Le bitcoin à son plus haut niveau historique
Bitcoin

Le bitcoin à son plus haut niveau historique

Lundi, le bitcoin, la célèbre crypto-monnaie créée en 2009, a dépassé son plus haut historique en atteignant une cotation de plus de 19 800 dollars, pour ensuite se retracer juste en dessous de la cotation (19 555 dollars le prix actuel).

Le bond substantiel – +8%  associé à la tendance à la hausse qui a caractérisé l’année en cours, le candidat bitcoin poursuit un objectif souvent convoité par les investisseurs : 20 000 dollars.

Le bitcoin bat des records

Dans tous les cas, le rallye du bitcoin est une réalité. Et c’est une croissance perpétuelle et sans entrave, puisque l’actif – rien qu’en 2020 – a augmenté sa valeur de 170 %, passant d’un prix en début d’année d’un peu plus de 7 000 dollars à celui actuel de 19 555 dollars.

Mais le bond de lundi, la crypto-monnaie s’échangeant à un moment donné à 19 857 dollars (soit une hausse de 15 % en cinq jours), enflamme désormais les espoirs des analystes de voir la monnaie virtuelle franchir le seuil – même psychologique – des 20 000 dollars pour la première fois de l’histoire.

Ce qui se cache derrière le rallye du bitcoin

Une course aux étoiles, disions-nous, celle du bitcoin. Cependant, dans ce climat d’enthousiasme général, le pessimisme et la méfiance ne manquent pas sur la possibilité que la tendance à la croissance des crypto-monnaies puisse rester stable au cours de l’année prochaine.

En fait, les détracteurs de la monnaie virtuelle voient dans le rallye actuel le spectre d’une bulle, puisque le prix du bitcoin – selon les critiques – profite du besoin des investisseurs de diversifier leurs portefeuilles en puisant dans les actifs numériques.

Un sujet brûlant, celui-là, à Wall Street, mais le bull run du bitcoin semble reposer cette fois sur des bases bien plus solides que celles qui avaient soutenu et accompagné la cotation de la cryptomonnaie fin 2017, avant le krach.

Le bitcoin, ainsi que d’autres grandes monnaies numériques, a en effet achevé un processus de maturation en 2020, les contrats à terme introduits en 2017 devenant désormais un véritable marché structuré.

Ensuite, il y a la question inhérente à la crédibilité des cryptomonnaies, qui a souvent été discutée dans les salons financiers américains. Une crédibilité sans doute renforcée par l’ouverture de certains géants du paiement, comme PayPal et Square, qui ont permis à leurs clients de posséder un portefeuille numérique pour effectuer des achats ou stocker des cryptomonnaies.

Enfin, les stratégies de certains grands investisseurs institutionnels, qui achètent maintenant la partie restante des bitcoins encore disponibles sur le marché. Parmi eux, JP Morgan, une multinationale américaine, qui avait diabolisé les crypto-monnaies par le passé : « ce n’est pas ma tasse de thé », avait déclaré, sarcastique, le PDG Jamie Dimon. Mais maintenant, sous la pression croissante des clients, JP Morgan semble prêt à prendre plus qu’une gorgée.

Comments are off this post!