Entre le distributeur automatique de bitcoins et le “je l’ai en forme”

Temps de lecture : 2 minutes

Il y a quelques jours, Walmart a une nouvelle fois fait parler de lui en matière de crypto-monnaie. Le géant de la distribution veut installer environ 200 distributeurs automatiques de bitcoins (DAB) dans ses magasins. Cela devrait permettre aux clients de convertir de l’argent fiat en bitcoins dans les magasins de la chaîne de grands magasins. Malgré toutes les critiques que l’on peut formuler (frais, par exemple), une chose est claire : en matière de numérisation des paiements, nous sommes encore très en retard dans de nombreux domaines. Ou peut-on simplement imaginer que les détaillants allemands fonctionnent également avec des crypto-monnaies ? Les conseils utiles sont acceptés avec plaisir.

Dans ce pays, certains milieux préfèrent évoquer le spectre de plans sinistres qui seraient à l’origine d’une abolition imminente de l’argent liquide. Heureusement, de moins en moins de personnes se laissent prendre à de telles inepties. Dans le même temps, la pandémie de Corona, notamment, a fait en sorte que les paiements puissent désormais être effectués beaucoup plus largement par smartphone ou par carte. Néanmoins, l’Allemagne est probablement encore le leader mondial lorsqu’il s’agit de pousser la petite monnaie. Le fameux “je l’ai” à la caisse, associé à une recherche dans le portefeuille qui peut prendre plusieurs minutes, est toujours bien vivant.

Le comportement très particulier des Allemands en matière d’opérations de paiement s’est récemment manifesté à un autre endroit. Mastercard a annoncé qu’elle souhaitait mettre fin au système Maestro dès la mi-2023. Il s’agit d’une décision internationale par laquelle Mastercard cherche avant tout à promouvoir son propre système. Toutefois, les effets de la décision seront probablement particulièrement perceptibles en Allemagne. Ici, une grande partie des quelque 100 millions de Girocards en circulation portent le co-badge de Maestro (ou V-Pay). Selon la scène financière, un “nombre significatif de millions à deux chiffres” de cartes pourraient perdre leur fonctionnalité en ligne et internationale.

Cela semble désagréable, mais d’une certaine manière, ce n’est qu’un autre symptôme de la maladie qui s’est déjà déclarée autour de l’introduction d’ApplePay et de GooglePay. Les institutions financières allemandes ne sont pas nécessairement à l’aise avec le changement ou même la numérisation, encore moins que leurs clients.

Sommaire

Sois au courant des dernières actus !

Inscris-toi à notre newsletter pour recevoir toute l’actu crypto directement dans ta boîte mail

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Envie d’écrire un article ?

Rédigez votre article et soumettez-le à l’équipe coinaute. On prendra le temps de le lire et peut-être même de le publier !

Articles similaires