Les ETF durables sont-ils vraiment une escroquerie à l&rsquo...
Actus

Les ETF durables sont-ils vraiment une escroquerie à l’étiquetage ?

Les FNB durables font fureur. Partout, les gestionnaires d’actifs font de la publicité pour leurs fonds indiciels en utilisant des termes comme ESG, SRI ou socialement responsable. Mais dans quelle mesure ces produits d’investissement sont-ils réellement durables ? Les ETF durables sont-ils vraiment respectueux de l’environnement ? La réalité donne trop souvent à réfléchir.

Le terme « durabilité » est désormais sur toutes les lèvres, même dans le monde de l’investissement. Presque chaque semaine, les gestionnaires d’actifs mettent sur le marché de nouveaux ETF dont les indices de référence sont censés prendre particulièrement en compte le critère de durabilité. Pour les investisseurs, cette évolution semble prometteuse au premier abord. La majorité des jeunes investisseurs, en particulier, prêtent désormais attention aux aspects de durabilité lors de la sélection d’investissements potentiels.

En même temps, il est généralement relativement difficile de choisir le bon ETF de durabilité. Les critères de durabilité selon lesquels les fournisseurs compilent leurs ETF sont parfois difficiles à comprendre.

Les ETF durables sont-ils un emballage trompeur ?

C’est précisément ce manque d’uniformité et de transparence qui a été critiqué à plusieurs reprises par le passé. Il invite les fournisseurs à tricher dans la composition de leurs produits.

L’exemple le plus récent est peut-être celui du gestionnaire d’actifs allemand DWS. Selon les rapports du Wall Street Journal, DWS a été ciblé par les autorités américaines. Elle est accusée d’écoblanchiment. DWS aurait menti aux investisseurs sur la mesure dans laquelle l’argent qui leur était confié était placé dans des investissements durables.

Desiree Fixler, l’ancienne responsable de la durabilité chez DWS, avait affirmé que de nombreux produits d’investissement proposés comme durables étaient en fait des investissements tout à fait normaux sans véritable revendication de durabilité. En fait, M. Fixler a critiqué le fait qu’il n’existe pas actuellement de normes et de règles fixes pour déterminer ce qui est et ce qui n’est pas un investissement durable.

Le DWS a déjà rejeté les accusations de Fixler. La question de savoir si elle s’est effectivement présentée aux clients comme plus durable qu’elle ne l’est en réalité ne sera peut-être révélée qu’au cours des enquêtes menées par la SEC et d’autres autorités américaines. Toutefois, un examen plus approfondi de la composition réelle de nombreux ETF déclarés durables révèle qu’ils contiennent un grand nombre de sociétés que la plupart des investisseurs ne qualifieraient probablement pas de durables.

Les combustibles fossiles, l’industrie lourde et les mines sont également présents dans les ETF ESG.

De nombreux ETF ESG ou autrement durables contiennent un nombre surprenant de sociétés issues des secteurs traditionnels de l’énergie, de l’industrie et des mines. Les producteurs de pétrole tels qu’Exxon ou Chevron, qui relèveraient probablement de la rubrique « durabilité » pour très peu d’investisseurs, se retrouvent dans un nombre surprenant d’ETF ESG.

Un exemple est le UBS ETF S&P Dividend Aristocrats ESG UCITS ETF (ISIN : IE00BMP3HG27). Cela permet aux investisseurs qui se concentrent sur les dividendes de participer à la performance des 100 sociétés ayant les dividendes les plus élevés dans les pays industrialisés. Toutefois, seules les entreprises qui « répondent à certains critères de durabilité » sont prises en compte.

Ces critères sont apparemment remplis par l’opérateur du réseau de gaz espagnol Enagas, l’opérateur de pipeline canadien Pempina Pipeline Corp et la multinationale pétrolière américaine ExxonMobil. Les actions de ces sociétés occupent les trois premières places au sein de l’ETF ESG avec une part de plus de 2 % chacune.

Les compagnies pétrolières, les producteurs de charbon, les compagnies aériennes et de nombreux autres contrevenants au climat et à l’environnement se retrouvent en grand nombre dans des fonds indiciels prétendument durables. La raison en est la manière dont de nombreux fournisseurs d’indices appliquent leurs critères ESG. Le principe dit du « meilleur de sa catégorie » est souvent utilisé. Cela signifie que sont prises en compte les entreprises de chaque secteur qui font partie des 25 ou 50 % les plus durables dans leur domaine. Dans le secteur de l’énergie, de l’exploitation minière, du transport maritime ou de l’industrie lourde, cependant, un tel classement est plus que relatif en termes de durabilité.

L’or est-il durable ?

L’absurdité d’une telle approche apparaît clairement lorsqu’on examine le HANetf AuAg ESG Gold Mining UCITS ETF (ISIN : IE00BNTVVR89). Cet ETF, qui n’a été lancé qu’en juillet de cette année, permet aux investisseurs d’investir spécifiquement dans un portefeuille de 25 exploitants de mines d’or qui se distinguent par leur caractère particulièrement durable.

Cependant, quiconque s’y connaît en matière d’extraction de l’or ou a déjà vu une mine d’or sait que ces entreprises peuvent difficilement être associées à des termes tels que « durable » ou « respectueux de l’environnement ». Néanmoins, il existe désormais un ETF aurifère prétendument durable. Le tout est rendu possible par l’approche « best-in-class » déjà mentionnée.

On pourrait arguer que les exploitants miniers, qui tentent au moins de rendre l’activité minière sale aussi respectueuse de l’environnement et socialement acceptable que possible, sont ainsi visés. À long terme, cela pourrait permettre de faire céder au moins certains des plus gros pollueurs.

Dans le même temps, cependant, on peut soupçonner que l’intention réelle des opérateurs d’indices et des fournisseurs d’ETF est complètement différente. Le thème de la durabilité est actuellement en vogue. Le secteur financier a déjà prouvé à maintes reprises par le passé qu’il était prompt à sauter sur toutes les tendances d’investissement qui se présentent : Les ETF intelligents, les ETF thématiques et maintenant, tout simplement, les ETF ESG.

La durabilité comme terme de marketing

Le marketing n’est pas seulement important dans le secteur de la consommation. Les gestionnaires d’actifs et les opérateurs de fonds attachent également une grande importance à toujours mettre leurs produits d’investissement sous le bon éclairage en termes de marketing. Avant tout, bien sûr, il s’agit du rendement possible. En tant qu’investisseur, vous souhaitez en définitive réaliser un bénéfice sur votre investissement.

Maintenant qu’un nombre croissant d’investisseurs ne sont pas seulement intéressés par un rendement élevé, mais veulent également placer leur argent de la manière la plus durable possible, le concept de durabilité devient également un point de mire pour les fournisseurs correspondants d’un point de vue marketing. Cela ne signifie pas pour autant que l’aspect retour soit complètement perdu de vue.

Les différents fournisseurs se font toujours concurrence dans la course aux investisseurs. Le gagnant est celui qui peut proposer des ETF durables qui offrent également des rendements élevés. Toutefois, l’absence de normes uniformes dans la définition de la durabilité permet aujourd’hui d’inclure des actions à haut rendement qui, autrement, n’ont pas grand-chose à voir avec la durabilité réelle. Tant que vous pouvez apposer le label promotionnel « ESG » ou « socialement responsable » sur le produit final, tout va bien, du moins du point de vue des fournisseurs.

Tariq Fancy, ancien responsable de la durabilité chez le gestionnaire d’actifs BlackRock, avait accusé les gestionnaires d’actifs, dans une interview accordée à la WitschaftsWoche, de modifier leurs produits d’investissement déjà existants avec le moins d’efforts possible, puis d’apposer une étiquette verte sur le tout. Une approche « best-in-class » avec des critères aussi vagues que possible permet de colorer en vert chaque ETF classique en peu de temps et de le lancer sur le marché en tant que produit prétendument durable.

L’existence des ETF or ESG peut également être rapidement justifiée de cette manière. Si les ETF sectoriels traditionnels ne sont plus intéressants pour de nombreux investisseurs en raison d’un manque de durabilité, les fournisseurs perdent potentiellement beaucoup de capital. Avec le label marketing de la durabilité, il est peut-être possible d’éviter que certaines zones de sa propre gamme ETF ne disparaissent complètement.

Les ETF durables sont-ils une escroquerie, ou tout simplement pas encore arrivés à maturité ?

Dans le même temps, toutefois, Fancy a également pris la défense de l’industrie dans une certaine mesure. Une grande partie de ce qui ne va pas actuellement dans le domaine de l’ESG n’est pas le fruit d’une intention malveillante. Au contraire, en l’absence d’un système de règles uniforme, les prestataires s’orientent simplement vers ce qui a la plus grande probabilité de succès.

Ce qu’il faut, selon Fancy, pour que les ETF ESG soient vraiment durables à long terme, c’est un cadre juridique. L’UE a déjà fait un pas dans la bonne direction à cet égard. En conséquence, des fonds d’investissement représentant environ 2 000 milliards de dollars ont dû revoir leur désignation ESG. Néanmoins, les fournisseurs individuels disposent encore d’une grande marge de manœuvre, notamment dans le cas des ETF qui, contrairement aux fonds traditionnels, ne disposent pas de conseils consultatifs ou d’autres mécanismes permettant un contrôle plus strict de leurs propres normes ESG.

Pour les investisseurs, la seule option, du moins pour l’instant, est donc d’examiner de près l’ETF ESG souhaité. Parmi les nombreux produits d’investissement, il y a certainement aussi ceux qui suivent une interprétation plus stricte du concept de durabilité. Dans ce cas, toutefois, les investisseurs doivent également être prêts à faire des sacrifices, ne serait-ce que pour leur propre temps.

Comments are off this post!

Please Add Widget from here