Qu’en-est-il des récentes corrections de prix du bitco...
Bitcoin

Qu’en-est-il des récentes corrections de prix du bitcoin ?

Dans un mouvement ascendant fort et soutenu, les critiques se taisent. Si les prix s’effondrent, ils redeviennent plus bruyants. Les fluctuations sauvages du prix du bitcoin au cours des années qui ont suivi sa création ont toujours été troublantes. Pendant le battage médiatique de fin 2017, de nombreux investisseurs traditionnels qui avaient jusqu’alors écarté le bitcoin comme un faux ou une bulle se sont également demandé s’ils ne faisaient pas ici une grosse erreur.

Certains sont tombés des nues et ont investi au moment où les prix étaient les plus élevés. D’autres ont hésité et beaucoup sont restés sur leurs positions. Puis, après le krach de 2018, tous ces investisseurs étaient d’accord : ils avaient raison sur leur opinion initiale. Le prix du bitcoin est passé d’un sommet de près de 20 000 dollars en décembre 2017 à un peu plus de 3 000 dollars. Un véritable crash.

Pourquoi des corrections sur le prix des bitcoins ?

Mais avaient-ils vraiment raison ? Non. Ils ont eu tort, comme ils l’ont fait plusieurs fois auparavant. Depuis de nombreuses années, les gens disent que le bitcoin est la plus grosse bulle jamais vue. Après de fortes baisses, les critiques peuvent alors se féliciter pendant un certain temps. Mais ceux qui les ont suivis ont manqué le plus grand marché haussier des marchés d’investissement. La tendance des prix montre que jusqu’à présent, après les énormes mouvements à la hausse du bitcoin, il y a toujours eu une formation de bulle à court terme à la fin.

Elle est ensuite suivie de fortes corrections à moyen terme jusqu’à un krach. Cette situation est effrayante par son ampleur, mais néanmoins plus gérable qu’un krach boursier. Car la différence essentielle avec les actions est la suivante : le bitcoin n’est pas une entreprise. Elle ne peut pas faire faillite. Il ne peut y avoir d’effondrement dû à des avertissements sur les bénéfices ou autres.

Le bitcoin est beaucoup plus prévisible. À moins qu’il n’y ait un changement dans la croyance fondamentale que le bitcoin est un actif non inflationniste, mondialement accessible et très liquide, et que le besoin d’un tel actif demeure en raison des tendances inflationnistes réelles ou prévues, le bitcoin ne peut que monter à long terme simplement en raison de ses limites absolues.

La durabilité de la tendance haussière à long terme est également visible dans le fait que les planchers annuels du bitcoin ont toujours été supérieurs à ceux des années précédentes, toutes années confondues sauf 2015. Les bulles, en revanche, ont pour caractéristique que le marché correspondant ne se redresse pas du tout pendant de nombreuses années.

Dans ce contexte, la question est plutôt : le cycle haussier actuel du bitcoin a-t-il déjà atteint son sommet avec le pic d’avril ? Notre réponse : non. Nous avons déjà souligné que même dans le cycle haussier le plus récent, en 2017 seulement, il y a eu quatre corrections de 35 à 40 %. L’actuelle hausse de plus de 50 % au niveau le plus bas est plus importante, mais les corrections étaient beaucoup plus faibles. Même si l’image graphique du bitcoin semble effectivement quelque peu détruite en ce moment, il ne faut pas oublier que le prix est encore trois fois supérieur à ce qu’il était au début du marché haussier en octobre.

Les dirigeants des banques centrales critiquent le bitcoin

Les voix critiques s’élèvent à nouveau après l’effondrement du bitcoin. Le directeur de la banque centrale du Japon considère que ce commerce est essentiellement spéculatif et extrêmement volatile. Par conséquent, le bitcoin n’est guère utilisé comme moyen de paiement. C’est un fait exact, mais ce n’est toujours pas un argument contre le bitcoin.

D’autres dirigeants de banques centrales ont également émis des critiques récemment. Par exemple, selon le responsable de la banque centrale d’Angleterre, les investisseurs en crypto-monnaies doivent toujours s’attendre à une perte totale. Le célèbre crypto-analyste Plan B, quant à lui, soutient que l’on n’a jamais fait de perte avec des investissements à long terme d’une durée d’au moins quatre ans.

SEC-STREIT : victoire partielle pour Ripple

Ripple a remporté une victoire partielle dans la bataille juridique que lui livre la SEC au sujet de l’émission non autorisée de titres. La SEC accuse Ripple d’avoir vendu pour 1,3 milliard de dollars de XRP en tant que titres non autorisés. La SEC voulait les dossiers des avis juridiques pour obtenir des indices sur l’évaluation par Ripple du statut juridique du XRP. Cependant, ces documents sont protégés par le secret professionnel de l’avocat, et Ripple n’est donc pas obligé de les remettre. Ripple a également obtenu la divulgation de mémos internes de la SEC sur les crypto-monnaies. Les avocats de Ripple veulent enquêter sur une éventuelle partialité de la SEC.

L’euro numérique est majoritaire dans l’UE

La Chine pousse à l’adoption d’un yuan numérique, les principales nations occidentales étant à la traîne. Une majorité de 80 % des citoyens européens interrogés sont favorables à l’adoption d’un euro numérique pour faciliter les paiements. La directrice de la BCE, Christine Lagarde, a publié les résultats de cette enquête sur ses réseaux sociaux. Le soutien politique continue également de croître. Le ministre allemand des finances, Olaf Scholz, est favorable à ce que la BCE lance un projet pilote cette année.

Comments are off this post!