Chute du Bitcoin et des cryptomonnaies : les causes possible...
Actus

Chute du Bitcoin et des cryptomonnaies : les causes possibles

Tous les indicateurs sont au rouge aujourd’hui et semblent indiquer une chute des cryptomonnaies dans leur ensemble. Le Bitcoin (BTC) s’effondre sous la barre des 27 000 € (33 000 $) soit -15% en quelques heures. L’Ether (ETH) suit la même dégringolade. Alors que la star des cryptomonnaies reprenait du poil de la bête, quelles pourraient être les causes de cette chute ? Retour sur les dernières nouvelles du monde qui impactent le cours des cryptomonnaies.

Les Etats-Unis et Biden

Le 20 mai dernier, Joe Biden, président des Etats Unis, annonce vouloir inclure les cryptommonnaies dans sa réforme fiscale. Au programme : à charge aux entreprises recevant des sommes en cryptomonnaies de les déclarer au-delà de 10 000 $. On s’en rappelle encore : le marché des cryptomonnaies est en chute libre dès l’annonce de ces mesures.

La cryptomonnaie au programme du G7 ce week end

Le célèbre sommet du G7 aura lieu ce week end, du vendredi 11 au dimanche 13 juin. Il sera l’occasion d’un tout premier tête-à-tête entre le président français, Emmanuel Macron et le président américain. Mais lundi dernier, Jack Sullivan, conseiller à la sécurité nationale de Joe Biden, déclare que la cybersécurité doit être une priorité pour l’OTAN et les pays membres du G7. Même s’il est peu probable que Biden annonce des mesures concrètes, le rôle des cryptomonnaies dans les ransomwares fera sans doute partie des discussions. Une annonce qui, là encore, a de quoi affoler le marché et amorcer une chute des cryptomonnaies.

Biden au G7

Goldman Sachs dézingue le Bitcoin

Le Bitcoin est vu comme un or numérique

Du côté des Etats-Unis toujours, le pays connaît une importante inflation, malgré les chiffres rassurants de l’emploi outre-Atlantique. Face à la dépréciation des monnaies fiat et en particulier du dollar, le Bitcoin est, depuis quelque mois, considéré comme une solution pour certains investisseurs. En effet, le code informatique prévoit une production de BTCs limitée à 21 millions. Les 18 millions déjà émis en font un actif rare, donc cher. Le Bitcoin est alors vu comme une sorte d’or numérique.

Goldman Sachs compare plutôt le Bitcoin au cuivre

Mais le 1er juin dernier, Jeff Curie, responsable mondial de la Recherche sur les Matières Premières chez Goldman Sachs, donne une interview sur la chaine américaine de télévision CBNC. Lors de cet entretien, il rappelle que le BTC est un actif à risque (risk on) alors que l’or est actif sans risque (risk off). L’analyste se base sur l’historique des marchés et les stratégies d’investissement des traders pour expliquer cette différence. Selon lui, les investisseurs se tournent donc vers le Bitcoin et les cryptomonnaies lorsque les indicateurs sont au vert, et vers l’or, lorsque les indicateurs sont au rouge. Pour Jeff Curie, le BTC est plus à rapprocher du cuivre.

La crainte d’un renforcement de la répression en Chine

A l’autre bout du monde, la Chine, empire de l’opacité et du contrôle de l’information, ne rassure pas non plus la cryptosphère. Le contrôle de la politique monétaire et des systèmes financiers est essentiel pour un gouvernement central. Le Bitcoin paraît clairement être une menace pour le régime autoritaire chinois. La crypto-devise consolide sa place et semble devenir une réserve de valeur précieuse pour des personnes du monde entier. Y aurait-il dans les mesures prises par la Chine une volonté de faire de la chute des cryptomonnaies une réalité à long terme ?

Le minage au coeur du problème

Ce grand pays est aussi le plus grand hébergeur de fermes de minage au monde. Selon le Cambridge Center for Alternative Finance , l’exploitation minière de BTC dans l’empire asiatique représente 65 % du processus global. L’impact environnemental lié à l’utilisation d’énergies fossiles pour extraire les cryptomonnaies est au cœur des mesures du gouvernement chinois. Celui-ci veut bannir les fermes de son pays. Les principales sociétés de minage annoncent qu’elle se sauvent et cherchent ailleurs un endroit pour s’implanter.  Mais dans un monde où l’écologie devient de plus en plus importante, existe-t-il un pays où les fermes particulièrement énergivores du réseau bitcoin pourraient être les bienvenues ?

Minage écologie

Le réseau social chinois Weibo suspend des comptes liés aux cryptomonnaies

Plus récemment, la répression s’accélère. Le réseau social chinois Weibo – un mélange de Twitter et Facebook en Chine – suspend des comptes liés aux cryptomonnaies. Selon un journaliste chinois qui publie des nouvelles de son pays sur son compte Twitter, le département chinois de la propagande surveille les réseaux sociaux ; Weibo collaborerait donc étroitement avec le gouvernement pour bloquer des comptes d’influenceurs qui parlent de « BTC », « Bitcoin », « cryptomonnaie » ou encore « Blockchain ».

Au Royaume Uni aussi, des annonces qui bousculent le marché

La société de gestions d’actifs, Ruffer Investment Management, basée au Royaume-Uni fait parler d’elle ces jours-ci. Elle déclare avoir gagné 1,1 milliard de dollars en 5 mois grâce à son investissement dans le BTC. En réalité, la société a vendu ses Bitcoins, acquis à l’automne dernier. La pandémie et les mesures liées à la Covid 19 sont les raisons invoquées par Ruffer. En effet, l’entreprise considère que les mesures de confinements sont levées les unes après les autres et que par conséquent, les jeunes passeront moins de temps sur le trading de crypto-devises.

Conclusion

Les gouvernements des grandes puissances économiques mondiales semblent se liguer contre les cryptomonnaies, le Bitcoin en particulier. Le monde économique secoué par la crise du Covid 19, ne sait pas trop comment répondre à l’engouement pour les cryptomonnaies. L’inflation inquiétante aux Etats Unis et cette impression que l’univers crypto échappe à leur contrôle, amènent les gouvernements occidentaux à mettre le sujet des cryptomonnaies sur la table. Le réponse chinoise est, de son côté, aussi répressive que le pays est autoritaire.

Président du Salavdor

Mais de bonnes nouvelles viennent peser dans la balance : le président du Salvador souhaite que le BTC devienne une monnaie légale dans son pays. C’est ce qu’il a déclaré ce week end dans une vidéo diffusée lors de la conférence Bitcoin 2021 à Miami. Il a annoncé que le pays s’alliait à Strike, spécialiste des portefeuilles numériques, pour mettre en place une infrastructure financière adaptée. Il va également proposer un projet de loi destiné à donner un cours légal au bitcoin dans le pays. Sa photo avec les yeux rouges-laser, qu’il publie sur son compte Twitter, montre clairement son intérêt pour le BTC. Visiblement les petits pays encouragent davantage les cryptomonnaies. C’est étrange… ou pas !

 

 

 

Comments are off this post!