Résumé : le nouvel épicentre de l’exploitation minière du bitcoin

Temps de lecture : 4 minutes

Une nouvelle semaine pour le monde des crypto-monnaies s’est achevée. Dans cette 58e édition de notre tour d’horizon classique, nous présentons les informations les plus importantes sur le minage du bitcoin et les autres crypto-monnaies. Pour ce faire, nous nous penchons sur les développements les plus récents et les plus choquants de cette activité tout au long de la semaine.

L’une des nouvelles les plus importantes est le nombre de mineurs aux États-Unis. Le pays nord-américain a déjà dépassé la Chine en termes de débit de hash et est désormais l’épicentre de l’exploitation minière. Avec 30 % du hachage mondial, les États-Unis sont désormais la Mecque de ce commerce futuriste. Alors que le taux de hachage se redresse, l’écart entre les États-Unis et la Chine se creuse.

D’autres nouvelles importantes proviennent de Chine, où le plus grand pool minier a restreint l’accès aux utilisateurs du pays asiatique. D’autre part, toujours en Chine, on a découvert comment des fonctionnaires utilisaient l’infrastructure de l’État pour extraire des bitcoins et d’autres altcoins.

Voici les faits marquants de la semaine en matière d’exploitation minière du bitcoin

Dans cette nouvelle édition de notre tour d’horizon de l’exploitation minière, nous vous présentons le top 5 des nouvelles de la semaine en matière d’exploitation minière du bitcoin. Il faut tenir compte du fait que l’actualité dans ce secteur est en constante évolution, de sorte que des nouvelles de dernière minute sont susceptibles d’apparaître pendant la publication. Voici les gros titres :

  • Les États-Unis sont désormais l’épicentre de l’exploitation minière numérique.
  • Des institutions gouvernementales chinoises exploitaient des bitcoins avec des ressources publiques.
  • AntPool restreint les utilisateurs résidant en Chine.
  • Le Canada prévoit de fournir un chauffage minier numérique.
  • Square prévoit de construire un système minier open source.

Les États-Unis sont désormais l’épicentre de l’exploitation minière numérique.

Après l’interdiction historique de l’exploitation minière en Chine, qui a eu un impact négatif sur le hashrate du bitcoin, on assiste à un nouvel épicentre. Il s’agit des États-Unis, le pays d’Amérique du Nord vers lequel ont migré la plupart des mineurs déplacés de Chine.

Aujourd’hui, le premier pays de l’hémisphère occidental accumule 30% du hashrate mondial. Le fait que cette nation concentre désormais 1/3 de toutes les machines du monde a été ratifié par la nouvelle mise à jour de la carte du Centre for Alternative Finance de l’Université de Cambridge.

Au début de l’année, les États-Unis abritaient environ 8 % du hashrate mondial de bitcoins. En mai, ce chiffre avait considérablement augmenté pour atteindre 17 %. En juillet, la puissance de calcul installée aux États-Unis dépassait déjà les 30%. D’autres régions du monde connaissent également une augmentation du nombre d’exploitations sur leur territoire, notamment l’Amérique du Sud et le Canada.

Les institutions gouvernementales chinoises ont exploité le bitcoin avec les ressources de l’État.

Bien que l’extraction de bitcoins ait été purement et simplement interdite en République populaire de Chine, certaines poches de résistance subsistent. Au sein même des bureaux de l’État, certains fonctionnaires audacieux ont utilisé les ressources nationales pour exploiter des monnaies numériques telles que le bitcoin et d’autres “altcoins”.

Mais comme c’est généralement le cas, il n’y a rien de caché entre le ciel et la terre en Chine, du moins pas pour longtemps. Le cas le plus récent s’est produit dans la province côtière de Zhejiang. Dans cette région, les autorités ont annoncé le lancement d’une enquête visant à trouver les responsables de l’exploitation minière des ressources de l’État et du Parti communiste.

Selon les autorités, quelque 4 700 adresses IP figurent sur la liste des personnes soupçonnées de miner des cryptocurrences dans la province. Plus de 70 entités étatiques utiliseraient des ressources pour ce commerce illégal. Jusqu’à présent, une vingtaine d’institutions visitées ont été sanctionnées et les actifs minés confisqués.

AntPool restreint les utilisateurs résidant en Chine

Les sanctions chinoises contre le secteur des crypto-monnaies continuent d’être appliquées par les entreprises du pays. La semaine dernière, il a été annoncé que Bitmain avait cessé de vendre des équipements de minage de bitcoins aux personnes résidant dans le pays. Certaines bourses auraient également fait de même. Maintenant, la même décision a été prise par Antpool.

Il s’agit du plus grand pool minier de Bitcoin au monde. Désormais, les personnes vivant en Chine ne pourront plus accéder au site ni ouvrir de nouveaux comptes. Il y a deux exceptions à cette règle. La première est la province de Hong Kong, qui bénéficie d’un régime décisionnel spécial, plus autonome.

L’autre est la province rebelle de Taïwan, qui maintient ses velléités séparatistes depuis la fin de la guerre civile en 1949. Ainsi, le chœur des entreprises qui ne souhaitent pas contrarier les autorités nationales strictes du pays communiste est de plus en plus nombreux.

Le Canada prévoit de fournir un chauffage minier numérique

Dans la ville canadienne de North Vancouver, il est prévu d’utiliser l’extraction de bitcoins comme source de chauffage pour les habitants. La chaleur générée par les machines minières serait utilisée pour chauffer plus de 100 bâtiments résidentiels et commerciaux de cette ville de 155 000 habitants.

Le projet commencerait à fonctionner en 2022 et serait mis en œuvre dans le cadre d’une coalition entre la société minière MintGreen et la société d’électricité Lonsdale Energy Corporation. Selon l’ancienne entreprise, les “chaudières numériques” seront en mesure d’envoyer 96 % de leur chaleur dans les centres résidentiels et commerciaux.

Ils soulignent également que cette action permet d’éviter le rejet dans l’atmosphère de quelque 20 000 tonnes de gaz à effet de serre. De cette façon, l’utilisation saine du minage de bitcoins devient un exemple de coexistence entre les entreprises dédiées à l’activité et le public.

Square envisage de construire un système minier open source

L’entreprise technologique du milliardaire Jack Dorsey, Square, prévoit de créer un système complexe de minage de bitcoins en open source. Avec cette initiative, le magnat cherche à rendre l’exploitation minière plus accessible aux gens et à avoir un niveau plus élevé de démocratisation en décentralisant ce réseau.

Sur son compte Twitter, il a déclaré : “Square envisage de construire un système de minage de Bitcoin basé sur du silicium personnalisé et en open source pour les entreprises et les particuliers du monde entier. Plus il est décentralisé, plus le réseau Bitcoin est résilient”, a-t-il écrit.

L’enthousiasme de Dorsey pour le bitcoin ne date pas d’hier. Il a même affirmé lors d’événements en début d’année que c’était la chose la plus importante de sa vie. Il a déclaré que si cela ne tenait qu’à lui, et si Bitcoin avait besoin de lui, il serait prêt à quitter Twitter et Square pour se consacrer à cette monnaie numérique pionnière.

Sommaire

Sois au courant des dernières actus !

Inscris-toi à notre newsletter pour recevoir toute l’actu crypto directement dans ta boîte mail

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Envie d’écrire un article ?

Rédigez votre article et soumettez-le à l’équipe coinaute. On prendra le temps de le lire et peut-être même de le publier !

Articles similaires