsi, l’on peut établir que les cryptomonnaies les plus prisées aujourd’hui sont Bitcoin, Ethereum, Binance Coin et XRP. Voir le cours actuel des cryptomonnaies.

Habituellement, les cryptomonnaies sont surtout utilisées pour :

  • Les paiements, qu’il s’agisse de biens ou de services
  • Investir, en utilisant ses tokens comme des actifs financiers
  • Miner, c’est-à-dire valider les transactions sur le réseau, la plupart du temps en échange d’une récompense en jetons

 

Le potentiel des cryptomonnaies dans le caritatif

Certaines caractéristiques intrinsèques aux cryptomonnaies font de celles-ci des candidates de choix pour le monde caritatif. Elles pourraient même donner un nouveau souffle aux campagnes de don. Selon nous, deux aspects principaux provoquent cet enthousiasme envers les cryptos dans le caritatif :

  • La décentralisation : Le fait de ne pas dépendre d’un gouvernement ou d’une banque centrale facilite grandement les transactions. Ces dernières seront donc moins onéreuses.
  • La transparence : Celle-ci est entre autres garantie par la technologie blockchain. En effet, les acteurs du réseau peuvent ainsi tracer les opérations qui ont été réalisées.

#Crypto et caritatif ? C'est possible ! Cliquez pour tweeter

Des cryptomonnaies de plus en plus engagées

Le phénomène est grandissant. C’est d’une part une volonté des associations d’être conscientes des réalités de leur époque et de s’adapter aux nouveaux moyens de transaction. C’est aussi un moyen efficace pour elles de maximiser leurs dons, tout en minimisant les coûts (de transaction par exemple). Possibilité offerte par le caractère décentralisé de beaucoup de cryptomonnaies. L’usage de ces actifs garantit aussi une plus grande transparence et permet ainsi de réduire le risque de fraude.

D’autre part, cela permet aux cryptoactifs de dévoiler leur plein potentiel à un public bien différent de leur clientèle habituelle. Permettre officiellement un don via des cryptomonnaies donnera beaucoup plus de visibilité à ces actifs, encore méconnus du grand public.

La prouesse d’Elongate et Munch

Elongate et Munch ont très récemment réussi un exploit : rassembler plus de 3 millions de dollars en un mois pour différentes associations.

Du côté d’Elongate, 2 millions de dollars ont été récoltés pour des organisations œuvrant en Asie du Sud, région particulièrement frappée par la pandémie. Parmi les contributeurs de cette crypto, l’on retrouve notamment Action Against Hunger ou Big Green.

Elongate est devenue une cryptomonnaie très importante pour les associations, bien qu’elle soit fondée sur un mème d’ElonMusk :

«En à peine un mois, l’écosystème Elongate s’est développé pour changer le visage de la charité et du crypto trading»

C’est ce qu’a expliqué le directeur de la technologie du projet, selon Plato blockchain.

En plus de cela, la cryptodevise a déclaré que son token pourrait être négocié dès le 10 mai 2021 sur BitMArt.

Le projet DeFi (ou finance décentralisée) Munch a quant à lui amassé 1 million de dollars pour plusieurs associations, dont GiveWellMaximum Impact. Munch a recueilli cette somme directement en jetons ETH (Ethereum). Ainsi, les frais d’opérations s’élevaient à 10%, redistribués entre les associations et les utilisateurs du token.

Avant Elongate et Munch, Bitcoin et Ethereum avaient déjà investi le terrain du caritatif

Elongate et Munch suivent les pas de Bitcoin et Ethereum, deux mastodontes du monde des cryptomonnaies.

Fin avril 2021, l’association NEXT for AUTISM a organisé une campagne pour récolter des dons à reverser aux personnes autistes aux Etats-Unis. L’association a souhaité collaborer avec The Giving Block, facilitateur de donations. La plateforme a ainsi affirmé une récolte de 440 000 dollars à CoinTelegraph :

« L’événement a permis de collecter plus de 440 000 dollars de dons en cryptos auprès d’une centaine de donateurs. En général, la communauté crypto continue d’être incroyablement généreuse, surtout pendant les marchés haussiers. Nous voyons des millions de dollars donnés sur une base mensuelle. »

 

L’avenir des cryptos dans le caritatif

Cette tendance a un fort potentiel pour l’avenir et devrait se développer de plus en plus. Il existe même des cryptomonnaies fondées sur ce principe de donations, comme le projet d’AidCoin. Sans aller jusque-là, le fait que d’importantes associations mondialement reconnues fassent confiance aux cryptomonnaies pourrait ouvrir la voie à une généralisation de ce procédé. Cela ne fera qu’encourager l’adoption de cryptomonnaies par le plus grand nombre.

La démocratisation des cryptomonnaies dans le monde caritatif rencontrera sûrement des obstacles également. Ainsi, les cryptomonnaies ne sont pas encore parfaitement au point sur certains niveaux pour s’adapter complètement à ce monde particulier :

  • L’anonymat. Il est dans les faits très facile pour beaucoup d’utilisateurs de rendre anonyme ses opérations. Cela empêche donc une bonne traçabilité des transactions. Ceci pourrait complexifier l’identification des donateurs.
  • Le profil des donateurs. Cela est très lié à l’anonymat des donateurs. Les associations se doivent d’assurer que leurs dons ne proviennent pas d’organisations criminelles ou de personnes qui ne correspondent pas à leurs valeurs.
  • La pollution des cryptomonnaies. Le minage et le fonctionnement des cryptomonnaies sont très polluants. D’un point de vue éthique, ces actifs ne pourraient donc pas convenir à toute organisation caritative.

L’impressionnante possibilité d’évolution des cryptomonnaies les aidera sans aucun doute à s’adapter à ce nouvel environnement. D’autres cryptos devraient bientôt se saisir de ces opportunités.

Comments are off this post!