Digital Payments UCITS ETF : ETF financier moderne en échec
Plateformes

Digital Payments UCITS ETF : ETF financier moderne en échec

0% de frais sur les ETF chez eToro

Dans l’article suivant, nous examinons de plus près l’ETF financier moderne. Cela vaut-il la peine d’acheter le L&G Digital Payments UCITS ETF ou les investisseurs ont-ils intérêt à choisir un autre ETF ?

L’ETF en un coup d’œil

Le L&G Digital Payments UCITS ETF est un jeune ETF qui suit physiquement l’indice sous-jacent. La taille du fonds reste actuellement gérable à 5 millions d’euros. Le FNB utilise une répartition des revenus par accumulation, ce qui signifie que les investisseurs reçoivent directement les revenus générés. Le taux de dépenses est de 0,49% TER. C’est tout à fait supportable pour une ETF à thème. Au total, il y a plus de 40 positions dans l’ETF, donc à première vue la diversification semble plus qu’adéquate.

La stratégie de l’ETF

Le L&G Digital Payments UCITS ETF suit la performance de l’indice Solactive Digital Payments NTR. Cet indice vise à couvrir les entreprises qui sont impliquées dans le développement de systèmes de paiement mobiles et numériques. Il peut s’agir de fournisseurs de cartes de crédit, de fournisseurs de services de paiement sans numéraire ainsi que d’autres entreprises dont le modèle économique consiste à traiter les paiements dans le cadre du commerce électronique et en ligne.

La répartition géographique

L’allocation géographique montre une surpondération des actions américaines. Toutefois, à 50 %, la pondération est nettement inférieure à celle de certains autres FNB thématiques. Les investisseurs doivent néanmoins savoir qu’une société sur deux du L&G Digital Payments UCITS ETF est basée aux États-Unis. Viennent ensuite le Canada, l’Australie et la Chine, avec chacun une part d’ETF supérieure à 5%.

Allocation par secteur

S’agissant de sociétés financières innovantes, il n’est pas étonnant que la majorité des entreprises soient issues du secteur informatique. Près de 80 % des postes sont attribués au secteur des technologies de l’information. Elle n’est suivie que par la finance avec environ 13%. Le commerce de détail en ligne, l’informatique dématérialisée et autres ne représentent qu’une faible part. La répartition par secteur laisse peu de place aux surprises. Après tout, avec un FNB thématique portant sur l’avenir du secteur financier, il était prévisible que la plupart des entreprises seraient allouées soit au secteur technologique, soit au secteur financier. Souvent, les lignes sont floues ici.

Les plus grandes entreprises

Il ressort de la fiche d’information datée du 31 mai 2021 qu’aucune position du L&G Digital Payments UCITS ETF n’avait une pondération supérieure à 3,6 % à cette date. Les 10 plus grandes positions se situent autour de 30%. Comme il y avait un total de 41 sociétés dans l’ETF, la diversification est excellente.

La position la plus importante, à 3,6 %, était Nuvei, une société canadienne spécialisée dans le traitement des paiements. On peut dire que l’un des acteurs les plus en vue du top 10 était le processeur de cartes de crédit American Express.

Que réserve l’avenir au L&G Digital Payments UCITS ETF ?

Étant donné que le L&G Digital Payments UCITS ETF n’existe que depuis quelques semaines, les performances historiques ne peuvent pas encore nous éclairer sur les opportunités à venir. Personne ne sait aujourd’hui comment le L&G Digital Payments UCITS ETF va se comporter. La liste des positions les plus importantes montre que l’ETF comprend également des sociétés plutôt inconnues. La pondération des géants de l’industrie est également gérable. En outre, il est bien diversifié dans les différentes régions du monde.

Le L&G Digital Payments UCITS ETF a certainement du potentiel – nous devons simplement attendre et voir ce que l’avenir nous réserve. Cependant, la numérisation du monde de la finance et des paiements est probablement une tendance future irréversible.

Comments are off this post!