Un cadre de BBVA s’interroge sur l’euro numériqu...
Plateformes

Un cadre de BBVA s’interroge sur l’euro numérique

Un cadre de la BBVA a fait part de ses inquiétudes concernant un éventuel euro numérique, s’interrogeant sur la demande des clients à laquelle il répondrait et prévenant qu’il devrait permettre à des acteurs privés de développer des modèles commerciaux connexes.

Alors que les projets d’introduction d’un euro numérique n’en sont encore qu’au stade conceptuel, l’idée a fait son chemin ces derniers mois, de nombreuses banques – dont BBVA – participant à des projets pilotes.

S’exprimant lors d’un séminaire de la Fédération bancaire européenne, Pablo Urbiola, de l’équipe de réglementation numérique de BBVA, a préconisé une « approche prudente et pragmatique ».

Il a déclaré à son auditoire : « Bien qu’il soit difficile d’argumenter qu’un euro numérique est nécessaire à l’heure actuelle, il y a de bonnes raisons pour que la BCE explore l’émission possible d’une monnaie numérique, et qu’elle soit prête à faire un tel geste si le besoin s’en fait sentir à l’avenir. »

Cependant : « Compte tenu de toutes les innovations qui ont lieu sur le marché des paiements, on ne voit pas clairement quelles demandes des clients un euro numérique pourrait satisfaire et qui ne seraient pas satisfaites par d’autres initiatives. »

Si un euro numérique est développé, « la BCE devrait s’appuyer sur une coopération public-privé, en tirant parti des forces de tous les acteurs », a déclaré Urbiola, ajoutant qu' »il est essentiel que le cadre général conçu par la BCE soit suffisamment flexible, et qu’il permette aux acteurs privés de développer des modèles commerciaux dans un espace concurrentiel ».

La Banque des règlements internationaux a souligné cette semaine l’importance d’un partenariat public-privé dans le développement des CBDC, la banque centrale assurant la stabilité de l’infrastructure et les banques et les fintechs se faisant concurrence pour la fourniture de services aux clients.

Comments are off this post!