Exploitation minière du bitcoin : la menace des sociétés min...
Bitcoin

Exploitation minière du bitcoin : la menace des sociétés minières

Dans une nouvelle édition de notre traditionnel tour d’horizon hebdomadaire de l’industrie minière, nous vous présentons des nouvelles importantes liées à ce secteur. Parmi elles, la reprise du hashrate de la principale cryptocurrency se distingue à nouveau. D’autre part, à New York, nous soulignons la menace reçue par les activistes environnementaux de la part d’une société minière de bitcoins.

Parmi les autres nouvelles importantes de la journée, un épisode d’hostilité à l’encontre des grandes Bitfarms en Argentine se distingue. Le rejet du projet de l’entreprise enregistrée au Canada, mais d’origine argentine, est venu d’un membre du parlement opposé au gouvernement actuel.

Comme on peut le constater, cette semaine dans le domaine de l’exploitation minière numérique, comme chaque semaine, a été riche en nouvelles importantes. Cela témoigne de l’intérêt pour cette activité et de la croissance qui l’anime dans le monde entier.

Voici les nouvelles importantes de ce tour d’horizon de l’exploitation minière du bitcoin

Comme d’habitude, dans ce tour d’horizon de l’exploitation minière du bitcoin, nous vous présentons les 5 principales actualités de la semaine, avec cette fois-ci en tête la menace Greenidge. Il convient de noter que, pendant ces sept jours, les rapports ont été abondants. Voici les gros titres :

  • Les militants écologistes ont dénoncé la menace de Greenidge.
  • Le hashrate du bitcoin continue son processus de récupération accéléré.
  • Un député de l’opposition argentine exprime son mécontentement à l’égard de Bitfarms.
  • Controverse après qu’une centrale au charbon ait extrait 20 BTC aux États-Unis.
  • Les mineurs accumulent les bitcoins dans le contexte de la reprise, selon Kraken.

Les militants écologistes dénoncent la menace de Greenidge

La lutte entre la compagnie minière Greenidge et les groupes environnementaux à New York a ouvert un nouveau chapitre. Selon les défenseurs de l’environnement, les dirigeants de la compagnie minière les ont menacés « s’ils ne se taisaient pas ». C’est une action regrettable qui pourrait devenir une tache sur cette entreprise futuriste.

Il convient de rappeler que cette entreprise a réactivé une ancienne centrale de production d’électricité qui était auparavant basée sur le charbon. Actuellement, l’énergie qu’ils produisent pour leurs opérations est basée sur le gaz naturel. Bien qu’il soit moins polluant que le charbon, il est générateur de gaz à effet de serre.

Ainsi, la campagne des militants écologistes ne s’arrête pas d’un jour. Ils affirment que les émissions de l’entreprise dépassent les limites autorisées dans la ville. Face aux plaintes des défenseurs de l’environnement, la société aurait averti un groupe d’entre eux que « s’ils ne se taisaient pas », elle les poursuivrait en justice.

Le hashrate du bitcoin poursuit son processus de récupération accéléré

L’interdiction par la Chine de l’extraction de bitcoins semble appartenir à un lointain passé après la menace qu’elle représentait pour l’économie. Ce dernier point était l’une des revendications de Pékin pour agir contre cette entreprise. Mais ces mesures n’ont été introduites qu’en mai.

Ils ont provoqué une chute spectaculaire du hashrate du bitcoin jusqu’aux limites de 2019. C’est-à-dire qu’il est passé de 193 EH/s à environ 70 EH/s. De nombreux analystes craignaient que cela ne mette en péril les fondements mêmes de la crypto-monnaie elle-même et, avec elle, l’univers cryptographique dans son ensemble.

Toutefois, la réalité s’annonce différente avant la fin de l’année. Actuellement, le pouvoir de hachage de la plus importante monnaie numérique en termes de capitalisation boursière se redresse rapidement. Une grande partie du hashrate de cette monnaie est désormais distribuée dans d’autres pays, principalement aux États-Unis, en Russie et au Kazakhstan.

Un député de l’opposition argentine exprime son mécontentement à l’égard de la ferme Bitfarms

Autre fait marquant de ce tour d’horizon, l’hostilité de certains représentants politiques à l’égard de l’exploitation minière numérique. L’un d’eux est le député argentin d’opposition Martín Berhongaray, qui a exprimé son désaccord avec l’existence d’une ferme minière Bitfarms dans le pays.

L’adjoint a critiqué la consommation élevée de l’installation de l’entreprise. En revanche, on a appris que l’entreprise d’origine argentine, mais établie au Canada, économiserait environ 45 % de ses coûts en ayant ses équipements dans le pays sud-américain et non au Canada.

Le député susmentionné a demandé aux autorités de plus amples informations sur le projet d’installation dans la province de La Pampa. La proposition de loi du député susmentionné exige des détails sur l’approvisionnement en énergie dont bénéficieront les installations minières.

Controverse après l’extraction de 20 BTC par une centrale au charbon aux États-Unis

La menace de Greenidge à l’encontre des militants écologistes ne semble pas être la seule controverse entourant le minage de bitcoins aux États-Unis. Un autre chapitre concerne le fournisseur d’énergie Ameren Corporation, qui aurait miné 20 BTC en secret. Mais le problème n’est pas qu’elle a généré des crypto-monnaies dans ses installations avec son surplus d’énergie.

La controverse est accentuée par le fait que l’entreprise aurait utilisé l’usine de Sioux Energy pour extraire des bitcoins. Il s’agit de l’une des centrales de l’entreprise, qui fonctionne au charbon, le composant le plus polluant dans le monde de la production d’énergie.

En conséquence, la société a commencé ses opérations minières en avril. Toutefois, ce n’est que cette semaine que le conseil d’administration de l’entreprise a annoncé ses résultats légaux. Cela ouvre un nouveau débat sur le pouvoir polluant de l’exploitation minière numérique gérée de manière irresponsable.

Les mineurs accumulent les bitcoins dans le contexte de la reprise, selon Kraken

Un autre point fort de ce tour d’horizon hebdomadaire de l’exploitation minière numérique concerne la récente reprise du bitcoin. Selon le dernier rapport de Kraken Intelligence, les mineurs accumuleraient de grandes quantités de bitcoins sur leurs comptes.

Selon le rapport de la bourse, les mineurs de tous types, « de grande et moyenne taille », évitent de liquider leurs pièces. Selon les analystes consultés par CoinDesk, l’accumulation par les sociétés minières de bitcoins contribue à ce que le prix de la monnaie virtuelle la plus populaire reste élevé.

Bien que cette dernière ne soit pas la raison principale, car certaines institutions financières de Wall Street imputeraient cette hausse à un autre facteur. Il s’agit de l’inflation dans l’économie américaine, qui inquiète les investisseurs avec sa dernière hausse à 5,4 %.

Comments are off this post!