Blockchain est une ligne très avantageuse à suivre
Actus

Blockchain est une ligne très avantageuse à suivre

Blockchain est une réalité visionnaire bienvenue, non attendue, mais sans doute une ligne très avantageuse à suivre

Interview Óscar Lage Tecnalia

Óscar Lage Serrano. Responsable de la cybersécurité, chercheur senior et chef de projet chez Tecnalia, il a participé à plusieurs projets de recherche européens et espagnols développant des technologies innovantes de sécurité de l’information basées sur des algorithmes cryptographiques. Il a débuté dans la recherche à l’Université de Deusto où il a travaillé sur la sécurité et l’authentification biométriques. Il a participé à la fusion d’entreprises qui a donné naissance à Tecnalia (Fondation) ; l’union de plusieurs centres pour obtenir le plus grand centre de recherche d’Espagne.

Qu’est-ce que Tecnalia ?

Tecnalia est une fondation à but non lucratif. Elle se situe entre la quatrième et la cinquième entreprise européenne, et travaille conjointement avec les questions de sécurité informatique, de sécurité du cloud et de cryptographie. Toutes ces questions pour lesquelles j’ai travaillé s’appliquent au réseau intelligent, qui est un domaine conçu pour travailler également avec la cybersécurité dans l’énergie électrique.

J’ai travaillé dans de multiples secteurs et industries, parmi lesquels l’industrie 4.0 dans son adoption, car il y a beaucoup de problèmes de sécurité et je reste étroitement lié depuis plusieurs années à ce domaine, et avec les moyens de paiement nous voulons aussi avoir des solutions.

Nous avons créé le premier bracelet portable et adaptable pour effectuer des paiements, et sa particularité est qu’il n’est pas lié à PayPal. En 2014, grâce à ce développement, nous avons eu une grande visibilité et cette partie développement du groupe travaille déjà aussi dans Blockchain, au sein de certaines propositions européennes. Nous sommes également des leaders et nous résolvons les « sujets » de recherche proposés par la Commission européenne, avec d’autres grands experts.

C’est ma carrière de chercheur, mais aussi, en parallèle, comme j’aime le sujet de l’entrepreneuriat, à titre personnel et intrapreneurial, je suis étroitement lié au monde des startups, où j’ai déjà participé à plus d’une demi-douzaine d’entre elles. Tant dans le secteur privé que chez Tecnalia. La plupart de ces entreprises sont liées à d’autres entreprises technologiques et presque toutes sont basées sur des protocoles ou des technologies liés à la cybersécurité.

Tant à titre personnel qu’à travers les mécanismes du centre de recherche Tecnalia, nous voulons transférer des technologies aux entreprises. Vous pouvez vendre un brevet et la manière habituelle est de créer une technologie, de la piloter à partir de Tecnalia, puis de la mettre dans une start-up pour qu’elle puisse continuer son parcours. Aujourd’hui, je suis toujours membre du conseil d’administration de la dernière startup que nous avons créée. Tecnalia est une fondation à but non lucratif.

Êtes-vous un adepte précoce du bitcoin ?

Non, je n’opère pas depuis 2009, mais j’ai commencé à étudier le bitcoin pour utiliser la Blockchain en 2012, avec de grandes entreprises et multinationales européennes pour résoudre les problèmes et faire face aux défis qui existaient dans les micropaiements et aussi dans l’ingénierie économique.

Lorsque j’ai commencé, c’était un projet de recherche dans le cadre duquel nous étudiions, en lien avec l’IOT, comment les machines pouvaient faire des affaires entre elles.

De la recherche, je suis passé à l’application dans le monde industriel et c’était, c’est et ce sera, les développements que nous faisons pour rendre toutes ces technologies possibles dans toutes les industries.

Quelle est votre évaluation du potentiel de la blockchain ?

Il y a certainement beaucoup à réfléchir sur ce sujet puisqu’il a une multitude d’applications, notamment pourrait être dans les capteurs qui viennent se charger automatiquement et les bracelets fabriqués avec ces mêmes mécanismes. C’est une réalité visionnaire agréable, non attendue, mais sans doute une ligne très avantageuse à suivre.

Que pouvez-vous nous dire à propos de votre participation au livre sur la blockchain ? Pourriez-vous nous expliquer comment ce projet s’est déroulé pour vous ?

Dans ces deux chapitres, nous abordons deux sujets différents, l’industrie 4.0, qui est liée à mes origines, et le vote électronique, en tant que moyen de participation des citoyens. Autour de ces deux piliers, je présente des initiatives et des exemples intéressants, et je mentionne également des cas d’utilisation, comme la traçabilité dans la chaîne logistique.

Dans le monde de la logistique, ces technologies ont un grand avenir car elles offrent une grande visibilité sur le cycle de vie des produits.

Par exemple, dans le secteur du fer et de l’acier, dans les entrepôts de métaux, de bobines et de feuilles, au lieu d’avoir des certificats de feuilles photocopiées comme source de données, de nouveaux certificats peuvent être adoptés à l’origine pour éviter d’éventuelles falsifications.

Il arrive parfois que 20% du matériel métallique soit développé et créé à partir d’une source européenne et mélangé avec 80% de produits provenant de pays de l’Est dont le même certificat est toujours conservé, n’étant pas la véritable qualité de puretés celles reflétées dans les documentations.

Dans d’autres industries, comme l’industrie alimentaire, qui est déjà assez avancée mais qui va progressivement intégrer davantage de ces nouvelles méthodologies et systèmes, ainsi que les industries logistiques et les grandes industries comme l’automobile, l’aéronautique et les transports, permettent de résoudre le problème même pour localiser les composants d’un système qui a plus de 20 ans et qui conserve encore la garantie. Grâce à un système intelligent, le client peut identifier les fournisseurs qui proposent les mêmes modèles pendant la période requise. Des entreprises telles qu’Airbus et Mercedes introduisent ce concept de traçabilité logistique dans leur chaîne de valeur et évangélisent dans leurs blogs cette importante intégration.

À moyen terme, l’économie et les crypto-monnaies natives peuvent être activées pour les relations financières entre les choses, et non les personnes, permettant aux processus de se développer d’eux-mêmes, avec seulement l’intervention humaine des contrôles et des équilibres.

L’automatisation des processus et l’intelligence artificielle sont normalement intra-entreprise, elles sont produites au sein des entreprises, mais j’encourage à les exporter et à les explorer en dehors de l’entreprise pour leur donner la plus grande polyvalence et utilisation possible. J’aime la recherche dans ce type de relation où l’intelligence à distance dans des dispositifs complémentaires tels qu’un IED, qui sont des dispositifs électroniques intelligents, avec des clox de 400 à 800 mégahertz, 1, 2 gigaoctets, et des monotons, qui ne peuvent pas non plus être demandés une énorme capacité de calcul de données.

Nous testons comment rendre la Blockchain plus rapide, car d’une minute de Bitcoin, à une seconde d’Hyper Layer, on peut aller plus loin, notamment dans les processus de confirmation.

Nous voulons rendre la cryptographie elle-même plus conviviale en nous basant sur la signature temporelle blanche. Lorsque tout cela sera en place, les pièces pourront être assemblées pour que les places de marché industrielles puissent prendre des initiatives avec TNO et Frank Hoffer, où les usines intelligentes peuvent être automatisées et les machines connectées les unes aux autres.

Aujourd’hui, il existe des places de marché centralisées en Espagne, en France et en Allemagne, et celles-ci utilisent souvent des commissions. Ces endroits sont très utiles. Les gens publient ce dont ils ont besoin et les entreprises se chargent de répondre à leurs besoins, mais beaucoup d’autres choses pourraient être automatisées.

Le paradigme de l’industrie 4.0 doit être développé pour arriver à une production en série unitaire où les coûts indirects peuvent être réduits, grâce à une production en série courte, sans processus manuels, comme par exemple dans l’offre de paiement et la logistique de nombreuses activités. Toutes ces questions peuvent devenir automatisées, atteignant la décentralisation, et même, pas besoin de commission dans le travail à faire au sein de la communauté Blockchain pour ramener la production en Europe ; quelque chose de convenable et qui générera à nouveau une grande richesse. Il est actuellement utilisé pour la maintenance prédictive, mais nous allons être beaucoup plus efficaces. Nous voulons tous ramener la production en Espagne et les gouvernements investissent dans ce domaine.

Nous voulons que l’identité de ces appareils soit décentralisée et que les machines soient capables de se gérer de manière autonome.

Si les machines doivent se faire confiance, avoir leur propre identité, c’est quelque chose que nous envisageons avec le Beauty Space, qui est à l’intérieur d’une puce qui est standard, comme dans le DNI, à condition que la machine ait sa propre identité et indépendante, unique et exclusive, dans un contexte dans lequel il y a un propriétaire, mais chaque machine a sa propre identité numérique. Tous ces aspects pourraient devenir une réalité.

– En tant que fondation, Tecnalia aide également les startups et les entreprises travaillant avec la blockchain. En septembre, nous avons lancé un communiqué de presse dans lequel nous avons fait une présentation officielle de notre laboratoire. Il n’y a rien de tel en Europe et nous ouvrirons nos infrastructures pour les mettre au service de la santé, de l’énergie, de l’industrie, de la construction, etc. Cette infrastructure pourra être répliquée à travers un Smart Reaf , c’est-à-dire à travers des compteurs intelligents, avec des centres de transformation avec différentes pièces à distance, des IED, et en mettant nos fournisseurs à portée de main, de sorte que nous avons tous une industrie 4.0 avec des machines où différents protocoles sont déjà parlés, et en plus, nous avons un bâtiment d’expérimentation entièrement automatisé, avec des CPD spécifiques pour Blockchain, etc. Tous les équipements et le matériel seront mis à disposition. Nous le faisons déjà avec certaines entreprises, mais nous voulons le faire avec toutes celles qui le proposent.

– Aujourd’hui, par exemple, nous soutenons une startup appelée Democracity, qui recherche la participation populaire des citoyens par le biais d’un système de vote en confiance. Il s’agit d’une nouvelle initiative au sein de Blockchain qui vise à garantir la confidentialité des petites consultations de l’administration. Nous disposons d’une version bêta et en septembre, nous lancerons quelques tests pilotes parmi les employés (nous sommes plus de 3 000 personnes), puis nous attendons la participation de quelques conseils municipaux, 2 ou 3 de taille moyenne. Nous allons mener un vaste pilote interne et ce contenu fait partie de l’un des chapitres auxquels je fais référence dans le livre que j’ai écrit avec Alex. Il est très intéressant de voir comment l’administration publique veut aussi garantir, autant que le secteur privé, que tout soit accessible technologiquement. Bien entendu, il sera nécessaire d’évaluer la question des coûts de développement et de mise en œuvre.

 

Comments are off this post!