3 choses à savoir sur Ethereum 2.0
Ethereum

3 choses à savoir sur Ethereum 2.0

Les deux aspects les plus importants sont la façon dont les nouveaux blocs sont extraits et la façon dont les transactions se déroulent sur la blockchain.

Les mises à jour opérationnelles expliquent la hausse de 50 % du prix de l’Ether au cours du dernier mois.

L’un des plus grands projets de crypto-monnaie, Ethereum, passe à un nouveau réseau, appelé Ethereum 2.0 ou Serenity. Essentiellement, ce changement est une série de mises à jour visant à rendre Ethereum plus rapide et plus sûr dans un environnement où les piratages de crypto-monnaies sont à l’ordre du jour. La plupart de ces mises à jour sont minimes, mais il y a aussi quelques changements importants dans le comportement de cette blockchain.

Raul Lopez, Country Manager de Coinmotion Espagne, souligne que : « Les deux aspects les plus importants d’Ethereum 2.0 par rapport à Ethereum 1.0 sont la façon dont les nouveaux blocs sont minés et la façon dont les transactions se comportent sur la blockchain. Ils sont destinés à résoudre les problèmes de consommation d’énergie élevée dans l’exploitation minière et ceux d’évolutivité. »

Depuis le début du deuxième trimestre, le marché des options ETH n’a cessé de s’envoler vers de nouveaux sommets en termes d’activité commerciale. Par conséquent, il a intensifié la tendance haussière de l’ETH dans une courte période.

De plus, toutes ces mises à jour expliquent en grande partie la hausse de 50 % du prix de l’Ether au cours du mois dernier, alors qu’il célèbre son 5e anniversaire et qu’Ethereum 2.0 approche, le prix de l’Ether pourrait aller de plus en plus haut.

    « Proof of Stake”  et “Proof of Work”

L’un des plus grands changements dans Ethereum 2.0 concerne la validation de la preuve d’enjeu (PoS). Auparavant, Ethereum, comme tous les autres projets de blockchain à succès, fonctionnait sur la validation par preuve de travail (PoW), qui s’est avérée extrêmement sûre, surtout avec un grand nombre de mineurs sur le réseau.

Cependant, elle pose ses propres problèmes. Le PoW est gourmand en ressources et nécessite également une grande puissance de calcul. Cela signifie à son tour que les mineurs doivent vendre une partie de leurs crypto-monnaies pour payer les nouveaux équipements de minage, les factures d’électricité, etc.

Proof of Stake est une alternative à Proof of Work. Dans PoS, la puissance minière est basée sur les pièces possédées. Plus le mineur a de pièces, plus il a de pouvoir. Par exemple, si un mineur possède 1% des crypto-monnaies, il ne peut miner que 1% des blocs. ETH 2.0 sera sécurisé par les utilisateurs mettant un minimum de 32 ETH en staking pour faire fonctionner un nœud de validation.

« Cela signifie que, ceux qui ont plus d’ethers, peuvent aussi miner plus de ces crypto-monnaies. Il en résulte un scénario dans lequel les mineurs les plus riches s’enrichissent, tandis que les mineurs les plus pauvres s’appauvrissent. Cependant, étant donné que la méthode Proof of Stake n’a jamais été testée avec une application blockchain ayant un statut élevé et une grande base d’utilisateurs comme Ethereum, il resterait à voir quels problèmes surviendront avec le transfert vers le minage PoS. »

    Solutions pour l’évolutivité

L’un des plus gros problèmes du bitcoin et des autres solutions blockchain est celui de l’évolutivité. La demande de transactions a augmenté beaucoup plus rapidement que les solutions blockchain n’ont pu se développer, s’étendre et s’adapter aux nouvelles technologies. L’objectif d’Ethereum 2.0 est de changer cela et, à cette fin, trois solutions ont été conçues dans cette mise à jour pour améliorer l’exploitation minière : Plasma, Raiden et Sharding.

Plasma est une couche supplémentaire construite au-dessus de la blockchain Ethereum qui peut être utilisée pour effectuer des transactions sans avoir à enregistrer chaque transaction. Les joueurs peuvent se transférer des Ether entre eux et seuls les soldes finaux sont vérifiés par la blockchain.

Raiden est une autre solution pour les transactions hors chaîne. Comme Plasma, il est également basé sur la confiance entre les parties, c’est-à-dire que si la partie X a 20 ethers vérifiés par la blockchain, et que la partie Y fait confiance à X, ils peuvent transférer ces ethers entre eux sans se fier à la blockchain.

La troisième solution d’extensibilité est appelée Sharding ou Shard Chains. Dans ce cas, cela change la façon dont la blockchain Ethereum se comporte. Dans Ethereum 1.0, toutes les transactions ont lieu sur une seule chaîne constituée de blocs consécutifs. Avec Shard Chains, l’ensemble du système est divisé en différentes chaînes ou en séquences distribuées sur une seule chaîne.

Cela permet aux transactions de se produire en même temps sur différents shards, ce qui permet un nombre de transactions beaucoup plus important qu’auparavant. On pense que ces trois solutions (et d’autres mises à jour mineures) rendront Ethereum 2.0 beaucoup plus rapide que son prédécesseur.

    Phases d’Ethereum 2.0

La mise en œuvre progressive d’Ethereum 2.0 est prévue en trois phases différentes entre 2020 et 2022. La première phase, la phase 0, comprend la création de la « chaîne de balises ». Beacon Chain est une deuxième blockchain, qui utilisera la validation Proof of Stake. La blockchain Ethereum 1.0 d’origine sera également utilisée afin de garantir l’absence de pertes de données ou de perturbations de la continuité. C’est la phase dans laquelle se trouve actuellement Ethereum 2.0.

La deuxième phase devrait être mise en œuvre en 2021. Dans ce cas, la blockchain sera divisée en Shard Chains. La blockchain d’Ethereum 2.0 sera divisée en 64 parties différentes. Ces chaînes parallèles permettent un plus grand nombre de transactions, de stockage d’informations, etc. Bien que l’on pense actuellement que la blockchain est divisée en 64 chaînes de shards différentes, le nombre maximum de shards est beaucoup plus élevé.

La troisième phase sera lancée fin 2021 ou début 2022, si tout se déroule comme prévu. La partie principale de cette phase consiste à fusionner la blockchain Ethereum 1.0 avec Ethereum 2.0 et à désactiver la validation de la preuve de travail.

L’Ethereum a récemment fait face à une pression accrue en raison de l’augmentation de l’émission de stablecoins et de la montée en puissance de DeFi.

Toutefois, si tout se passe bien, le nouvel Ethereum sera beaucoup plus rapide et plus sûr que la version précédente. Cela pourrait être une aubaine pour les marchés de l’Ether et signifierait finalement qu’Ethereum pourrait tenir ses promesses en tant que système pour les contrats intelligents à l’avenir. Il pourrait également ouvrir la voie à d’autres fonctionnalités, auxquelles on a fait allusion depuis le début du projet Ethereum sans qu’elles soient vraiment utiles.

Comments are off this post!