Bitcoin

Bitcoin : aubaine pour les investisseurs ou menace pour les institutions financières ?

La capitalisation du bitcoin a dépassé récemment un milliard de dollars. Ce n’est plus la cryptomonnaie que nous avons connue à ses débuts il y a un peu plus de dix ans. Le bitcoin commence à être réellement utilisé comme une monnaie pour les transactions d’achat et vente : récemment même, Tesla a annoncé accepter le fameux token pour l’achat de ses voitures électriques.

Ce qui rend le bitcoin unique, c’est qu’il repose entièrement sur la technologie numérique pour sa création, son utilisation et sa valeur. Il n’est associé à aucun gouvernement, banque centrale ou institution financière. Il n’existe que sous forme de données sur un réseau mondial décentralisé d’ordinateurs.

C’est cette caractéristique notamment qui lui procure des avantages qui peuvent être utiles dans beaucoup de domaines. En effet, à titre d’exemple, pour réaliser des transactions de virement d’argent, au lieu de s’appuyer sur l’infrastructure bancaire traditionnelle, avec la cryptomonnaie la confiance est plutôt placée dans le code de la blockchain et sa nature distribuée, ce qui représente une alternative très forte.

Toutefois, bien que le monde de la cryptomonnaie ne cesse de s’étendre et de gagner en popularité, les banques traditionnelles hésitent à adopter l’utilisation de ces actifs numériques, estimant que leurs risques inhérents l’emportent sur leurs avantages potentiels.

Les risques autour du bitcoin

Selon une étude menée au Royaume-Uni, près de 63 % des personnes interrogées travaillant dans le secteur bancaire perçoivent la cryptomonnaie comme un risque plutôt qu’une opportunité.  Cela s’explique principalement par plusieurs types de risques.

Nature décentralisée

Du fait de sa nature décentralisée, le bitcoin, comme les autres cryptomonnaies, n’est ni géré par une banque centrale, ni adossé à un actif, et sa valeur n’est donc garantie par aucune autorité, ce qui diminue son attrait comme un actif. De plus, beaucoup considèrent que la nature décentralisée de la monnaie sape l’autorité des banques centrales et de ce fait expose les cryptomonnaies à un risque de mesures très fortes de la part des autorités, une interdiction potentielle par exemple.

Préoccupations AML / KYC

Les cryptomonnaies permettent des transactions sans intermédiaire réglementé, ce qui permet à l’utilisateur de transférer facilement des fonds sans avoir à payer de frais de transaction. Au lieu d’identifier la transaction par un compte bancaire individuel via une institution financière, les transactions sont simplement liées à l’identifiant de transaction sur la blockchain.

Ce type de pseudonymat inquiète les banques  et les autorités qui craignent que la cryptomonnaie puisse être utilisée pour des activités illégales comme le blanchiment d’argent. Aussi, en raison de sa nature décentralisée et entièrement numérique, la cryptomonnaie peut se révéler vulnérable aux pirates sophistiqués et à d’autres types de criminels en ligne. La plateforme d’échange de cryptomonnaies sud-coréenne Youbit en a fait les frais : une cyberattaque, la deuxième de l’année, l’a contrainte à fermer ses portes en 2017.

Volatilité

Le prix des cryptomonnaies connaissent une volatilité très importante en raison notamment de la taille du marché, de la liquidité ou encore du nombre de participants. Les banques y voient un risque car, historiquement, le prix n’a pas été stable, si bien qu’elles pensent que ces monnaies virtuelles pourraient ne pas rester un véhicule d’investissement fiable au fil du temps.

Problème de régulation

Mais le risque le plus important peut être est lié à la régulation. En effet, il n’existe actuellement aucune réglementation globale des transactions ou des échanges de cryptomonnaies. La plupart des gouvernements et des banques centrales des plus grandes puissances économiques ont commencé à étudier la question alors que les régulations existantes au niveau national sont très différentes les unes des autres. Cette incohérence réglementaire est l’un des plus grands obstacles au développement du marché des cryptomonnaies.

Les investisseurs sont parfaitement conscients que la rareté actuelle de la réglementation rend les marchés de la cryptomonnaie sujets à des manipulations et que leurs investissements pourraient perdre de la valeur si la réglementation changeait. Il demeure également un flou autour de leur traitement fiscal même si l’on note des avancées en Amérique du Nord sur la question.

FNB du bitcoin : une réalité


Source : Glassnode.

Un fonds négocié en bourse (FNB) est un type de titre qui suit un indice, un secteur, une marchandise ou un autre actif et peut contenir de nombreux types d’investissements, notamment des actions, des matières premières, des obligations ou un mélange de types d’investissement. Le marché de FNB est gigantesque car il dépasse 5 trillions de dollars.

Toutefois, malgré le marché très important du bitcoin et des autres cryptomonnaies, jusque récemment des FNB de cryptomonnaies n’existaient pas.  En effet, plusieurs tentatives de lancer des FNB aux États-Unis ont échoué à cause du refus du régulateur d’autoriser un tel produit, justifié par la trop forte volatilité des cryptomonnaies.

Un FNB du bitcoin est celui qui imite son prix. Un tel instrument financier permet aux investisseurs d’acheter les performances (comme le risque) du bitcoin sans passer par le processus compliqué d’achat du bitcoin lui-même. De plus, étant donné que les détenteurs du FNB ne sont pas directement investis dans le bitcoin lui-même, ils n’ont pas à se soucier des procédures complexes de stockage et de sécurité requises des investisseurs en cryptomonnaie.

Même si le lancement d’un tel FNB n’a pas eu lieu pour le moment aux États-Unis, les deux premiers au monde ont vu le jour tout récemment au Canada, en février dernier, suite à l’approbation par le régulateur ontarien. Il s’agit du FNB Purpose Bitcoin (BTCC) et le FNB Evolve Bitcoin (EBIT) qui sont tous les deux cotés à la Bourse de Toronto. À noter que les investisseurs s’attendent à ce que les États-Unis suivent le Canada prochainement dans ce sens.

Une opportunité pour les institutions financières ?

Comme souligné, des risques réels existent autour des cryptomonnaies pour les banques. Toutefois, il existe également de vraies opportunités pour les institutions financières car ces actifs numériques pourraient rationaliser, améliorer et mettre à niveau les services financiers grâce à leurs nombreux avantages.

Les institutions financières pourraient ainsi fournir des services de garde cryptographique aux clients, y compris la détention de clés cryptographiques uniques associées à l’accès aux portefeuilles privés. Cela signifie que les banques pourraient détenir en toute sécurité et efficacement soit la cryptomonnaie elle-même, soit la clé pour y accéder sur un portefeuille numérique personnel pour ses clients. Cela permettrait d’aider à sécuriser les monnaies numériques contre le vol ou le piratage.

Il est aussi possible que la technologie blockchain soit utilisée pour automatiser les vérifications AML et KYC. Cette technologie pourrait potentiellement permettre de stocker toutes les données client sur la blockchain. Ces données pourraient ensuite être utilisées par toutes les institutions financières.

Les banques peuvent également utiliser des blockchains publiques pour traiter les paiements et transferts d’argent beaucoup plus rapidement et sans avoir recours à une agence tierce. Cela placerait potentiellement les réseaux blockchain dans la même catégorie que SWIFT par exemple, ouvrant la voie à ces réseaux pour faire partie de l’écosystème bancaire plus large. Elles pourraient également utiliser les contrats intelligents pour des hypothèques, des prêts commerciaux, des lettres de crédit ou d’autres transactions.

Actuellement, de nombreuses institutions financières sont méfiantes face à l’adoption de la cryptomonnaie. Les préoccupations concernant principalement la sécurité et la stabilité les freinent. Il reste cependant des exceptions comme JP Morgan ou Morgan Stanley qui ont commencé à investir ce secteur, car elles sont conscientes de ses avantages potentiels.

Sans sous-estimer les risques, les banques pourraient jouer un rôle important dans cette industrie, ajoutant une assurance et une sécurité indispensables à l’environnement en grande partie non réglementé. L’adoption des cryptomonnaies et de la technologie blockchain dans son ensemble peut rationaliser les processus et amener les banques dans la prochaine génération d’efficacité et d’innovation.

 

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *