Les services de cryptomonnaies doivent collecter davantage d...
Actus

Les services de cryptomonnaies doivent collecter davantage de données

Selon un projet de règlement, les fournisseurs de services autour de Bitcoin & Co. doivent collecter. Mais pas seulement, ils doivent stocker les données personnelles sur les transactions. Le gouvernement allemand prévoit de renforcer les exigences en matière de blanchiment d’argent pour les prestataires des cryptomonnaies.

Il existe une lacune dans la traçabilité des transferts avec les cryptomonnaies. Cette situation justifie un risque accru d’utilisation des cryptomonnaies pour le blanchiment d’argent. Mais pas seulement, elles risquent de servir pour le financement du terrorisme. Il indique dans un projet de loi pour la « réglementation des transferts de cryptomonnaies ».

Il est prévu que les prestataires collectent et transmettent des informations sur le donneur d’ordre. Mais pas seulement, ils doivent également renseigner sur le destinataire lors du transfert de crypto-actifs.

Selon le projet de loi, la situation concerne les transactions entre les portefeuilles hébergés par des fournisseurs de services. De plus, il s’agit également des paiements entre les portefeuilles des fournisseurs. Si la transaction a lieu entre des portefeuilles hébergés, les fournisseurs sont censés transférer le nom et l’adresse de cryptomonnaie des utilisateurs du portefeuille. Ces informations sont conservées pour les autorités.

Pour les transactions qui ont pour origine ou destination un portefeuille autogéré, les fournisseurs doivent vérifier le nom et l’adresse de la personne à l’origine de la transaction. De plus, ils doivent prendre des mesures adaptées au risque pour garantir l’exactitude des informations.

Cas de risques accrus

Dans son argumentation, le gouvernement se réfère aux recommandations du GAFI. Il s’agit d’une institution internationale de lutte contre le blanchiment d’argent. Selon ces derniers, le transfert de cryptomonnaies depuis ou vers un portefeuille autogéré est considéré comme un risque accru.

Les portefeuilles auto-hébergés sont toutefois le seul moyen pour les utilisateurs de se débarrasser réellement de leurs crypto-monnaies. Ils sont les seuls à posséder les clés privées pour contrôler l’argent. Avec les portefeuilles hébergés en externe, les clés sont généralement détenues par l’opérateur. Une bonne pratique pour la sécurité de son propre argent est ainsi mise en doute.

Le règlement doit permettre la vérification des personnes touchées par les sanctions. En principe, les cryptomonnaies offrent un spectre différent de protection de la vie privée. Les transactions en bitcoin, par exemple, sont publiquement visibles. En effet, les utilisateurs sont uniquement protégés par le pseudonyme d’une adresse bitcoin. Cependant, ils peuvent accéder à des services de mélange qui déguisent les méthodes de paiement. Toutefois, si les détenteurs d’adresses sont connus, les chaînes de paiement sont traçables étape par étape. Par exemple dans le cadre d’enquêtes policières. D’autres monnaies, comme Monero et Zcash, offrent un anonymat total.

Mauvaise direction

Pour l’instant, le plan n’est qu’un projet. Dans les mois à venir, la situation peut se terminer en un règlement définitif. Par la suite, elle entre en vigueur après une période de transition. Cela indique une réponse du ministère fédéral des finances à la petite question du membre du Bundestag Frank Schäffler (FDP). Ce dernier est disponible à heise en ligne.

Schäffler qualifie le projet de règlement de « pas dans la mauvaise direction ». Il déclare que la réglementation doit conduire à un certain fait. Les clients ne puissent à l’avenir effectuer que des transferts vers et depuis les portefeuilles précédemment listés. Cependant, la réglementation est si peu pratique que les clients se déplacent à l’étranger ou sur le marché non réglementé.

Désavantages géographiques

Schäffler n’est pas le seul à critiquer le projet. Dans une déclaration détaillée de sept pages, l’association numérique Bitkom le démonte littéralement. Il faut s’en réjouir si l’utilisation criminelle des cryptomonnaies est combattue. Toutefois, les obligations proposées sont en partie irréalisables. Dans l’ensemble, elles nuisent également à l’Allemagne en tant que centre financier.

De plus, elles favorisent la migration vers des prestataires de services à l’étranger. Le gouvernement fédéral tente d’appliquer un « concept réglementaire issu du monde traditionnel à une nouvelle technologie ». Ce qui n’est « tout simplement pas adapté ».

Entre autres choses, les entreprises de ces secteurs encore jeunes n’ont pas encore de normes. Notamment, pour la transmission mutuelle des données, indique Bitkom. Ces exigences peuvent également signifier que les fournisseurs de services de cryptomonnaies ne peuvent plus assurer certaines fonctions. En effet, il arrive une limitation des fonctionnalités de leur modèle économique, comme les transferts vers des « portefeuilles non hébergés » ou des « contrats intelligents ».

Plan de dialogue avec l’industrie

Bitkom doute également que le risque et l’effort réels soient proportionnels. Le ministère fédéral des finances, par exemple, ne fournit aucune statistique quantitative. De plus, il ne souhaite pas divulguer aucune preuve des activités criminelles liées aux crypto-actifs. L’association numérique demande au gouvernement fédéral de prévoir :

  • suffisamment de temps pour une audience publique.
  • D’autres possibilités de consultation.
  • Un dialogue approfondi avec le secteur pour la prochaine procédure .

Des critiques sont également émises par le monde financier. Julian Grigo, expert en cryptomonnaie de la Solarisbank, déclare au Handelsblatt que la décision allemande est contre-productive. Il faut une réglementation mondiale ou au moins une réglementation uniforme pour l’Europe.

Pour les transactions avec des « portefeuilles auto-hébergés » et les applications du domaine des systèmes financiers décentralisés… En bref DeFi, cela n’est pas utile non plus. Cela est dû au fait qu’il n’y a pas de dépositaire de cryptomonnaie derrière les adresses publiques.

Réglementation sur le blanchiment d’argent depuis 2020

Diverses exigences pour les fournisseurs de services de cryptomonnaie sont déjà en place. Depuis lors, toute personne qui stocke des pièces pour autrui doit obtenir une licence. Il s’agit de l’autorisation de « dépositaire de cryptomonnaies » auprès du Bafin.

Les opérateurs de bureaux de change et autres prestataires de monnaies virtuelles doivent contrôler à distance leurs clients. En effet, une vérification est obligatoire dans le cadre de la diligence raisonnable habituelle des institutions financières. Ils doivent ainsi, par exemple, stocker l’identité des utilisateurs dans une base de données centrale. Par la suite, ils doivent signaler les cas suspects.

Les signalements sont déjà faits. Selon le gouvernement, l’autorité de lutte contre le blanchiment d’argent FIU, qui fait partie du service des douanes allemand, enregistre des rapports d’activités suspectes. Mais pas seulement, elle détecte récemment des transactions à quatre chiffres. Dans combien de cas, cependant, les soupçons sont confirmés . De même que les activités criminelles sont établies par les tribunaux.

Comments are off this post!