Aide en crypto-monnaies : un citoyen plaide coupable
Actus

Aide en crypto-monnaies : un citoyen plaide coupable

Virgil Griffith, un citoyen américain de 38 ans, a plaidé coupable d’avoir violé les sanctions américaines en s’exprimant lors d’une conférence nord-coréenne sur les crypto-monnaies et la blockchain en Corée du Nord. L’employé de la Fondation Ethereum avait aidé le régime de Pyongyang en lui fournissant des détails techniques sur les techniques sans avoir la licence nécessaire pour le faire. C’est ce qu’a annoncé le ministère américain de la justice, qui a ajouté qu’il risquait une peine maximale de 20 ans de prison pour cette seule violation. Toutefois, une décision sur la peine ne sera pas prise avant la mi-janvier.

Griffith, qui a été arrêté par le FBI fin novembre 2019, a ainsi confirmé l’accusation centrale de la justice américaine. Dans un premier temps, ses avocats – dont l’inventeur de l’Ethereum, Vitalik Buterin – avaient affirmé qu’il n’avait fait qu’un discours anodin sur la technologie des logiciels libres, basé sur des informations accessibles au public.

Technologie expliquée et réponses aux questions

Selon le ministère américain de la Justice, Griffith avait prévu d’aider des individus en Corée du Nord à construire une infrastructure de crypto-monnaie à partir de 2018. Ce faisant, il savait que le régime séquestré pourrait l’utiliser pour contourner les sanctions américaines et financer, entre autres, le développement d’armes nucléaires. En avril 2019, il s’est rendu à la conférence sur la blockchain et les crypto-monnaies de Pyongyang, alors que le département d’État américain le lui avait interdit. Lors de la conférence, il a fait des présentations et a expliqué aux participants comment la technologie pouvait être utilisée, entre autres, pour blanchir de l’argent. Griffith a également répondu à des questions spécifiques, tout en sachant que des représentants du gouvernement nord-coréen étaient présents.

Griffith a admis avoir aidé l’un des plus dangereux adversaires des États-Unis, selon la procureure générale de New York, Audrey Strauss. L’intérêt du régime pour les monnaies numériques n’est pas nouveau ; Pyongyang est largement coupé des marchés financiers ordinaires. Si Griffith a notamment fourni à la Corée du Nord des explications sur la manière de miner des crypto-monnaies, le régime met également la main sur la monnaie numérique par d’autres moyens. Aux Nations unies, par exemple, la Corée du Nord aurait volé pour plus de 300 millions de dollars de crypto-monnaies rien qu’en 2020.

La façon dont Griffith sera puni pour la participation à la conférence et pour l’aide sera claire en janvier. Cet Américain, qui réside depuis peu à Singapour, s’était fait un nom il y a 14 ans en développant l’outil en ligne WikiScanner. Grâce à cet outil en ligne, qui n’a été disponible que pendant une courte période, tout le monde pouvait facilement rechercher à partir de quels réseaux d’entreprises ou d’institutions les entrées de l’encyclopédie en ligne gratuite ont été modifiées de manière anonyme. En très peu de temps, de nombreuses tentatives de manipulation ont été mises au jour, d’abord dans l’édition anglaise de Wikipédia, puis dans l’édition allemande. Pour des raisons de coût, le service a rapidement été remis hors ligne.

Comments are off this post!