Bitcoin : les tendances haussières à surveiller de près
Plateformes

Bitcoin : les tendances haussières à surveiller de près

L’hebdomadaire américain TIME a qualifié l’année 2020 de pire année de l’histoire. Après tout, les restrictions mises en place pour ralentir la course au virus ont profondément sapé les fondamentaux économiques sous toutes les latitudes, finissant aussi par envelopper l’humanité entière du voile de la solitude.

Mais en temps de crise, vous le savez, il y a des gagnants (peu nombreux) et des perdants (nombreux) : parmi les premiers, dans l’année pandémique sur laquelle le rideau va bientôt tomber, les géants américains de la tech, mais aussi les cryptomonnaies qui ont bénéficié de la faiblesse du dollar et des craintes généralisées sur la tendance à l’inflation.

Le bitcoin continue de dicter sa loi, qui en l’espace de douze mois est passé de 7 323 dollars à plus de 23 700 dollars, soit une variation en pourcentage de près de 230 %. Inimaginable, il y a deux ans, quand l’éclatement d’une bulle a bel et bien coulé la plus emblématique des cryptomonnaies.

Maintenant, quelles sont les tendances qui affecteront le bitcoin dans les mois à venir ? Les perspectives flatteuses sur un rallye durable de l’actif ne manquent pas, et elles sont alimentées par certains facteurs haussiers qui, selon les analystes, auront un impact profond sur le marché de la crypto : les détails.

1) La montée en puissance de la notoriété du bitcoin

Les bitcoins ne sont pas un produit de niche. Ou, du moins, ils ne le sont plus, grâce notamment à la crédibilité que lui ont accordée les grands géants du paiement en ligne, tels que PayPal et Square, dont les services sont désormais ouverts aux portefeuilles numériques également.

Cette tendance n’est pas destinée à s’arrêter à court terme. Au contraire, en 2021, l’adoption des crypto-monnaies se fera à un rythme rapide, tout comme le nombre d’entreprises prêtes à accepter les paiements en bitcoins. Il est également probable que, dès les prochains mois, les institutions bancaires européennes ou américaines permettront à leurs clients de parquer des monnaies virtuelles.

Cependant, étant donné le volume d’affaires, il ne fait aucun doute que les grandes entreprises tenteront de prendre leur part. Facebook est sur le point de lancer – bien que sous une forme dépouillée – sa crypto-monnaie Libra, mais Google, Netflix et Apple font également des clins d’œil au marché des crypto-monnaies depuis un certain temps. 2021, peut-être, sera l’année.

Les banques centrales vont également dans cette direction, la Chine ayant lancé cette année son projet pilote de yuan numérique. Dans les mois à venir, la crypto-monnaie d’État commencera également à circuler en dehors des quatre villes concernées par la phase de test, tandis que la BCE et la Réserve fédérale pourraient accélérer sur la version virtuelle de l’euro et du dollar.

2) L’impact de Joe Biden sur le bitcoin

D’autre part, certaines rumeurs en provenance de Washington parlent d’un prochain resserrement du marché des cryptomonnaies. La formulation de nouvelles règles ne fait certainement pas partie des priorités de l’administration Biden dans les premiers mois de son mandat.

Mais il ne fait aucun doute que le démocrate – tôt ou tard – voudra intervenir pour empêcher l’utilisation abusive des monnaies numériques, étant donné les différents cas de fraude qui sont restés largement impunis grâce à l’anonymat garanti par les principales crypto-monnaies.

La volatilité du marché ne changera pas. Le bitcoin, comme toutes les monnaies virtuelles, n’ancre pas sa valeur à un élément physique (comme l’or), mais plutôt à la confiance des investisseurs. Par conséquent, son prix réagit à l’humeur changeante des marchés et aux nouvelles qui font périodiquement irruption sur la scène : en 2021 aussi, il faudra se serrer la ceinture.

Comments are off this post!