Les cryptomonnaies sont-elles exonérées d’impôt ?
Guides

Les cryptomonnaies sont-elles exonérées d’impôt ?

Les cryptomonnaies avec preuve d’enjeu doivent être taxées ? Il s’agit d’une règle controversée. Aujourd’hui, le ministère des finances prend la parole. Si bien qu’il autorise l’entrée en vigueur de périodes de détention de 10 ans.

Après une longue attente, le ministère fédéral allemand des finances (BMF) publie un projet de lettre sur la taxation des cryptocurrences. Pour la première fois, il commente également la taxation des revenus issus des Proof of Stake (PoS). Compte tenu des nombreuses questions fiscales en suspens, sa lettre traite de nombreux aspects. Ces derniers sont déjà connus de la pratique administrative. Il n’en reste pas moins qu’il continue à fournir de nombreux éléments de discussion.

Une remarque d’emblée :

La lettre n’est contraignante que pour les autorités fiscales, mais pas pour les tribunaux. Les tribunaux fiscaux peuvent adopter un point de vue différent. D’ailleurs, ils le font souvent. Toutefois, les contribuables doivent divulguer au bureau des impôts tous les faits susceptibles d’avoir une incidence fiscale. Ce qui est indépendamment de leur propre avis juridique. Cela a pour but de ne pas s’exposer à l’accusation d’évasion fiscale. Ensuite, on peut argumenter, si nécessaire devant le tribunal. Au moins, les contribuables ont maintenant une idée des règles de base que l’IRS suit à l’avenir. De plus, ils peuvent s’adapter du moins dans une certaine mesure.

Qu’est-ce que le jalonnement ?

PoS est un terme désignant un processus de consensus alternatif pour les cryptomonnaies. Au lieu que les ordinateurs calculent les valeurs de hachage comme dans une preuve de travail. Le droit d’enregistrer un nouveau bloc est distribué par l’utilisation de cryptomonnaies.

Une méthode possible pour le PoS consiste à ce que les stakers déposent des cryptomonnaies dans un contrat blockchain. Où elles sont ensuite gelées pendant une période prolongée. Par le biais de processus aléatoires, où la taille de la mise augmente également les chances. D’ailleurs, le droit de bloc est distribué entre les déposants.

Le vainqueur reçoit la récompense pour le bloc concerné ainsi que les frais pour les transactions incluses. Entre autres choses, Ethereum, prévoit de passer à un processus PoS plus tard cette année.

En principe, (presque) tout est sujet à controverse lorsqu’il s’agit de la fiscalité liée au jalonnement. La publication d’une lettre du BMF, qui traite également de ce sujet complexe, est donc d’autant plus importante. Cependant, les déclarations à ce sujet ont probablement un impact plutôt négatif sur le marché du jalonnement en Allemagne.

Récompenses et frais de transaction dans les actifs privés

Selon le BMF, la réception de cryptomonnaies à titre de preuve de mise en jeu, conduit à un revenu imposable. Cela provient principalement des autres services conformément à l’article 22 n° 3 EStG. Cependant, à condition qu’il n’y ait pas d’activité commerciale. Ceci est fondé sur l’interprétation large de cette disposition.

Tant en ce qui concerne le terme « prestation ». Ou bien l’absence de nécessité d’une relation de réciprocité stipulée contractuellement entre la prestation et la contrepartie. Non seulement le staker effectue lui-même la validation. Mais aussi il se contente de placer ses cryptomonnaies dans une serrure. Ce qui génère des revenus grâce à d’autres services.

Ceci est conforme à l’exploitation minière dans le secteur privé, où le BMF suppose également des revenus imposables provenant d’autres services. Dans ce contexte, le BMF ne fait explicitement pas de distinction entre les récompenses en bloc et les frais de transaction, de sorte que la réception de la récompense, qui dépend d’un élément aléatoire, serait également imposable. Ce point de vue était également partagé par les autorités fiscales dans le passé, mais il a toujours été controversé.

Vente de la récompense pour le jalonnement

Cependant, le BMF va plus loin et déclare que les unités d’une monnaie virtuelle obtenues par le biais du minage ou du jalonnement sont par conséquent considérées comme « acquises » (transaction de type échange). Une vente ultérieure de la prime de jalonnement pendant la période de spéculation de l’article 23 EStG serait donc en principe imposable.

Le terme « acquisition » est interprété de manière très large par le BMF, on pourrait même dire trop large. Dans le passé, les autorités ont également émis des avis indiquant que l’exploitation minière privée n’est pas une opération d’achat, c’est-à-dire qu’il ne s’agit pas d’une acquisition à titre onéreux. Ce point de vue est également partagé par la majorité de la littérature.

Selon la Cour fiscale fédérale, les cryptocurrencies minées devraient être évaluées au prix du marché au moment de la réception, c’est-à-dire au moment de l’acquisition, lors du calcul des revenus provenant d’autres services. En même temps, il s’agirait du prix d’acquisition, qui servirait de base au calcul de la plus-value en cas de vente ultérieure.

Actuellement, cependant, la question la plus importante pour la plupart des stakers dans ce contexte concerne la question de la durée de la période de spéculation. Et voici une pilule amère à avaler pour tous ceux qui s’intéressent au jalonnement.

Période de spéculation de dix ans

Une période de spéculation d’un an s’applique à la vente de cryptocurrences achetées précédemment, après quoi les ventes sont exonérées d’impôt. Depuis le début, la question de savoir si une période de spéculation plus longue, de dix ans, s’applique à la vente de crypto-monnaies si elles étaient auparavant utilisées pour le jalonnement, a fait l’objet d’un vif débat.

Selon le BMF, le délai de dix ans s’applique non seulement en cas de prêt à titre onéreux, mais aussi en cas de staking, si la détention de crypto-monnaies entraîne l’attribution d’autres unités. Cela doit s’appliquer à des types de jeu tels que le jalonnement à froid ou le jalonnement lié à l’exploitation d’un nœud maître – et explicitement aussi si la détention d’une cryptomonnaie conduit à ce que le participant soit autorisé à créer le bloc suivant et ne génère que des unités supplémentaires en conséquence.

Dans la pratique, il existe déjà des cas connus où les bureaux fiscaux ont appliqué la période plus longue et, à la suite de certaines prises de position, on craignait que ce point de vue ne prévale. Toutefois, il s’agit d’un point sur lequel on aurait aimé voir une issue différente après un examen minutieux par les autorités fiscales supérieures.

Essais et erreurs augmentent la période de détention

Si le BMF s’en tient à cette opinion, cela aura un impact significatif sur la décision de nombreux investisseurs d’utiliser ou non leurs pièces pour le jalonnement. Et ce, à une époque où le jalonnement n’a jamais été aussi facile. Par exemple, de nombreux échanges de cryptomonnaies proposent de tels services. Toute personne qui envisage d’essayer cette méthode devrait être consciente des conséquences au plus tard maintenant.

Comme l’explique le BMF, la durée et la fréquence du service ne sont pas pertinentes pour la prise en charge des revenus d’autres services. Le règlement à la période de spéculation n’exige pas notamment une utilisation pour la réalisation de revenus sur 10 ans ; elle doit avoir été obtenue seulement au moins dans une année civile revenus. Même un avantage occasionnel ou même ponctuel est couvert par le libellé de la disposition.

Comments are off this post!