Un placement ETF est-il judicieux ?
Plateformes

Un placement ETF est-il judicieux ?

De nombreux investisseurs disposant d’un compte de dépôt rempli d’ETF souhaitent un ETF européen pour réduire la prédominance des actions américaines dans l’indice MSCI World et éventuellement des actions chinoises dans le cadre d’un ETF sur les marchés émergents. Ils ont l’embarras du choix. Après tout, plus de 250 ETF se concentrent sur le marché des actions européennes.

Dans l’article suivant, cependant, nous voulons nous pencher sur le Vanguard FTSE Developed Europe ex UK ETF (ISIN : IE00BKX55S42). Faut-il acheter l’ETF Europe et l’exclusion des sociétés britanniques a-t-elle un sens ?

Informations générales sur l’ETF

L’ETF Vanguard FTSE Developed Europe ex UK est un ETF physique qui a maintenant atteint une belle taille de fonds de plus de 1,5 milliard d’euros. L’affectation des revenus est distributive. Par conséquent, les investisseurs investis bénéficient régulièrement des revenus générés. Cette année, le rendement de la distribution devrait être d’environ 2,3 %. Ces dernières années, ce chiffre a fluctué entre 2 et 3,5 %. Les coûts du Vanguard FTSE Developed Europe ex UK ETF sont négligeables, avec un ratio de dépenses TER d’environ 0,10%. Avec plus de 450 positions, le FNB est également très diversifié.

La stratégie d’investissement

L’ETF Vanguard FTSE Developed Europe ex UK repose sur une stratégie clairement compréhensible. Les investisseurs peuvent investir dans les moyennes et grandes entreprises européennes, à l’exception des entreprises britanniques. L’indice sous-jacent est le FTSE Developed Europe ex UK.

La performance historique

Depuis son lancement en 2014, l’ETF Vanguard FTSE Developed Europe ex UK a enregistré une performance annuelle moyenne d’environ 8,6 %. Au cours des cinq dernières années, elle a fait encore mieux. Au cours des cinq dernières années, les investisseurs ont pu bénéficier d’un rendement de près de 11 %. Pour l’année en cours, le FNB est déjà en hausse de plus de 17 %.

Allocation par secteurs

La plupart des sociétés du Vanguard FTSE Developed Europe ex UK ETF sont actives dans le secteur industriel. La part de ce secteur est légèrement inférieure à 18%. Il est suivi par les produits de base autres que les biens de consommation, les soins de santé et les services financiers, avec 13,9-15,9%. Tous les autres secteurs ont une pondération inférieure à 10 %.

Allocation par pays

Avec une allocation ETF de plus de 20 %, la plupart des entreprises proviennent de France. L’Allemagne et la Suisse ont chacune une pondération de 18 à 20 % dans le Vanguard FTSE Developed Europe ex UK ETF. Les Pays-Bas sont toujours proches de la barre des 10% avec 9%. Tous les autres pays sont représentés dans l’ETF Europe avec moins de 8%.

Les plus grandes entreprises

Au total, l’ETF Vanguard FTSE Developed Europe ex UK compte bien plus de 400 sociétés. Néanmoins, les dix premiers représentent une part de plus de 20 %. La position la plus importante est celle du fabricant suisse de produits alimentaires Nestlé, avec un peu moins de 4 %. En outre, la société industrielle néerlandaise ASML Holding, un important fournisseur de l’industrie des semi-conducteurs, a une pondération d’environ 3 %. La société pharmaceutique suisse Roche, le groupe de luxe français LVMH et Novartis AG détiennent toujours une part de l’ETF supérieure à 2 %.

Europe ETF avec la Grande-Bretagne pour comparaison

En fin de compte, un FNB doit être mesuré par son rendement. Après tout, ceux qui investissent dans les ETF veulent que leurs actifs augmentent de façon régulière et durable. La question se pose ici de savoir si l’exclusion du Royaume-Uni est réellement intentionnelle. Le Vanguard FTSE Developed Europe UCITS ETF (ISIN : IE00B945VV12), qui suit la même stratégie mais inclut des sociétés britanniques, sert de comparaison.

Les deux FNB ayant été lancés à des moments différents, l’examen du rendement depuis le lancement fausse la comparaison. Au cours des cinq dernières années, l’ETF Europe avec le Royaume-Uni a réalisé une performance moyenne annualisée d’environ 9 %. Ce chiffre est inférieur de plus de 1 % à celui de l’ETF ex-Royaume-Uni. Pour l’année en cours, la différence de rendement est minime. Les deux ETF européens évoluent presque au même rythme.

La pondération sectorielle est relativement similaire et également équilibrée. Toutefois, c’est le Royaume-Uni qui détient la plus grande part de l’ETF, avec environ 24 %. La France, l’Allemagne, la Suisse et les Pays-Bas suivent avec une part d’ETF logiquement plus faible. Avec la société britannique de biens de consommation Unilever, la compagnie pétrolière Royal Dutch Shell, la société pharmaceutique AstraZeneca et la grande banque HSBC, pas moins de quatre sociétés britanniques se retrouvent dans le top 10 de l’ETF.

Quel ETF européen les investisseurs devraient-ils acheter ?

Ces deux ETF européens convainquent par leurs frais réduits et leur diversification réussie. La performance annuelle moyenne a été bonne ces dernières années. Les deux ETF Europe conviennent donc en principe pour orienter son propre portefeuille plus fortement vers le continent national. Ceux qui se sont prononcés en principe en faveur d’un ETF européen doivent ensuite se demander si les entreprises britanniques doivent également en faire partie. Bien que le rendement de l’ETF Vanguard FTSE Developed Europe ex UK ait été légèrement supérieur ces dernières années, cela n’a aucune importance pour l’avenir.

Comments are off this post!