Les cybercriminels et les alternatives au bitcoin
Actus, Bitcoin

Les cybercriminels et les alternatives au bitcoin

Le FBI ont arrêté des cybercriminels du DarkSide. Ils ont saisi la plupart de l’argent demandé pour l’extorsion contre la société Colonial Pipeline aux États-Unis. Cette nouvelle entraine une certaine panique chez de nombreuses personnes en raison de ce que cela implique.

Nous avons tous été témoins de la façon dont une agence de police d’État a suivi les bitcoins payés aux cybercriminels. Ils ont attaqué la victime avec un ransomware. Après avoir trouvé le portefeuille, la police procède à la saisie du montant des pièces qui s’y trouvaient.

Que se passe-t-il au juste dans l’univers du bitcoin et de la cybercriminalité?

Dans le cadre de cette opération, le FBI récupère 63,7 bitcoins. Ces derniers sont évalués à 2,3 millions de dollars au moment de la saisie sur les 75 bitcoins. Ils sont payés pour demander une rançon à des ordinateurs de Colonial Pipeline touchés par le ransomware.

Cette attaque interrompt l’approvisionnement en carburant fourni par la société via le pipeline. Ce dernier longe la côte des États-Unis. Puis il conduit le gouvernement à publier une déclaration d’urgence pour atténuer les effets de la pénurie.

Cependant, au-delà d’une histoire suscitant l’étonnement et la panique de nombreuses personnes, elle ouvre le débat dans certains forums du Dark Web. Il s’agit d’un espace où se réunit les cybercriminels, sur la nécessité de passer à des autres alternatives comme moyen de paiement.

Et maintenant, de nombreuses entreprises offrent des services de suivi des paiements. De même qu’elles mettent en place des analyses de la Blockchain Bitcoin. Il est plus que latent de chercher d’autres options. Etant donné le manque croissant de confidentialité dans les transactions effectuées avec cette crypto-monnaie.

Cette transparence entraîne une chute de la valeur du bitcoin. Mais pas seulement, il y a aussi sa popularité. Les cybercriminels cherchent maintenant des alternatives intraçables pour le remplacer. Si bien qu’il est possible qu’une monnaie offusquée vienne prendre cette place.

Tout le monde sait que le protocole créé par Satoshi Nakamoto n’est pas spécifiquement conçu pour être totalement anonyme. C’est pourquoi nous pouvons probablement constater un changement de conception dans les attaques de ransomware. Ils demandent des paiements en Monero, Zcash ou Dash au lieu de Bitcoin.

Quels sont les cryptomonnaies qui attirent les cybercriminels?

En fait, les monnaies anonymes, appelées anoncoins ou crypto-monnaies opaques, sont celles qui permettent d’effectuer des transactions de valeur, avec la caractéristique fondamentale de la confidentialité et de l’anonymat, rendant leurs transactions difficiles ou impossibles à tracer.

A ce groupe de cryptomonnaies appartiennent à la fois Monero, Zcash ou Dash, mais aussi beaucoup d’autres telles que :

  • Verge,
  • Bytecoin,
  • Komodo,
  • Horizen (anciennement ZenCash),
  • CloakCoin,
  • Navcoin,
  • Stealthcoin, ainsi que d’autres moins connues.

Ce qu’il faut savoir sur les cryptomonnaies alternatifs

Ces cryptomonnaies alternatifs sont populaires parmi les personnes qui veulent garder leurs paiements absolument anonymes et confidentiels. Notamment vis-à-vis d’autres yeux qui peuvent essayer de suivre les paiements sur leur blockchain. Alors que la plupart des cryptomonnaies existantes, dont le Bitcoin et l’Ethereum, ont des blockchains absolument publiques et transparentes. Ces cryptomonnaies se distinguent énormément du lot.

Qu’est-ce que les anoncoins ?

Avec les anoncoins, les transactions ne peuvent pas être vérifiées. De même qu’elles ne peuvent pas être suivies par une personne, une entreprise ou un organisme d’application de la loi susceptible. Les anoncoins les plus couramment utilisés sont Monero, Zcash ou Dash. Cependant, il existe de nettes différences entre eux. Monero, par exemple, propose des transactions privées, pour toutes les opérations effectuées par défaut avec cette cryptomonnaie.

Alors que Zcash ou Dash offrent cette fonctionnalité à la demande de l’utilisateur pour des paiements spécifiques. Ils s’utilisent pour des paiements spécifiques et non comme une fonctionnalité par défaut dans toutes les transactions.

Peut-on comparer les anoncoins et les bitcoins ainsi que l’Ethereum ?

Dans le cas du Bitcoin, de l’Ethereum et de la plupart des cryptomonnaies de l’écosystème cryptographique… Les adresses d’envoi et de réception associées aux transactions. Ils sont exposées au sein de leur blockchain. Cette situation peut potentiellement être lié à des identités du monde réel.

En fin de compte, ces identités peuvent être tracées et localisées assez facilement par les personnes, les entreprises ou les agences de sécurité. Ils en ont la capacité. Monero, en revanche, offre un environnement extrêmement privé et intraçable.

De nombreuses personnes considèrent que les anoncoins sont extrêmement dangereux. Ils ne sont pas seulement utilisés par les cybercriminels. En effet, ils peuvent également être utilisés par des criminels et des terroristes dans le monde réel. Ils servent à blanchir de l’argent et dissimuler des capitaux provenant d’activités illicites.

Ce discours est amplifié par les médias qui se sont chargés de donner une mauvaise réputation à ces crypto-monnaies. Il souligne quelle est la cryptomonnaie préférée des cybercriminels, des criminels et des terroristes en général.

Monero, c’est quoi ?

Mais le plus utilisé par les cybercriminels en raison de son extrême capacité d’anonymat est Monero. Un cryptomonnaie apparu en 2014 dans le but de proposer des transactions confidentielles et intraçables. Il s’agit d’un cryptomonnaie plus performant que Zcash ou Dash.

Monero a la capacité de cacher aux yeux des tiers toutes les transactions enregistrées sur sa blockchain. Le bitcoin, en revanche, est littéralement un grand livre ouvert qui indique l’adresse de l’expéditeur et du destinataire ainsi que la valeur déplacée.

Pour cette raison, de plus en plus de cybercriminels recherchent des alternatives moins traçables que le bitcoin. Ils veulent des outils qui leur permettent de recevoir le paiement de leurs détournements virtuels dans un anonymat total. De plus, ils souhaitent un dispositif sans courir le risque d’être identifié dans le monde réel.

Il est plus probable que dans les nouvelles versions des ransomwares, au lieu de demander un paiement en bitcoins, ils utiliseront Monero. Ou bien ils peuvent se tourner vers une toute autre cryptomonnaie présentant des caractéristiques similaires.

Cette possible résurgence de Monero, en tant que cryptomonnaie permettant de collecter des primes. Elle est considérée par les autorités comme une véritable menace. Sa pertinence a beaucoup diminué au cours des deux dernières années, mais elle semble maintenant renaître.

Monero, en tant que cryptoasset sur les marchés, a atteint à son point culminant jusqu’à 517,62 $. Mais sa valeur est actuellement à 276,63 $. Sa capitalisation boursière est d’un peu moins de 5 milliards de dollars.

Que disent les médias sur les bitcoins et la cybercriminalité ?

Les médias ne reflètent pas toute la vérité. D’ailleurs, il existe aussi des personnes qui, par choix, trouvent impératif de protéger leur vie privée. De même que leur anonymat contre certaines situations dans lesquelles elles pourraient se trouver.

Par exemple, dans certains pays d’Amérique latine et d’Asie, la liberté de la presse est restreinte. En effet, certains journalistes couvrant la situation dans leur pays reçoivent encore un soutien financier de l’étranger. Cet argent est transféré à travers des anoncoins.

C’est précisément le type d’utilisation pour lequel ces cryptomonnaies sont conçues. Ils protègent l’identité et l’anonymat de ceux qui envoient et reçoivent de l’argent. Effectivement, les virements d’argent via ce cryptomonnaie permettent d’éviter d’exposer les éventuelles identités des personnes impliquées.

En raison de leur capacité à créer un environnement de paiement anonyme et privé, ces cryptomonnaies sont de plus en plus utilisés par les cybercriminels. Ils cherchent à se protéger des organismes d’application de la loi qui traquent leur identité dans le monde réel.

Toute cette activité cybercriminelle fait resurgir chez certains gouvernements, dont les États-Unis, le besoin d’imposer des réglementations. En effet, le gouvernement a besoin d’imposer de nouvelles règles contre l’évasion fiscale et le blanchiment d’argent. Ces crimes sont plus faciles grâce aux cryptocurrences en général, mais surtout par les anoncoins.

Comment les gouvernements comptent-ils réagir ?

En raison de l’utilisation par les cybercriminels de ce type de cryptomonnaies, on pense qu’elles sont l’une des cibles de la prochaine génération de réglementations. En effet, les États-Unis, l’Union européenne et dans une partie de l’Asie peuvent imposer des règles.

Les experts prévoient que les gouvernements pénalisent les maisons de change. De même que les services DeFi qui utilisent des pièces opaques. Ces entités peuvent rendre le traçage impossible pour les autorités. Cependant, cette situation constitue déjà un grand défi pour l’utilisation de ce type de cryptomonnaies par leurs utilisateurs.

Alors que le bitcoin stocke dans sa blockchain toutes les transactions, ces cryptomonnaies intègrent différentes technologies. Ces dernières favorisent l’anonymat des utilisateurs. Ce qui est intéressant pour les criminels du ransomware pour déplacer de l’argent sans être tracés.

Comments are off this post!