EIP-1559 : certains blocs Ethereum sont déjà déflationnistes...
Actus

EIP-1559 : certains blocs Ethereum sont déjà déflationnistes

La commission brûlée met déjà Ethereum sur la voie d’une amélioration de l’économie de l’approvisionnement en éther (ETH), la cryptocurrency native du réseau, selon l’analyse de Coin Metrics.

Dans le rapport de cette semaine, les analystes du cabinet évaluent les performances de la blockchain plusieurs jours après le fork de Londres déclenché le 5 août, qui a mis en œuvre la mise à niveau EIP-1559 proposée.

L’équipe note que depuis la date d’activation du hard fork, certains blocs sur le réseau ont été déflationnistes. En fait, l’émission de jetons a parfois été négative, atteignant des chiffres aussi élevés que -15 ETH par bloc. Tout ceci est une conséquence de la récente modification du système de rémunération, qui a introduit la combustion des commissions.

L’amélioration proposée avec Londres a permis la coexistence de deux types de frais sur le réseau : un frais de base requis pour qu’une transaction soit incluse dans un bloc (qui est ensuite brûlé) ; et un “frais de priorité”, qui est un pourboire volontaire payé aux mineurs.

L’objectif avec ce dispositif est de réduire le taux d’inflation net de l’ETH et de diminuer les frais, un résultat qui devrait se produire à plus long terme, comme expliqué dans de précédents articles de CryptoNews.

Cependant, selon les statistiques de Coin Metrics, bien que la quantité d’ETH émis par bloc n’ait pas été fortement affectée par l’activation de l’EIP-1559, les ethers brûlés jusqu’à présent ont fait baisser l’émission nette quotidienne de jetons.

En effet, la combustion des taux de base est définitivement retirée de l’offre en circulation, annulant une partie de la nouvelle offre.

Pour étayer sa thèse sur les améliorations de l’économie de l’offre, Coin Metrics indique que le montant des droits brûlés entre le 5 et le 9 août représentait plus de 32 % des jetons émis ces jours-là.

Les ventes de NFT contribuent à la baisse des émissions

Coin Metrics note que parmi les causes de la faible émission de certains blocs ETH figurent plusieurs ventes de jetons non fongibles (NFT), qui ont eu lieu cette semaine. Ces ventes ont d’abord fait augmenter les frais de base sur Ethereum, mais la combustion ultérieure de ces frais a contribué à ce que certaines émissions d’ETH deviennent négatives.

“À 17h00 UTC le jeudi 5 août, le lancement des NFTs COVID Punks a provoqué une flambée des prix de l’essence, les utilisateurs se précipitant pour acheter les NFTs avant qu’ils ne soient épuisés”, racontent les analystes.

Un événement similaire s’est produit le 6 août, avec le lancement des Art Blocks NFTs. Le lendemain, la vente FLUF World NFT “a fait grimper le prix du gaz à plus de 700 GWEI, brûlant plus de 20 ETH en un seul bloc”.

Les données hebdomadaires indiquent que le marché OpenSea NFT est la principale cause de brûlure de commissions, avec plus de 2 100 ETH brûlés dans les premiers jours suivant le fork ; tandis que le jeu Axie Infinity NFT est responsable de la troisième plus grande quantité d’éthers brûlés, après Uniswap V2.

Les frais de priorité, ou pourboires des mineurs, ont également augmenté grâce aux ventes de NFT, car “les expéditeurs de transactions sont plus disposés à envoyer des pourboires élevés”, affirme l’étude.

Compte tenu de ces données, Coin Metrics estime que, jusqu’à présent, les effets de l’EIP-1559 ont été favorables, influençant positivement à la fois la décongestion du réseau et l’expérience des utilisateurs. “Si la congestion entraîne des prix élevés du gaz et des transactions coûteuses, elle conduit également à la combustion d’une grande quantité d’EPF, ce qui est positif pour l’économie de l’offre”, conclut-il.

Malgré ces effets – observés par Coin Metrics en quelques jours – certains membres de l’écosystème ont exprimé des doutes quant à l’efficacité immédiate de la mise à niveau proposée de 1559. Ils ont surtout remis en question l’idée que le PIE rendrait le réseau déflationniste à court terme.

Au moment de la rédaction de cet article, une semaine après le lancement de l’EIP, 37 062 ETH (près de 120 millions de dollars) ont été brûlés, selon les chiffres d’Etherscan. Si cette quantité est importante, elle reste faible par rapport aux 345 000 éthers qui ont été extraits en moyenne au cours des sept jours, soit dix fois plus que ce qui a été brûlé au cours de la même période.

On pense donc qu’il faudra peut-être plus d’un an pour que le système de fonctionnement d’Ethereum devienne pleinement déflationniste. Un fait qui devrait être finalisé lorsque le réseau passera de la preuve de travail à la preuve de participation avec Ethereum 2.0.

Comments are off this post!

Please Add Widget from here